Brenda Milner : Mémoire vive
Santé et ScienceChanger le monde

Brenda Milner : Mémoire vive

« Travailler, ça fait un bien fou ! »

À 99 ans, Brenda Milner est non seulement une pionnière de la neuropsychologie clinique, mais elle est toujours chercheuse et professeure à l’Institut neurologique de Montréal (INM). En 2014, à l’âge de 95 ans, ses recherches sur la mémoire et la cognition lui ont valu le prestigieux prix Kavli, doté d’une bourse d’un million de dollars américains, qu’elle a partagée avec deux collègues des États-Unis.

« Je resterai salariée de l’Université McGill tant qu’on me jugera scientifiquement crédible », dit-elle dans son bureau débordant de revues et de thèses. Le secret de sa longévité est le même que celui de sa réussite professionnelle : « L’entêtement, dit-elle en riant. Et puis travailler, ça fait un bien fou ! »

Née à Manchester, en Angleterre, en 1918, Brenda Milner devient l’une des premières diplômées en psychologie expérimentale de l’Université Cambridge, à quelques mois du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale. En 1944, elle émigre au Canada pour enseigner à l’Université de Montréal, puis entre à l’INM en 1950. Ses recherches sur le fonctionnement du cerveau, et particulièrement sur la mémoire, en ont fait l’une des plus grandes spécialistes des neurosciences du XXe siècle.

Changer le monde ? Malgré sa carrière exceptionnelle, Brenda Milner a peu de prétentions sur ce plan : « Commençons par écouter les gens », dit-elle simplement.