Santé et Science

Culture scientifique : le vrai problème, et une solution

«On arrive aujourd’hui à la limite de ce qu’il est possible d’abolir sans faire extrêmement mal. Il est donc grand temps de changer de stratégie», dit Valérie Borde, qui propose une solution au ministre Jacques Daoust…

debrouillard
Illustration de Jack Goldstyn diffusée il y a quelques jours sur le compte Twitter du magazine Les Débrouillards (@debrouillards)

Le Québec est passé à un cheveu, la semaine dernière, de perdre une partie importante des efforts qu’il consacre à la culture scientifique.

En effet, le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations (MEIE) annonçait aux acteurs majeurs du domaine — notamment BLD (qui édite les magazines Les Explorateurs, Les Débrouillards et le tout nouveau [et excellent ! ] Curium), l’Agence Science Presse, l’Acfas et le réseau du Conseil du loisir scientifique — que leurs subventions de fonctionnement ne seraient pas renouvelées.
Sante_et_science

La levée de boucliers suscitée par cette décision sans aucun bon sens a fait reculer le ministre Jacques Daoust. Dans le communiqué publié dimanche après-midi, on peut lire que :

«Les organisations du domaine de la culture scientifique jouent un rôle capital dans le développement de l’intérêt des jeunes et moins jeunes pour la science. Malgré le contexte financier particulièrement difficile dans lequel le gouvernement évolue, nous tenons à préserver la mission de ces organisations qui travaillent dans le domaine de la culture scientifique et qui apportent une contribution importante au développement économique», a précisé M. Daoust.

Le problème reste entier

Reste que le problème n’a pas disparu avec la volte-face du MEIE, qui a bien montré avec cette bourde qu’il tend à confondre «activités de culture scientifique» et «promotion des carrières scientifiques».

Réexpliquons donc la différence.

Les premières visent avant tout à accroître la compréhension que la population de tout âge a des questions de science et de technologie.

On pourrait donner des milliers d’exemples de ce qu’une population plus éclairée dans ces domaines apporte comme retombées économiques, liées principalement au fait qu’elle tend alors à prendre de meilleures décisions, et ce, tant sur le plan individuel que collectif.

Face à un virus comme Ebola, par exemple, un peuple apte à comprendre comment se propage et se prend en charge la maladie est infiniment mieux armé qu’un autre guidé par la magie et la superstition.

Face aux catastrophes climatiques, l’aptitude de la population et des décideurs à comprendre les messages émanant des spécialistes influence directement leur degré de résilience, a démontré ces jours-ci la Royal Society of London.

La culture scientifique se bâtit à coups d’articles dans les journaux, d’émissions de radio ou de télé, de fils Twitter ou de pages Facebook d’information vulgarisée, de livres, d’expositions dans les musées, d’animations, de conférences et de camps de jour. Elle concerne l’ensemble de la population, quel que soit son âge, son degré d’éducation ou son métier.

Évidemment, cela prend du temps, et les retombées économiques des efforts investis sont souvent bien difficiles à mesurer.

La promotion des carrières scientifiques, elle, correspond à une vision beaucoup plus réductrice de la culture scientifique, même si cette mission est aussi cruciale.

Elle vise directement à alimenter en main-d’œuvre les entreprises de haute technologie, qui sont souvent des moteurs de l’économie, en essayant d’attirer vers les études scientifiques des jeunes qui y voient trop souvent un «truc de bollé».

Dans sa nouvelle mouture, le programme NovaScience aurait visé à exposer davantage des jeunes à l’innovation en entreprise.

Ce n’est pas une mauvaise idée, loin s’en faut.

Mais cela ne devrait en aucun cas se substituer à la mission de soutien des activités de culture scientifique destinées à l’ensemble de la population, pour deux raisons.

D’une part, même si en promouvant beaucoup plus vigoureusement les carrières scientifiques, on arrivait par miracle à doubler ou tripler le nombre de jeunes qui s’y destinent (la tendance aujourd’hui est, au contraire, au désintérêt croissant), on continuerait à laisser le reste de la population dans une inculture scientifique crasse qui freine le progrès et qui est lourde de répercussions économiques.

Ce serait un excellent moyen de renforcer encore un peu les inégalités sociales.

D’autre part, les travailleurs du savoir, dont les connaissances sont souvent hyperspécialisées, ont eux aussi besoin de se frotter à des activités de culture scientifique pour prendre des décisions plus éclairées, élargir leurs horizons et satisfaire leur soif de connaissances.

Une bonne offre de culture scientifique pour tous permettrait de tirer encore mieux parti de leurs compétences.

Elle aiderait aussi nos décideurs, qui ne brillent souvent pas particulièrement par leur compréhension des enjeux scientifiques.

Malheureusement, quoi qu’en dise aujourd’hui le ministre Daoust, j’ai bien du mal à croire que ce n’est pas cette vision réductrice de la promotion de la science qui va continuer à dominer dans son ministère.

Pour une raison fort simple : la promotion des carrières scientifiques est beaucoup plus facile à faire financer par le secteur privé que ne le sont les autres activités de culture scientifique.

Les industries aéronautique, biopharmaceutique ou pétrolière, par exemple, voient un intérêt à court terme à faire les yeux doux aux jeunes pour tenter d’attirer les meilleurs talents. Elles sont beaucoup moins enclines à financer des activités grand public autres que celles qui servent clairement à promouvoir leur secteur.

La solution

Depuis plusieurs années déjà, la stratégie gouvernementale dans ce domaine consiste essentiellement à demander d’abord aux organismes de culture scientifique d’aller se chercher eux-mêmes du financement privé.

Ce n’est certainement pas le meilleur moyen d’y arriver, compte tenu de leurs ressources humaines et financières souvent très limitées, et du nombre également très limité de commanditaires faciles à convaincre.

Ensuite, on leur ampute une partie de leur budget parce qu’ils n’y arrivent pas — ou, en tout cas, pas assez, selon les exigences du Ministère. Ce n’est pas nouveau.

On arrive aujourd’hui à la limite de ce qu’il est possible d’abolir sans faire extrêmement mal.

Il est donc grand temps de changer de stratégie.

C’est au gouvernement de s’organiser pour que la culture scientifique soit convenablement financée.

Monsieur Daoust, il est temps que vous touchiez deux mots à vos collègues des Finances sur l’importance capitale de ce secteur, si vous y croyez vraiment.

Car il n’y avait pas un seul mot à ce sujet dans la mise à jour économique et financière présentée par M. Leitao début décembre.

Pour préserver les finances publiques, le gouvernement va pourtant aller chercher 330 millions de dollars dans les entreprises et 260 millions de dollars auprès des particuliers, sous la forme de réduction d’avantages fiscaux ou d’augmentation d’impôts.

Rêvons un peu et imaginons que M. Leitao ajoute 10 millions de dollars à ces sommes, pour les destiner à un Fonds pour la culture scientifique renouvelé et apte à jouer son rôle «capital».

Pour donner accès à l’ensemble de la population à une offre plus importante et mieux structurée d’information scientifique vulgarisée et attrayante — sous toutes les formes possibles et imaginables —, il aurait annoncé que chaque Québécois devrait désormais donner, selon son revenu, une moyenne de 50 cents par année à ce Fonds.

Et que chaque entreprise de plus de 100 employés devrait y cotiser, également selon ses revenus, pour une somme moyenne de 1 500 dollars par an.

Quatre millions de la part des particuliers, puis six millions de la part des entreprises : le compte y serait !

M. Leitao aurait même pu ajouter, tiens, une petite clause dans les crédits d’impôt à la recherche et au développement (oui, il en reste !), qui obligerait chaque entreprise voulant en bénéficier à cotiser minimalement à un fonds pour la relève en sciences et technologies.

On s’assurait ainsi que cet aspect est convenablement financé par ceux à qui il profite le plus.

Et pour distribuer tout cet argent de la manière la plus efficace possible, on pourrait ensuite, par exemple, s’inspirer du plan que la Nouvelle-Zélande a mis sur pied (voir cet autre billet).

Est-ce que, face à cette exigence nouvelle du gouvernement, les casseroles auraient de nouveau résonné dans nos rues ? J’en doute fort.

J’ai même un nom à suggérer pour ce nouveau programme, pas mal plus vendeur que le très sérieux Novascience.

Si le professeur Scientifix est d’accord, on pourrait l’appeler le Fonds Beppo, parce qu’il ferait faire au Québec un grand bond en avant.

Qu’en dites-vous, monsieur Daoust ? Et vous, chers lecteurs ? On se jette à l’eau ?

* * *

À propos de Valérie Borde

Journaliste scientifique lauréate de nombreux prix, Valérie Borde a publié près de 900 articles dans des magazines depuis 1990, au Canada et en France. Enseignante en journalisme scientifique et conférencière, cette grande vulgarisatrice est à l’affût des découvertes récentes en science et blogue pour L’actualité depuis 2009. Valérie Borde est aussi membre de la Commission de l’éthique en science et en technologie du gouvernement du Québec, en plus d’être régulièrement invitée dans les médias électroniques pour commenter l’actualité scientifique. On peut la suivre sur Twitter : @Lactu_Borde.