Faut-il avoir peur… de la mérule pleureuse ?
Santé et Science

Faut-il avoir peur… de la mérule pleureuse ?

Ne vous fiez pas à son nom : la mérule pleureuse est tout sauf à plaindre. Au contraire, les ravages que peut faire ce champignon, qui se nourrit du bois de construction, ont de quoi semer l’épouvante.

Quand elle s’installe dans un bâtiment, ses spores invisibles à l’œil nu donnent naissance à des filaments qui s’entremêlent pour former une sorte de ouate blanche, le mycélium. Le mycélium peut ensuite engendrer des « fruits », les sporophores, qui forment de grandes plaques aux contours blanchâtres. Les sporophores relâchent alors des spores dans l’air, qui peuvent faire proliférer le champignon dans toute la structure en bois. C’est ainsi que la mérule a hérité du surnom de « cancer du bâtiment ».

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici