De la naloxone à l'école ?
Santé et Science

De la naloxone à l’école ?

Plusieurs universités québécoises souhaitent se procurer de la naloxone et former leurs agents de sécurité pour administrer cet antidote en cas de surdose aux opioïdes.

De nombreuses écoles secondaires américaines disposent désormais de trousses de naloxone, cet antidote à administrer en cas de surdose aux opioïdes.

Ce genre d’incident survient rarement en milieu scolaire, mais la naloxone aurait déjà sauvé au moins deux vies dans des écoles de l’État de New York, rapporte le New York Times. Les établissements scolaires de cet État peuvent obtenir l’antidote gratuitement, tout comme ceux de la Pennsylvanie. Au Rhode Island, les écoles secondaires ont même l’obligation d’en avoir en réserve.

Encore rien de tel au Québec, où la crise des opioïdes n’a pas la même ampleur qu’aux États-Unis et dans l’ouest du Canada. « L’Institut national de santé publique du Québec n’a pas émis de recommandation à cet effet », précise sa porte-parole, Nathalie Labonté.

Plusieurs universités, dont l’Université du Québec à Montréal et l’Université McGill, souhaitent tout de même se procurer de la naloxone et former leurs agents de sécurité pour l’administrer au cours des prochains mois. Le ministère de la Santé du Québec a annoncé que la naloxone serait gratuite d’ici Noël.

Au Québec, les opioïdes ont causé 222 morts en 2015 (dernière année pour laquelle les enquêtes sur les causes de décès sont terminées), un nombre à la hausse par rapport aux années précédentes. Les plus touchés ont au-delà de 35 ans.