Québec/Canada

La révolution Singh Politique

La révolution Singh

Pour que les électeurs voient l’homme et les politiques plutôt que le turban et la barbe, ils devront voir le nouveau chef sur toutes les tribunes. L’analyse de Karl Bélanger.

Publicité
La fin des paradis fiscaux? Société

La fin des paradis fiscaux?

De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer une meilleure répartition du fardeau fiscal entre tous les contribuables. Dans leur mire: les ultrariches, les multinationales et les États trop complaisants…

Publicité
Québec/Canada

Un raton laveur fait une brève apparition dans le métro de Toronto

TORONTO – Les usagers du métro de Toronto ont voyagé en compagnie d’un passager plutôt inhabituel mardi matin alors qu’un raton laveur était à bord d’un wagon. Le porte-parole de la société des transports de Toronto (TTC), Brad Ross, a dit que le mammifère a été vu pour la première fois vers 8h, à bord d’un train en direction sud se dirigeant vers la station Spadina, l’une des stations centrales reliant les deux principales lignes de métro de la métropole ontarienne. M. Ross a indiqué que l’animal était descendu du wagon une fois arrivé à la station Spadina. Il s’est alors promené sur le quai pendant quelques instants avant de poursuivre son chemin dans le tunnel. La présence de la bête dans le métro a causé un retard de quatre minutes en pleine période de pointe du matin. Brad Ross a expliqué que les installations de la TTC sont clôturées et sécurisées pour contrer la présence de ces petites bêtes. Le porte-parole cherchait toujours à comprendre comment l’animal avait pu réussir à monter à bord d’un wagon. M. Ross a dit que la présence du raton laveur n’était pas inquiétante malgré une récente vague de cas de rage chez des ratons laveurs dans la ville voisine de Hamilton.

Québec/Canada

Des réformes à l’assurance-emploi et une main-d’oeuvre qualifiée réclamées

OTTAWA – L’Institut C.D. Howe affirme que des réformes de l’assurance-emploi et des mesures pour développer une main-d’oeuvre mieux qualifiée peuvent aider le marché du travail canadien à s’adapter aux conditions économiques difficiles. Ce groupe de réflexion de Toronto estime que le gouvernement fédéral devrait apporter des changements au programme d’assurance-emploi, qui n’indemnise qu’environ la moitié des Canadiens sans emploi. Craig Alexander, auteur d’un rapport de C.D. Howe sur la question, soutient qu’Ottawa devrait changer ses critères d’admissibilité basés sur la région et ses règles d’indemnisation pour les rendre uniformes dans tout le pays. Le Canada doit se consacrer à créer une main d’oeuvre plus qualifiée pour augmenter la productivité. Les postes plus qualifiés représentent pratiquement tous les emplois créés entre 1999 et 2012, affirme M. Alexander. D’après l’ancien économiste en chef de la banque TD (TSX:TD), la main-d’oeuvre fait face à plusieurs défis, dont ceux de la mondialisation, du vieillissement de la population et des changements technologiques — des facteurs qui ont tous aggravé la chute des prix du pétrole. Par ailleurs, note le rapport, dans les dernières années, une tendance vers des emplois plus précaires tels les postes temporaires, le travail à temps partiel ou à la pige s’est dessinée. Le nouveau gouvernement libéral a promis d’apporter des changements à l’assurance-emploi, dont la réduction du temps d’attente pour recevoir les prestations de deux semaines à une.

Québec/Canada

Opération «Malaise»: tous les accusés demeurent détenus au moins jusqu’à jeudi

MONTRÉAL – Les 13 hommes arrêtés dans le cadre de l’opération «Malaise» portant sur des crimes de pornographie juvénile resteront en détention au moins jusqu’à jeudi: à ce moment, il est fort possible que certains soient remis en liberté dans l’attente de leur procès. Ces hommes arrêtés lors de l’opération initiale avaient comparu jeudi dernier. Mais il y a désormais 14 prévenus: un autre homme, Richard Lévesque, a été arrêté en fin de semaine. Leur enquête de remise en liberté devait avoir lieu mardi matin au palais de justice de Montréal. Toutefois, dans le cas de plusieurs accusés, la Couronne a déclaré qu’elle effectuait certaines vérifications. «La plupart nous ont offert certaines garanties que nous devons vérifier et puis ensuite, pour certains, j’ai déjà annoncé qu’il y aura la tenue d’une enquête préliminaire», a indiqué aux journalistes la procureure de la Couronne au dossier, Cynthia Gyenizse. Si tout est à sa satisfaction, ils pourraient être libérés jeudi. Parmi les vérifications d’usage, la distance entre la résidence d’un accusé et les écoles et les parcs est normalement évaluée. Deux des accusés ont déclaré la même adresse et un groupe de trois accusés habitaient aussi au même endroit, ce qui pourrait compliquer le respect des conditions de remise en liberté. Si la Couronne n’est pas satisfaite une fois les vérifications faites, une enquête de remise en liberté aura lieu mardi prochain, comme pour ceux pour qui la Couronne a d’ores et déjà déterminé qu’elle sera nécessaire, soit pour Roger Lepage, âgé de 74 ans, et Francis Perron, 46 ans. En ce qui concerne l’accusé Vincent Rodrigue, il a renoncé à son enquête de remise en liberté. Il demeurera ainsi détenu jusqu’à la fin de son procès. Lorsqu’il avait été arrêté, l’homme de 39 ans était déjà incarcéré dans une autre affaire criminelle. L’accusé Didier Chetelat, qui enseignait à HEC Montréal jusqu’à ce qu’il soit suspendu la semaine passée, devait être libéré mardi. La procureure de la Couronne avait commencé à lire les conditions qu’il devait respecter, mais lorsqu’il a mentionné qu’il irait vivre chez ses parents plutôt que chez lui, elle a indiqué devoir réévaluer sa décision. Une ordonnance de non-publication a été émise sur toute l’information qui sera révélée lors de l’enquête de remise en liberté. Le plus jeune des 14 accusés de l’opération «Malaise» a 27 ans et le plus vieux a 74 ans. Les faits reprochés remontent à 2003 et dans certains cas vont jusqu’en 2016. La majorité des chefs d’accusation ont été portés contre les hommes pour avoir possédé, accédé, transmis, rendu accessible, produit, imprimé ou distribué de la pornographie juvénile. Certains sont aussi accusés d’en avoir conseillé d’autres sur la meilleure façon de commettre des actes criminels, notamment des contacts sexuels sur des mineurs. La police est toujours à la recherche d’un quinzième suspect.