Santé et Science

Le Nunavik au fil de l’eau

Avec ses 4 500 rivières, le Québec est l’endroit sur la planète où l’on trouve la plus grande concentration de rivières inexplorées. De jeunes aventuriers iront bientôt étudier l’une d’elles.

(Photo : Expédition Ikivuq)

Six aventuriers québécois, trois hommes et trois femmes dans la vingtaine, prendront d’assaut une rivière inexplorée du Nunavik à compter du 10 juillet. Ils seront les premiers, dans cette expédition qui s’étendra sur 360 km, à descendre les 180 km de la rivière Lestage, afin de la cartographier et de répertorier les rapides pour l’Institut culturel Avataq, un organisme inuit qui souhaite mettre à jour sa base de données concernant ce secteur du Nunavik.

L’expédition, baptisée Ikivuq (« embarquez avec nous », en inuktitut), permettra également de visiter des sites archéologiques localisés grossièrement lors d’expéditions pédestres dans les années 1950. Elle devrait s’étaler sur 26 jours.

Les six explorateurs, originaires de Montréal, Québec et Salluit, partiront en canot du parc national des Pingualuit et pagaieront vers le sud jusqu’à Kangirsuk, à une dizaine de kilomètres de la baie d’Ungava. Ils trimballeront des centaines de kilos de vivres et d’équipement, notamment une combinaison étanche et des vêtements d’hiver (les températures chutent sous zéro, même en juillet, et les vents atteignent souvent 100 km/h dans ces contrées sans arbres), ainsi que du matériel cinématographique, dont un drone, pour le tournage d’un documentaire, qui se cherche encore un diffuseur. Tout cet équipement devra être transporté lors de portages qui peuvent s’étirer sur 10 km.

Avec ses 4 500 rivières, le Québec est l’endroit sur la planète où l’on trouve la plus grande concentration de rivières inexplorées.

Infos
Fermer
Plein écran