Santé et Science

Mots toxiques

Certains mots auraient le pouvoir de mettre notre cerveau en mode panique.

Photo: iStock

Selon les expériences menées par les chercheurs américains Andrew Newberg et Mark Robert Waldman, lire ou entendre le mot « non » modifie notre chimie interne au point d’altérer nos capacités de raisonner et de parler.

Les termes « pauvreté », « maladie » et « isolement » stimulent quant à eux des zones cérébrales qui nous incitent à imaginer des scénarios catastrophe.

Marie-France Marin, doctorante au Centre d’études sur le stress humain, à Montréal, précise que les réponses au stress varient selon le contexte et les expériences de la personne. Le mot « mort », par exemple, produira un effet plus important chez un patient souffrant d’une maladie incurable que chez une personne en bonne santé.