Santé et Science

Comme éviter le pourriel

« Comment ont-ils eu mon adresse courriel ? » C’est la question qui nous vient en tête lorsque notre boîte de réception se trouve envahie par des offres publicitaires douteuses. Les responsables de cette plaie de l’Internet ont plusieurs façons de l’obtenir. Parfois, c’est même nous qui la leur fournissons !

Il faut absolument éviter de donner son adresse sans raisons. Il est très facile pour les polluposteurs de fouiller le contenu des pages pour recueillir les adresses qui y figurent. Les logiciels spécialisés dans ce genre d’opération, des robots d’indexation, sont extrêmement rapides et efficaces. L’adresse qu’on laisse sur un forum ou dans le commentaire d’un blogue sera rapidement trouvée. C’est de cette façon, en laissant traîner de fausses adresses, que les groupes comme le Spamhaus Project retracent les polluposteurs.

Les concours en ligne, les sondages et les formulaires d’inscription sont des occasions en or pour récolter des adresses. Lorsqu’un site vous demande votre adresse, si ce n’est pas pour polluposter lui-même, c’est souvent pour la revendre à un tiers qui lui le fera.

Le meilleur remède contre les pourriels : l’adresse pseudonyme. Il est fortement recommandé de se créer une adresse secondaire, à utiliser pour tout ce qui ne concerne pas la communication avec ses contacts. Puisqu’une adresse courriel, ça ne coûte rien, il n’y a aucune raison de s’en priver !

Plusieurs sites offrent ce genre de service. Les trois les plus connus et les plus utilisés sont :

  1. Google, via son service Gmail
  2. Yahoo!, avec Yahoo!Mail
  3. Windows Live Hotmail

Comment éviter de transformer un pourriel en une pluie de pourriels ?

Il faut éviter d’ouvrir les courriels non sollicités. C’est une question de sécurité, mais également une façon d’éviter que un simple message n’en attire d’autres.

L’insertion de certains codes dans les courriels non sollicités permet à leurs expéditeurs de savoir s’ils ont été ouverts ou non. Et en les ouvrant, on avise les polluposteurs que notre adresse est valide et qu’on est le genre de personne à ouvrir et à voir leur publicité. La cible parfaite, en somme.

D’autres messages offrent de se « désinscrire » de leur liste d’envoi en cliquant simplement sur un lien. La question qui devrait se poser est : « Mais pourquoi devrais-je me désinscrire d’une chose à laquelle je ne me suis pas inscrite au départ? » Le lien est un piège. Il sert juste à confirmer que votre adresse est valide.

Il faut également éviter de céder à l’envie de répondre ? même si une poignée d’insultes bien méritées pourrait faire du bien ! Chaque message non sollicité doit suivre le même chemin : la poubelle.

Revenir à la section Technouilles

Se méfier du dictionnaire

Les polluposteurs utilisent une autre méthode, celle-là plus difficile à contourner. Elle consiste à jumeler à un fournisseur connu (la partie après le @ dans une adresse) des mots potentiellement utilisés dans une adresse. Ils envoient donc un message à des dizaines d’adresses comme alain@adresse.com, allo@adresse.com, ami@adresse.com, annie@adresse.com, d’où le surnom « d’attaque au dictionnaire ». Les envois qui ne rebondissent pas sont alors identifiés comme de bonnes adresses.

Si l’essentiel du travail pour repousser ce genre de pratique incombe au fournisseur, il est possible de lui donner un coup de pouce en créant des adresses un peu plus complexes. L’insertion d’un chiffre en plein milieu d’un mot, mar1e@adresse.com par exemple, peut être un moyen.

Couper les chaînes

Les gens qui font suivre les courriels ont la mauvaise habitude d’y laisser les adresses et les noms de tous ceux qui les ont reçus auparavant ? vous savez, tous ces en-têtes qui s’accumulent avant le début du « vrai » message ? Cette liste s’allonge rapidement et fait le bonheur de ceux qui récoltent des adresses courriel.

Cela serait un moindre mal si ces chaînes de lettres pouvaient aider quelqu’un. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Il n’y a donc aucune raison de prolonger la vie de ces envois…

Si l’on tient réellement à envoyer un courriel à tous ses contacts, mieux vaut alors insérer leur adresse dans la case BCC (Blind Carbon Copy) ou CCI (Copie Conforme Invisible). Ainsi, les destinataires n’auront pas accès aux autres adresses.

Revenir à la section Technouilles