Santé et Science

Santé et Science

Le Dr robot fait sa ronde

Il s’appelle RP7 (RP pour remote presence ou présence à distance). Et il permet au médecin d’être au chevet de ses patients hospitalisés même quand il est à des milliers de kilomètres de l’hôpital ! Grâce à un logiciel de pointe et à une manette fixée sur son ordinateur portable, le médecin commande le robot, qui roule dans les couloirs de l’hôpital pour faire sa ronde. Celui-ci peut hocher et tourner la « tête » (un écran plat où apparaît en temps réel le visage du médecin), zoomer sur une blessure ou une plaie, et même porter un stéthoscope ! Mis en marché depuis quelques années par l’entreprise californienne In Touch Health, RP7 est aussi utilisé dans les salles d’urgences et, de plus en plus, en région éloignée. Une étude menée au Sinai Hospital de Boston semble montrer que l’emploi du robot, qui permet au patient hospitalisé de voir son médecin plus souvent, écourterait le séjour à l’hôpital. Plus d’une centaine sont déjà en poste dans des hôpitaux, aux États-Unis surtout.

Publicité
Santé et Science

Un p’tit joint, une p’tite granule…

Un petit local anonyme, rue Rachel, à Montréal. Deux hommes pèsent des paquets de fleurs verdâtres, qu’ils glissent ensuite dans des sachets de plastique. Tout à l’heure, des clients se présenteront à la porte, à commande électronique, et prendront possession de la marchandise. Nous sommes chez un revendeur de drogue bien particulier : le Centre Compassion, où quelque 500 malades achètent du cannabis pour soulager des symptômes comme la douleur, les nausées, les spasmes musculaires. Un deuxième centre, le Club Compassion, est installé rue Papineau, à Montréal, alors que d’autres ont pignon sur rue en Ontario et en Colombie-Britannique. Après deux années de démêlés avec la justice, le Centre Compassion fournit de la marijuana à des gens atteints de cancer, de sclérose en plaques, d’épilepsie, d’arthrite, de sida et d’autres maladies chroniques. Cette activité n’est pas légale, mais tolérée : puisque le ministère de la Santé du Canada accorde le droit à certains malades de se soigner à l’aide de cannabis, quelqu’un doit les approvisionner, tranchait, en 2002, le juge Gilles Cadieux de la Cour supérieure du Québec. Dans les années 1970, personne n’aurait imaginé que la substance fétiche des hippies serait un jour utilisée comme médicament. Déjà, des comprimés ou des aérosols à base d’extraits de cannabis, comme le Marinol ou le Sativex, sont vendus en pharmacie. La science commence à reconnaître le potentiel thérapeutique d’une plante qui fut utilisée pendant des milliers d’années pour soigner une foule de maux. « Les découvertes sur les propriétés du cannabis ne cessent de se multiplier », affirme le Dr Pierre Beaulieu, anesthésiste et pharmacologue au CHUM. Mais la marijuana demeure une drogue controversée. L’Association médicale canadienne s’oppose à son usage — sous forme d’herbe, du moins — à des fins médicales. Et le Collège des médecins du Québec de même que la Fédération des ordres des médecins du Canada interdisent à leurs membres d’en prescrire. On juge que les effets thérapeutiques de cette plante n’ont pas fait l’objet d’études assez poussées et que son innocuité n’a pas été démontrée. Quant au rapport Nolin, publié en 2002 par le Comité spécial du Sénat canadien sur les drogues illicites, il affirmait que la mari, consommée de façon modérée, était moins dangereuse pour la santé que l’alcool ou le tabac. Mais il s’interrogeait du même souffle sur les risques potentiels de cette drogue pour les adolescents, dont les cerveaux seraient plus vulnérables. Alors, qui croire ? La marijuana n’a pas toujours été considérée comme une substance dangereuse. Jusqu’à la fin des années 1930, on en trouvait sous forme de sirop dans la plupart des pharmacies des pays occidentaux, pour traiter les nausées, la migraine et l’arthrite. La reine Victoria s’en servait pour soulager ses crampes menstruelles. En 1890, des bonbons au cannabis et au sucre d’érable étaient vendus dans les confiseries. Mais en 1942, sous la pression du Bureau américain des narcotiques, le cannabis est retiré de la pharmacopée des États-Unis : selon ses détracteurs, il engendre la toxicomanie, la psychose et la dépendance. En 1988, le vent tourne. Des chercheurs découvrent dans le cerveau, la moelle épinière et le système immunitaire des récepteurs qui s’activent au contact des cannabinoïdes, ingrédients actifs de la plante. Et, surprise, ces récepteurs se trouvent justement dans des zones liées à la douleur, à l’appétit, aux nausées et aux spasmes musculaires. « Nos patients affirment que fumer du cannabis les soulage », explique le Dr Mark Ware, spécialiste de la douleur au Centre universitaire de santé McGill. Ce médecin a participé à l’étude COMPASS (Cannabis for the management of pain : assessment of safety study), qui apportera peut-être les preuves que les médecins réclament. Dans sept centres hospitaliers un peu partout au Canada, on a évalué les effets de la plante sur des gens atteints de sclérose en plaques, d’arthrite ou de douleurs chroniques. « Le but de l’étude est d’abord de vérifier si l’usage de la marijuana est sécuritaire et d’en déceler les effets secondaires qui risquent d’affecter nos patients », ajoute le Dr Allan Gordon, directeur du Wasser Pain Management Centre à l’Hôpital Mount Sinai de Toronto. Les résultats devraient être publiés dans quelques mois. Pendant ce temps, des chercheurs travaillent sur des médicaments à base d’extraits de cannabis. Le Dr Pierre Beaulieu, du CHUM, a étudié les effets de la nabilone sur la douleur postopératoire. Ce médicament est déjà prescrit contre les nausées et les vomissements provoqués par la chimiothérapie. Contre la douleur aiguë, toutefois, ses performances sont décevantes. « Les dérivés du cannabis paraissent moins efficaces sur la douleur postopératoire que sur la douleur chronique », explique le médecin. Par ailleurs, certains patients semblent mieux soulagés par la plante complète, ajoute-t-il. « Jusqu’ici, on n’a testé que 3 de ses ingrédients actifs, alors qu’elle en contient plus de 60. Certains composés sont peut-être plus efficaces que d’autres. Et la synergie de l’ensemble a peut-être des propriétés que nous ne connaissons pas encore. » Parlez-en à Patrick Hardy, Montréalais de 27 ans atteint de la maladie de Crohn, une inflammation chronique de l’intestin. Au milieu de la table du salon, dans le petit appartement qu’il partage avec sa conjointe, trône une pile de livres sur les façons de cultiver le pot. Le ministère de la Santé du Canada a remis à Patrick Hardy, comme à quelque 1 000 autres patients, un permis l’autorisant à faire pousser sa propre marijuana. En feuilletant les pages d’un catalogue, le jeune homme me décrit les différentes variétés offertes, affublées de noms qui évoquent des teintes de rouge à lèvres : Bubble Gum, Grapefruit Haze, Blueberry Punch, Jamaican Grape… « Aucun médicament ne réussit à me soulager aussi efficacement, avec aussi peu d’effets secondaires », dit-il. Dans un autre coin de la pièce se trouve un curieux objet qui ressemble à une toupie. Grâce à cet inhalateur, Patrick Hardy peut absorber l’équivalent de trois joints par jour, sans aspirer de fumée. L’appareil chauffe les fleurs de la plante, et le gaz qui résulte de cette opération s’accumule dans un sac. On l’inhale ensuite grâce à un petit cylindre fixé au sac. C’est plus compliqué que de rouler un joint, mais beaucoup moins dommageable pour les poumons. Car les réserves émises par les médecins s’expliquent en partie par le fait que la combustion du cannabis, comme celle du tabac, libère des substances nocives. De plus, les joints sont dépourvus de filtre et les consommateurs inspirent profondément chaque bouffée. Les fumeurs réguliers de cannabis souffrent des mêmes symptômes que les fumeurs de tabac : toux, respiration sifflante, bronchite. « Un joint équivaut à sept cigarettes », explique le Dr Donald Tashkin, qui étudie l’effet des drogues sur les maladies pulmonaires à l’Université de Californie. Les craintes pour la santé des poumons ne sont pas le seul facteur qui joue contre l’usage thérapeutique du cannabis. Le tétrahydrocannabinol (THC), principal ingrédient actif de la plante, procure une sensation de bien-être, de détente, d’insouciance. La perception du temps, des couleurs et des sons est altérée. La coordination des mouvements, la mémoire à court terme et le raisonnement aussi. « Certains patients n’aiment pas le high causé par le pot, dit Marc-Boris St-Maurice, fondateur du Centre Compassion établi rue Rachel. Des psychiatres ont parlé de « psychose cannabique » pour décrire la désorientation et la confusion que produit parfois cette drogue. Près de une admission en service psychiatrique sur 1 000 est celle d’un consommateur de marijuana en proie à la paranoïa, au délire et même aux hallucinations. Mais comme le soulignent les auteurs du Rapport Nolin, ces statistiques ne tiennent pas compte de l’état mental du patient avant son hospitalisation ni des autres drogues qu’il aurait pu consommer en même temps que la mari. « Parler de psychose me semble excessif », dit le Dr Lester Grinspoon, psychiatre et professeur à l’Université Harvard, qui étudie les effets du cannabis depuis 40 ans. « Par contre, un consommateur inexpérimenté qui absorbe une trop grande quantité de marijuana peut ressentir une forte anxiété. » Personne n’est jamais mort d’une surdose de cannabis : il faudrait en consommer 681 kilos en moins de 15 minutes, d’après une étude citée par le pharmacologue Mohamed Ben Amar dans son livre Les psychotropes. En revanche, un bad trip peut être pénible. Il faut dire que la concentration en THC du cannabis est de 10 à 15 fois plus forte que dans les années 1970. « Il y a 30 ans, on fumait seulement les feuilles, qui n’en contenaient que de 1 % à 2 %, explique le caporal Roch Côté, du bureau de la GRC de Montréal. Aujourd’hui, on consomme les fleurs, qui en renferment davantage. » De plus, les plants de culture hydroponique, nourris avec un engrais versé directement dans l’eau qui recouvre leurs racines, sont plus riches en THC que ceux cultivés dans le sol. Des croisements entre les variétés de marijuana ont aussi engendré des plants dont la teneur en THC est plus élevée. « Le cannabis contient maintenant de 15 % à 19 % de THC, et même plus, ajoute le policier. Par contre, la rumeur voulant que certains joints soient vaporisés avec des drogues chimiques comme le PCP relève de la pure fantaisie. » Les détracteurs du pot s’inquiètent aussi de l’existence possible d’un lien entre le cannabis et la schizophrénie. « L’usage de cette drogue pourrait être un facteur de risque, au même titre que la génétique ou les antécédents familiaux », dit le psychiatre Emmanuel Stip, de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine, à Montréal. En effet, chez le quart de la population, une particularité génétique augmenterait le risque de présenter des symptômes de schizophrénie ou de psychose. Mais le gène en cause s’exprimerait uniquement chez les gens qui ont fumé du cannabis à l’adolescence. D’autre part, la marijuana est une substance qu’apprécient les schizophrènes, car elle soulage leurs symptômes. « Paradoxalement, elle augmente aussi leurs rechutes, ce qui peut expliquer une certaine concordance entre les chiffres », dit Stéphane Potvin, qui travaille à une étude sur le sujet au Centre de recherche Fernand-Seguin, de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine. Quels sont les effets du cannabis sur les fonctions cognitives ? En Jamaïque et au Costa Rica, on a mené de vastes enquêtes auprès des grands amateurs de mari. La majorité d’entre eux s’estimaient plus intelligents et plus performants lorsqu’ils avaient fumé un joint. Or, des tests ont démontré que ce n’était pas le cas. Après des années d’utilisation, les gros consommateurs d’herbe éprouvaient plus de difficulté à mémoriser une liste de mots et réagissaient plus lentement que la moyenne de la population. La plupart récupéraient néanmoins leurs fonctions cognitives après avoir cessé leur consommation. Une exception : les jeunes initiés au cannabis avant l’âge de 16 ans conservaient parfois un déficit de l’attention. La marijuana conduit à une perte de motivation, estiment 82 % des Québécois interrogés dans un sondage CROP effectué en 2007. L’OMS doute de la justesse de cette perception. Et un comité d’experts venant d’Allemagne, de Belgique, de France et des Pays-Bas conclut, dans un document intitulé The Cannabis 2002 Report, que l’apathie des jeunes fumeurs de pot résulte plutôt de problèmes psychologiques présents avant le début de leur consommation. Nathalie Néron, coordonnatrice du programme jeunesse du Centre Dollard-Cormier (Montréal), qui vient en aide aux toxicomanes, ajoute : « J’ai observé dans ma pratique que de nombreux jeunes qui abusaient du cannabis à l’adolescence avaient manifesté des troubles de comportement dans l’enfance. » Certains d’entre eux utiliseraient cette substance pour calmer leur anxiété. Des ados en difficulté peuvent fumer de 8 à 10 joints par jour, selon la spécialiste. « Mais les problèmes de consommation ne touchent que 5 % des utilisateurs, précise-t-elle. N’oublions pas que 85 % des jeunes qui consomment du cannabis le font de façon occasionnelle. » Devient-on accro à la marijuana ? Les spécialistes croient qu’un usage excessif peut entraîner une dépendance psychologique, accompagnée d’une légère accoutumance physique. Mais cette éventualité serait plus faible qu’avec d’autres drogues. Selon les critères établis par l’Association américaine de psychiatrie, 9 % des personnes qui prennent du cannabis en deviennent dépendantes, comparativement à 15 % pour l’alcool, 17 % pour la cocaïne, 23 % pour l’héroïne et 32 % pour le tabac. Les hommes seraient plus susceptibles de devenir accros au pot, de même que les jeunes de 15 à 24 ans. Ce dernier fait est troublant, car c’est dans ce groupe d’âge que la consommation est la plus importante et qu’elle tend à augmenter. L’Enquête sur les toxicomanies au Canada (2004) révèle qu’un certain pourcentage de la population fait un usage régulier du cannabis : 14,1 % des Canadiens de plus de 15 ans en avaient fumé au cours des 12 mois précédant l’étude. De ce nombre, 20 % en avaient pris une fois par semaine, 18 % en avaient consommé tous les jours et… 34,1 % se disaient incapables de contrôler leur consommation. Des chiffres encore plus récents feraient des Canadiens les plus grands fumeurs de cannabis en Occident. Selon l’édition 2007 du Rapport mondial sur les drogues, publié par les Nations unies, 16,8 % des Canadiens ont dit avoir fumé au moins une fois de la mari en 2004. Par comparaison, 12,6 % des répondants américains ont admis en avoir fumé, contre 8,7 % des Britanniques, 8,6 % des Français, 6,1 % des Néerlandais. Pourtant, rares sont les adultes qui se présentent au Centre Dollard-Cormier à cause d’une dépendance au cannabis. « Des jeunes dans la vingtaine vont parfois nous consulter, ajoute Nathalie Néron. Mais la plupart des adultes qui nous demandent de l’aide sont des polytoxicomanes qui ont également une dépendance à d’autres substances, comme l’alcool, la cocaïne ou les médicaments. » Les experts s’entendent sur un point : la mari ne mène pas à des drogues plus fortes. Ce consensus se retrouve dans le rapport Nolin comme dans la plupart des études qui ont été faites un peu partout dans le monde. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : selon l’Enquête sur les toxicomanies au Canada, 44,5 % des Canadiens de plus de 15 ans ont déjà goûté au cannabis, alors que seulement 10 % d’entre eux ont déjà essayé la cocaïne, et 1 %, l’héroïne. Le chercheur Mohamed Ben Amar rapporte également que dans des pays comme les Pays-Bas, où la culture et la consommation de cannabis sont permises, moins de 8 % des fumeurs de pot essaient les drogues dures. Quoi qu’il en soit, les effets de la marijuana sur le cerveau n’ont pas fini de surprendre. Par exemple, on a découvert que cette drogue possédait un effet antidépresseur, du moins à court terme. « Les zones cérébrales associées à la douleur sont situées tout près des centres de l’humeur et de l’anxiété, explique la Dre Gabriella Gobbi, chercheuse au Centre universitaire de santé McGill. Voilà pourquoi le cannabis agit sur ces deux problèmes à la fois. » La marijuana pourrait-elle remplacer les antidépresseurs ? Certainement pas, selon la psychiatre. Par contre, les recherches sur cette drogue pourraient révolutionner le traitement de certaines maladies. On sait que dans des situations particulières, comme lorsqu’on se livre à une activité physique, le cerveau sécrète son propre « cannabis », sous la forme de substances appelées endocannabinoïdes. Leur effet est semblable à celui de la marijuana et permettrait donc de soulager la douleur, les spasmes musculaires et les nausées, en plus de calmer l’anxiété et d’améliorer l’humeur. « Mais sans que nous ayons à fumer un joint », précise la Dre Gobbi. L’automne dernier, l’équipe de Gabriella Gobbi a mis au point un médicament, le URB597, qui augmente la quantité de ce cannabis endogène dans le corps en bloquant l’action des enzymes qui le détruisent. « Cette nouvelle molécule pourrait remplacer de façon plus sûre le cannabis dans le traitement de la douleur et de la dépression », affirme la chercheuse. Mais il faudra compter plusieurs années avant que ce médicament soit offert en pharmacie. Au moment où les gouvernements commencent à permettre l’usage du cannabis thérapeutique, la science serait-elle en train de découvrir des moyens de s’en passer ? · Les effets du cannabis sur la santé · La consommation du cannabis en chifres · Le pot mène-t-il à la délinquance ? · Le pot est-il nocif pour le cerveau des adolescents ? · La petite histoire du cannabis thérapeutique · Des médicaments à base de cannabis · Une dépénalisation de fait

Santé et Science

Un p’tit joint, une p’tite granule…

Les effets du cannnabis sur la santé Hypothalamus Le cannabis augmente l’appétit, ce qui pourrait aider les patients souffrant du cancer ou du sida. Nausées La marijuana soulage les nausées et les vomissements causés par la chimiothérapie anticancéreuse, parfois de façon plus efficace que les médicaments classiques. Cerveau Mémoire L’usage abusif et prolongé du cannabis peut s’accompagner de troubles de la mémoire, de la concentration et de l’attention, et réduire la capacité de traiter de l’information complexe. Schizophrénie Le cannabis augmenterait les risques d’être atteint de cette maladie mentale chez les jeunes de moins de 17 ans qui présentent une prédisposition génétique. Moelle épinière Douleur Le cannabis atténue certaines douleurs chroniques, comme les maux de tête, les douleurs neuropathiques et les douleurs cancéreuses. Relaxant musculaire Les propriétés relaxantes et antispasmodiques du cannabis peuvent être utiles aux patients souffrant de sclérose en plaques et de lésions de la moelle épinière. Système reproducteur À long terme, la consommation de fortes quantités de marijuana peut entraîner une baisse de la libido ainsi qu’une diminution de la testostérone et du nombre de spermatozoïdes chez l’homme. Chez la femme, l’abus du cannabis peut interrompre l’ovulation. (Sources : Louis Léonard et Mohamed Ben Amar, Les psychotropes : Pharmacologie et toxicomanie, Les Presses de l’Université de Montréal, 2002. Mohamed Ben Amar, « Cannabinoids in Medicine : A Review of Their Therapeutic Potential », Journal of Ethnopharmacology, 2006.) La consommation du cannabis en chiffres • 70 % des 18 à 24 ans ont consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie. • 30 % des 15 à 17 ans et 47 % des 18 à 19 ans en ont fumé au cours des 12 mois précédant l’enquête. • 10 % des 45 ans et plus en ont consommé durant la même période. • 8 % des 12 à 19 ans en consomment une fois par semaine ; 3 % une fois par jour. • Les hommes (50 %) sont plus nombreux que les femmes (39 %) à y avoir goûté. • On a fumé du cannabis au moins une fois dans : – 43 % des ménages à faible revenu ; – 45 % des ménages à revenu moyen ; – 55 % des ménages à revenu élevé. — (Sources : Enquête sur les toxicomanies au Canada [2004] et ministère de la Santé du Canada) Le pot mène-t-il à la délinquance ? Nathalie Néron, coordonnatrice du programme jeunesse du Centre Dollard-Cormier, en doute. « Le cannabis est un dépresseur du système nerveux : sous l’effet de cette drogue, on a plus tendance à s’écraser qu’à devenir agressif », dit-elle. Néanmoins, si on abuse de cette substance, fumer du pot peut coûter jusqu’à 20 dollars par jour. « Le manque d’argent pour se procurer de la marijuana peut inciter certains ados à commettre des vols par effraction. Toutefois, la principale activité illégale des jeunes qui sont dépendants de cette drogue est la vente de cannabis pour payer leur propre consommation. » Serge Brochu, chercheur au Département de criminologie de l’Université de Montréal, étudie depuis 20 ans les liens entre drogue et criminalité. « Le cannabis ne rend pas violent, dit-il. Mais le fait que cette substance soit illégale place certains ados en contact avec l’illégalité. Si un adolescent est dépendant du cannabis, mais qu’il n’a pas d’argent pour en acheter, son revendeur va peut-être lui en prêter. Puis, pour rembourser sa dette, il devra rendre de “ petits services ”, comme transporter des sacs de drogue… » La plupart des jeunes ne mettent pas le doigt dans cet engrenage, tout simplement parce que leur consommation est épisodique. « Au cours de nos enquêtes, nous avons toutefois remarqué un autre lien entre délinquance et cannabis, ajoute le chercheur. Certains jeunes sont attirés par la déviance ; ils aiment prendre des risques et consomment de la drogue ou commettent des méfaits justement parce que c’est interdit. » Le pot est-il nocif pour le cerveau des adolescents ? « Le cannabis diminue l’attention et la concentration, explique le psychiatre Richard Cloutier, chef médical du Centre Cormier-Lafontaine. C’est pourquoi l’usage abusif de cette drogue a des répercussions sur le rendement scolaire. Mais nous ignorons encore quels sont ses effets à long terme sur le cerveau des adolescents. » Une étude menée au Département de psychiatrie du Centre médical de l’Université Duke, en 2000, arrivait à une conclusion inquiétante : le cerveau de jeunes qui avaient consommé de la marijuana avant l’âge de 17 ans était plus petit et renfermait moins de matière grise que celui des adolescents qui n’en avaient jamais fumé. Mais, fait valoir le Dr Cloutier, les jeunes qui abusent du cannabis consomment souvent d’autres substances, ce qui rend les relations causales difficiles à établir. Par contre, la corrélation entre cannabis et schizophrénie se précise. « Ce trouble mental apparaît entre l’âge de 20 et 30 ans chez les garçons et un peu plus tard chez les filles. Nous savons maintenant que chez les jeunes prédisposés génétiquement à la schizophrénie, le cannabis fait apparaître la maladie 10 ans plus tôt. » Or, ce sont 10 années précieuses qui sont ainsi perdues. « Si un jeune adulte a le temps de terminer des études, d’occuper un emploi ou de vivre en appartement avant sa première crise, il lui sera plus facile de retrouver une vie normale lorsque sa maladie sera contrôlée », conclut le psychiatre. La petite histoire du cannabis thérapeutique Depuis le 30 juillet 2001, le règlement sur l’accès à la marijuana à des fins médicales permet aux patients qui en font la demande d’utiliser le cannabis pour soulager leurs symptômes. Actuellement, 1 492 patients bénéficient de cette mesure. Pour y avoir droit, on doit être atteint d’une maladie comme la sclérose en plaques, le cancer, le sida, l’épilepsie, de lésions de la moelle épinière ou de certaines formes d’arthrite, et présenter une confirmation écrite de ce diagnostic signée par un médecin. La marijuana peut soulager la douleur chronique, les spasmes musculaires, les nausées et une perte d’appétit sévère. Le programme a été mis sur pied après que des malades eurent défendu devant les tribunaux leur droit d’utiliser cette drogue. Terry Parker, un Ontarien qui souffrait d’épilepsie, a été accusé de possession illégale de marijuana en 1997. Il plaida sa cause devant le juge Patrick Sheppard, qui lui donna raison, considérant que, en vertu de la Charte des droits et libertés, un malade a le droit de suivre un traitement qui le soulage. Jim Wakeford, un Ontarien atteint du sida, a ensuite dénoncé en justice l’ambiguïté de la loi : des gens avaient obtenu la permission de consommer du cannabis pour soulager leurs souffrances, mais il leur était interdit d’en acheter ou de le cultiver. Aujourd’hui, le ministère de la Santé du Canada accorde aux patients qui le demandent le droit de posséder du cannabis. Ces malades peuvent aussi obtenir un permis pour cultiver leur propre marijuana ou désigner quelqu’un qui le fera à leur place. Ils ont aussi la possibilité de l’acheter du Ministère. En 2001, ce dernier a signé une entente avec Prairie Plant Systems, qui cultive des plants de cannabis dans des mines désaffectées au Manitoba. Mais certains patients soutiennent que le pot manitobain n’est pas efficace et préfèrent se le procurer chez d’autres fournisseurs, comme les Clubs Compassion. Par ailleurs, ces clubs ont établi leurs propres règles. « Nous ne vendons pas de cannabis à n’importe qui, explique Philippe Gauvin, du Club Compassion de la rue Papineau. Les malades doivent se présenter avec un diagnostic de leur médecin. » Par contre, les clients des clubs n’ont pas besoin d’un permis du ministère de la Santé du Canada. Ce qui veut dire qu’ils pourraient, en principe, être accusés de possession illégale. Un jour, le cannabis thérapeutique sera peut-être vendu à la pharmacie du coin. Sous le gouvernement libéral, on prévoyait mettre sur pied un projet-pilote, de concert avec certaines pharmacies au pays. L’idée suit son cours : le Ministère est toujours en pourparlers avec les ordres professionnels et les associations de pharmaciens de chacune des provinces. C’est à suivre. Des médicaments à base de cannabis En ce moment, trois médicaments brevetés à base de cannabis sont offerts au Canada : • Le Sativex soulage les douleurs causées par la sclérose en plaques. Composé d’extraits du cannabis, dont le THC et le cannabidiol, ce médicament se présente sous forme de pulvérisateur qu’on vaporise dans la bouche. Il n’est pas remboursé par le régime d’assurance médicaments du Québec. • Le Marinol est le nom de commerce du dronabinol, un THC synthétique qui calme les nausées et les vomissements causés par la chimiothérapie. Ce médicament freine aussi la perte d’appétit et la perte de poids chez les gens atteints du sida. Il est couvert par l’assurance médicaments. • Cesamet est le nom de commerce de la nabilone, substance synthétique analogue au THC, également utilisée contre les nausées et les vomissements causés par la chimiothérapie. Elle est aussi couverte par l’assurance médicaments. Une dépénalisation de fait Le cannabis demeure interdit au Canada depuis l’adoption de la Loi fédérale sur l’opium et les drogues narcotiques, en 1923. Officiellement, la possession ou le trafic de trois kilos ou moins de cannabis peut entraîner une peine d’emprisonnement maximale de cinq ans. À plus de trois kilos, l’emprisonnement à vie devient possible. Mais la réalité est tout autre. Le 15 mai dernier, un résidant de Val-des-Monts écopait de 15 mois de prison pour la possession de plus de 4 000 plants et boutures de mari dans son domicile ainsi que de quatre kilos de cannabis en vrac. L’année précédente, un « poteux » de la même localité recevait six mois pour la possession de 8,8 kilos. En février, encore dans l’Outaouais, un cultivateur de mari se voyait infliger une peine de 19 mois de prison pour une plantation de 17 790 plants, soit une valeur minimale de près de 20 millions de dollars, à maturité. En clair, il faut produire assez gros pour faire de la prison. Depuis la légalisation du cannabis à des fins médicales, en 2001, deux projets de loi visant une dépénalisation partielle sont morts au Feuilleton. Pourtant, dès 1973, une commission fédérale proposait de sortir le cannabis de la liste des drogues interdites. La montée de la consommation et de la production depuis ce temps a imposé une sorte de dépénalisation de fait : la grande majorité des personnes appréhendées pour possession de mari ne sont pas inculpées ou bien reçoivent une libération absolue ou conditionnelle. Roch Côté

Santé et Science

30 inventions qui changeront nos vies

Le corps bionique Un cœur sans battement La machine humaine Le silicium élastique Un exosquelette pour nos vieux jours Des vêtements éclairants ! La guerre aux maladies Un bâillon pour les mauvais gènes L’habitat La vitre chauffe-eau Que la lumière entre Techno-médias L’électricité sans fil Payer avec son cellulaire La réalité synthétique Toujours à l’occasion de son 30e anniversaire, L’actualité vous propose cette fois un tour du monde de demain, à la découverte des technologies les plus susceptibles de changer nos vies. Et on ne parle pas d’un futur lointain. Les prototypes de la plupart de ces inventions existent déjà, et certaines d’entre elles sont même commercialisées à l’heure qu’il est. Commander les objets par la pensée, ça vous dirait ? Et pourquoi pas un exosquelette pour vos vieux jours ? Ou un trottoir qui filtre l’eau ? Vous trouverez dans ce dossier des vidéos et des images de 10 des 30 inventions. Pour découvrir les autres inventions, rendez-vous à la page 23 de votre magazine. Un cœur sans battement L’être humain a-t-il besoin d’un cœur qui bat ? La question semblerait stupide… si elle n’était posée par l’éminent chirurgien cardiaque Bud Frazier, directeur du Centre de recherche sur la transplantation de l’Institut de cardiologie du Texas. Depuis deux ans, il teste un cœur artificiel qui, au lieu de pomper le sang par à-coups, le fait circuler en continu, à la manière d’un turbopropulseur. Grâce à ce petit appareil de conception très simple, le Dr Frazier a maintenu en vie pendant trois semaines des veaux dont on avait retiré le cœur. On ne connaît pas les répercussions à plus long terme de cette technique, mais les animaux semblaient en forme lorsque la machine a été arrêtée. Un bâillon pour les mauvais gènes Quand ils évoquent l’acide ribonucléique interférent (ARNi), biologistes et généticiens ont les yeux brillants. Car cette molécule, à peine connue il y a cinq ans, est aujourd’hui considérée comme une des voies les plus prometteuses pour le traitement de multiples affections : cancers, sida, alzheimer, maladies infectieuses, diabète, alouette ! On sait que l’ADN, dont sont faits les gènes, donne ses instructions aux cellules sous forme de molécules appelées ARN messagers. Or, en 2002, les chercheurs américains Craig Mello et Andrew Fire ont découvert que l’un de ces ARN messagers, l’ARNi, pouvait contraindre les autres au silence et ainsi bloquer les instructions des gènes. En 2006, les deux chercheurs ont obtenu le Nobel de médecine. Des entreprises se sont déjà lancées dans des essais cliniques. L´ARN INTERFÉRENT : une arme nouvelle contre les virus ? Article paru le 24 octobre 2002 sur le site web de la Cité des sciences de La Villette, France. NOVA ScienceNOW – RNAi, Émission du 26 juillet 2005, diffusée à PBS. Extraits vidéo et animation. En anglais. La vitre chauffe-eau Après la vitre autonettoyante, voici la vitre écologique qui chauffe l’eau et rafraîchit la maison ! Conçue par des ingénieurs de la société Robin Sun et de l’Institut national des sciences appliquées de Strasbourg, elle comprend un double vitrage entre lequel des bandes obstruent les rayons du soleil, à la manière des lamelles d’un store vénitien. Ces bandes sont faites de capteurs solaires et de réflecteurs métalliques. Les capteurs concentrent la chaleur du soleil vers un long serpentin de cuivre, dans lequel de l’eau circule jusqu’au chauffe-eau ou au système de chauffage. Les réflecteurs, eux, bloquent une partie des rayons quand le soleil tape et qu’il fait trop chaud dans la pièce. Installée sur des fenêtres orientées au sud, cette vitre permet de diminuer la facture d’eau chaude et empêche la maison de se transformer en fournaise l’été. « La vitre qui fabrique l’eau chaude » Crédits vidéos : M6 – Ministère de la recherche, France Crédits images : Robin Sun Le silicium élastique Après des décennies de rigidité forcée, les circuits imprimés ont commencé à ramollir depuis qu’on a découvert, il y a quelques années, des plastiques semi-conducteurs. Ce sont ces matériaux qui servent à fabriquer du papier électronique (voir Mon journal en plastique , 15 nov. 2006) et des écrans souples. Mais jusqu’à présent, le silicium, dont sont faits presque tous les composants électroniques, restait inflexible. À l’aide des nanotechnologies, John Rogers a réussi à fixer des atomes de silicium aux atomes d’un matériau élastique. Ainsi, plutôt que de former une structure rigide, le silicium peut être étiré et relâché, tout en restant semi-conducteur. Traduction : Le silicone extensible. La plupart des circuits électroniques se présentent aujourd’hui sous la forme de puce de silicone rigide. Cette rigidité vient de la friabilité du silicone utilisé pour les circuits. Par conséquent, les appareils électroniques qui utilisent ces puces sont également rigides. Regardons maintenant l’avenir de l’électronique. Des scientifiques spécialistes des matériaux sont à fabriquer un silicone ultra-mince et « vagué » qui peut s’étirer, se plier, se tordre. Qu’est-ce que ça signifie? Des cellulaires qui s’enroulent et se mettent dans la poche. Du papier-peint digital qui pourrait changer de couleurs ou montrer des films. Des livres électroniques sont on peut tourner les pages. Des gants intelligents pour assister les chirurgiens pendant une opération. Le silicone extensible, l’électronique qui peut aller partout et sur tout. Crédits vidéo : J. Rogers/Univ. Of Illinois Crédits images : J. Rogers/Univ. Of Illinois Un exosquelette pour nos vieux jours Quand la mécanique du corps humain commence à rouiller, le moindre geste peut devenir un calvaire. Pour pallier les déficiences des muscles et des articulations — et aider grand-mère à se relever de son fauteuil ! —, des chercheurs conçoivent des robots « exosquelettes » que l’on revêt comme une combinaison et qui permettent d’accomplir certains mouvements sans effort. Légende : Démonstration du système Lokomat, qui aide les personnes partiellement paralysées ou atteintes de maladies neurologiques à réapprendre à marcher. L’électricité sans fil Déjà, certains appareils usuels, comme les chargeurs de brosses à dents, peuvent générer de l’électricité à quelques millimètres de distance par couplage inductif : dans une base branchée sur le secteur, un courant électrique crée un champ magnétique qui se propage dans l’air et produit à son tour un courant électrique dans un autre conducteur. Takao Someya, de l’Université de Tokyo, a quant à lui fabriqué une plaque « à induction d’énergie » d’un millimètre d’épaisseur qui peut, par exemple, être cachée sous la moquette : on n’a qu’à placer une lampe dessus pour que celle-ci s’allume. Crédit vidéo : Le Figaro Payer avec son cellulaire Depuis 2006, les Tokyoïtes peuvent prendre les trains d’East Japan Railway sans billet ni carte magnétique : dans les 900 gares de la capitale et de sa région, c’est leur cellulaire qui leur sert de titre de transport. Seule condition : utiliser un des 12 modèles de téléphones compatibles avec la technologie Suica. Le mobile Suica est le dernier d’une série de portables équipés d’une carte à puce, modèles courants au Japon et qui permettent de payer ses achats. Des vêtements éclairants ! Un tissu qui mesure le rythme cardiaque ? Ou qui permet de jouer de la guitare en frottant ses doigts sur sa bedaine ? Combinant électronique, chimie et nanotechnologies, les designers et les fabricants de textiles rivalisent d’idées pour créer des vêtements « intelligents ». Le chandail-tambourine Le chandail-guitare Pour visionner la vidéo, cliquer sur le lien « Low Bandwith » ou « Broadband » sur la page (en anglais). Crédits vidéos : Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) La réalité synthétique Un tas de petites billes posées sur la table du salon se transforment en répliques miniatures de joueurs de hockey et reproduisent le match en cours à des kilomètres de là. De la science-fiction ? Pour l’instant, oui. Mais une trentaine de chercheurs travaillent sur ce concept décoiffant de réalité synthétique. Cette réplique serait faite d’un assemblage d’innombrables petites billes robotisées contenant chacune un microprocesseur, une source d’énergie, des capteurs, un moteur et un moyen d’adhérer aux autres billes. Elle pourrait être animée par un programme informatique, comme on donne vie à un hologramme, mais aussi être manipulée avec les mains, tel un objet en pâte à modeler. Crédits : CMU/ETC (Carnegie Mellon University/Entertainment Technology Center) Que la lumière entre ! Sur le toit du magasin Wal-Mart de McKinney, au Texas, une antenne parabolique capte les rayons du soleil depuis quelques mois. Grâce à un système de miroirs, elle concentre la lumière sur un faisceau de 127 fibres optiques serrées comme une poignée de spaghettis. Ces fibres débouchent au plafond du magasin par paquets d’une dizaine, répartis çà et là près des lampes. Traduction : Éclairage hybride avec des lampes fluorescentes de 3500°K 100% lumière électrique 20% lumière naturelle 80% lumière électrique (câble de fibre optique) Crédits vidéo : Sunlight Direct

Santé et Science

Mont Orford : la saga continue

En 2006, le gouvernement Charest annonçait son intention de vendre à l’entreprise privée le mont Orford, sa station de ski et son terrain de golf, ainsi que deux autres sommets adjacents. En contrepartie, il promettait d’acheter assez de forêts pour accroître la superficie du parc national environnant, faisant passer celle-ci de 58,4 km2 à 100 km2.En mai dernier, après 14 mois de controverse, ce gouvernement aujourd’hui minoritaire a plié devant la pression populaire et les partis d’opposition, en annulant la vente de la montagne et en mettant fin à l’appel d’offres pour la construction de 750 condos sur ses flancs. Cette volte-face du gouvernement libéral réjouit les opposants au projet, mais ceux-ci n’entendent pas baisser la garde, car les trois sommets et le terrain de golf ne font désormais plus partie de l’aire protégée du parc national. Légalement, affirment les écolos, rien n’empêche la MRC de convertir ces terres en parc régional… et donc de les rouvrir au développement.En revanche, le projet d’agrandir la superficie du parc national du Mont-Orford est maintenu. La ministre de l’Environnement, Line Beauchamp, a d’ailleurs annoncé que son gouvernement poursuivait ses démarches afin d’acquérir près de 5 000 hectares, qui seront par la suite intégrés au parc.

Santé et Science

Réparer l’erreur de Forillon

Début 1970, Québec et Ottawa s’allient pour créer le parc national Forillon, en Gaspésie, un joyau naturel avec ses paysages grandioses de mer, de falaises et de montagnes, mais où vivent des familles de pêcheurs depuis des générations. N’empêche, on décide de les exproprier et on leur promet, en échange, des emplois dans l’industrie touristique.Trois décennies plus tard, les Gaspésiens et les 225 familles qui ont perdu « leurs maisons, leurs terres et pis leurs pays » (dixit une chanson de Paul Piché, « La gigue à Mitchouano ») attendent toujours la réalisation des promesses gouvernementales. La manne d’emplois dans l’industrie touristique ne s’est jamais concrétisée, tandis que le nombre de visiteurs à Forillon est très loin du demi-million promis. À preuve, pas plus de 146 000 personnes ont fréquenté le parc en 2005.Comme à Mirabel, les plaies causées par les expropriations sont encore vives. Ce qui fait qu’aujourd’hui les Gaspésiens exigent que le fédéral répare les erreurs du passé. D’abord, ils réclament un plan d’urgence à Parcs Canada pour relancer Forillon, dont les infrastructures seraient désuètes. Ensuite, ils veulent qu’Ottawa s’implique pour développer l’ensemble de la région, une des plus pauvres du Québec. « Certains sont prêts à ouvrir des hôtels dans la ceinture de Forillon, mais ils ont besoin d’un coup de pouce », explique le maire de Gaspé, François Roussy, 32 ans, dont la municipalité englobe les limites du parc.Ce cri du cœur a été entendu par Parcs Canada, qui vient de mettre sur pied une table de concertation pour écouter les doléances des Gaspésiens. « C’est une bonne nouvelle, mais à lui seul, Parcs Canada n’a pas les moyens financiers pour remettre Forillon sur les rails. Ottawa doit absolument intervenir », soutient le maire. Si rien ne bouge, on envisage des moyens de pression. Mais rassurez-vous, pas question de bloquer la 132…

Publicité
Santé et Science

Des visiteurs par millions

La Sépaq a investi plus de 100 millions de dollars dans son réseau de parcs nationaux depuis que Québec lui a transféré la gestion de ses parcs, en 1999. Ces investissements massifs dans l’entretien et les services ont porté fruit. Le nombre de visiteurs dans les parcs québécois a augmenté de 39 % de 2001 à 2006, passant de 2,6 à 3,6 millions.Les trois parcs nationaux fédéraux du Québec n’ont pas connu le même succès. Leur fréquentation a diminué de 14 % pendant la même période, passant de 393 000 visiteurs en 2001-2002 à 339 000 en 2005-2006. Parcs Canada cherche actuellement une façon de relancer ses parcs.

Santé et Science

Parcs nationaux : Québec ou Ottawa ?

Fini les parcs provinciaux ! Les 25 parcs de la province sont tous devenus « nationaux » : 22 sont de compétence provinciale et gérés par la Sépaq, et 3 sont de compétence fédérale et gérés par Parcs Canada (Forillon, Archipel-de-Mingan et Mauricie).Depuis 2002, Québec emploie l’appellation « parc national » pour désigner ses parcs. « Nous avons demandé à l’utiliser afin de profiter de cette image de marque à l’échelle internationale », dit Raymond Desjardins, vice-président à l’exploitation de Parcs Québec.Pour obtenir l’appellation « parc national », les parcs du Québec doivent respecter les critères énoncés par l’Union mondiale de la nature, qui stipulent qu’aucune activité industrielle n’aura lieu dans ces territoires. Des visiteurs par millions La Sépaq a investi plus de 100 millions de dollars dans son réseau de parcs nationaux depuis que Québec lui a transféré la gestion de ses parcs, en 1999. Ces investissements massifs dans l’entretien et les services ont porté fruit. Le nombre de visiteurs dans les parcs québécois a augmenté de 39 % de 2001 à 2006, passant de 2,6 à 3,6 millions.Les trois parcs nationaux fédéraux du Québec n’ont pas connu le même succès. Leur fréquentation a diminué de 14 % pendant la même période, passant de 393 000 visiteurs en 2001-2002 à 339 000 en 2005-2006. Parcs Canada cherche actuellement une façon de relancer ses parcs. Des budgets inégaux Alors que Parcs Canada dispose de 12 millions de dollars par année pour gérer ses trois parcs québécois (soit 4 millions par parc), le gouvernement québécois ne verse annuellement que 19 millions de dollars à la Sépaq, ce qui représente moins d’un million par parc. L’autofinancement (droits d’entrée, hébergement, location d’équipement, etc.) permet d’augmenter le budget annuel à 47 millions de dollars.

Santé et Science

SOS idées nouvelles

Participez à notre tribune • Le secteur privé prend-il trop de place dans la recherche universitaire ? D’activité créatrice de connaissances, indissociable de l’enseignement, la recherche est devenue une machine à générer des innovations et des retombées économiques, et à répondre à des besoins immédiats. La recherche fondamentale, qui vise à comprendre le monde, a cédé toute la place à la recherche appliquée, qui consiste à résoudre des problèmes. Un changement de vocation lourd de conséquences, selon Cécile Sabourin, professeure au Département du développement humain et social de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, présidente de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université et porte-parole de la coalition Protéger la recherche publique. Comment ce glissement s’est-il produit ? — L’influence de l’économie sur les orientations de la recherche n’est pas nouvelle, mais elle atteint un niveau critique. Au Québec, la recherche, traditionnellement administrée par le ministère de l’Éducation, relève maintenant du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, ainsi que du ministère de l’Industrie du Canada. Le financement est accordé de plus en plus souvent par appels d’offres sur des sujets ciblés, sous l’influence grandissante des entreprises et des gouvernements. Les chercheurs n’ont pas le choix: s’ils veulent de l’argent pour leurs travaux, ils doivent s’y plier. D’ailleurs, dans sa stratégie Un Québec innovant et prospère, annoncée en décembre 2006, le gouvernement québécois a fait de la valorisation de la recherche et de l’innovation sa priorité absolue. Cet énoncé de politique, qui correspond à un réinvestissement majeur en recherche, a pourtant été largement applaudi. — Oui, par les recteurs, les gens d’affaires et les journalistes! Les premiers ont un criant besoin d’argent pour les universités, les seconds ne peuvent que se réjouir des montants mis à leur service. Quant aux journalistes, ils sont victimes de la campagne de désinformation savamment orchestrée par le gouvernement: alors que les professeurs sont les premiers exécutants de la politique scientifique, ils n’ont même pas été invités à l’annonce de la stratégie, contrairement aux recteurs… Quelles conséquences voyez-vous à ce changement de vocation ? — D’abord, toute la recherche qui n’entraîne pas de retombées à court terme périclite. Pour trouver un nouveau médicament ou résoudre le problème du décrochage scolaire, il y a de l’argent — et c’est tant mieux — mais il y en a beaucoup moins pour étudier la démocratie, les maladies tropicales ou les plaques tectoniques. Pourtant, on sait depuis longtemps que les grandes avancées technologiques ou sociales viennent souvent des recherches fondamentales. D’ailleurs, les universités sont des institutions publiques et elles n’ont pas à servir des intérêts privés. D’autre part, en forçant les chercheurs à se concentrer sur des problèmes ciblés, on brime leur créativité. Qui sait quelles nouvelles idées ou quelles découvertes pourraient germer dans l’esprit des jeunes si on leur donnait les moyens de les explorer! C’est une perte pour la société tout entière. Enfin, l’enseignement en pâtit lourdement, car il est incompatible avec le mode de fonctionnement qu’imposent les impératifs économiques: des délais serrés, de grandes équipes… Dans ce contexte, les étudiants de maîtrise et de doctorat doivent produire à tout prix, comme des travailleurs, alors qu’ils devraient être en train d’apprendre à se montrer créatifs, critiques et rigoureux. Quand on sait que ce sont nos élites de demain, il y a de quoi s’inquiéter! Mais la tendance est mondiale. La situation au Québec est-elle pire qu’ailleurs ? — Non. Mais dans plusieurs pays, en France par exemple, les chercheurs se mobilisent contre cette tendance et commencent à être entendus. Il reste aussi des endroits, comme aux États-Unis, où de grandes fondations et les gouvernements ont su préserver la recherche libre tout en encourageant l’innovation. Ici, je crois qu’on se rendra compte malheureusement trop tard que c’est cette stratégie équilibrée qui s’avère la plus payante pour la société.

Santé et Science

La santé a une ville !

Toronto n’a pas de cœur, il lui manque un lieu qui la caractérise, disait Pierre Elliott Trudeau. Si son fantôme venait s’asseoir quelques instants sur un banc de Queen’s Park, le dos tourné à l’Assemblée législative de l’Ontario, les yeux fixés sur l’angle de la rue College et de l’avenue University, il changerait d’idée. Le cœur de la Toronto moderne, l’un des plus puissants moteurs économiques de l’Amérique du Nord, c’est ici. Dans un quadrilatère de moins de 2,5 km2 centré sur cette intersection, dix hôpitaux, deux universités, des dizaines de centres de recherche et quelque 700 entreprises privées injectent un milliard de dollars par année dans la science et l’innovation biomédicales. Près de trois millions de dollars par jour, qui font vivre 80 000 travailleurs venus de partout sur la planète pour exploiter ce nouvel eldorado. Dans le «Discovery District» — nom donné au quartier par la municipalité il y a quatre ans —, les édifices poussent comme des champignons entre des bâtiments centenaires que l’on rénove à grands frais. En deux ans, on a construit pour environ 700 millions de dollars de nouveaux immeubles. Dans cette véritable cité scientifique — voisine de Bay Street, le centre financier du Canada —, Toronto fait front commun pour transformer l’argent des gouvernements et des philanthropes en découvertes fondamentales, en nouveaux traitements, en capital de risque pour des entreprises de biotechnologie. Et en emplois hyper-qualifiés. «C’est gros, c’est riche et ça bouge», résume le brillant généticien québécois Thomas Hudson, qui a laissé son poste de directeur du Centre d’innovation Génome Québec et Université McGill, l’été dernier, pour diriger le nouvel Institut ontarien de recherche sur le cancer. Une grande perte pour Montréal, qui lorgne tristement la réussite de la métropole de l’Ontario… Plongeant vers le sud, c’est «Hospital Alley», le quartier des hôpitaux, qu’on a failli rebaptiser «Medical Mile» tant il n’en finit plus. De part et d’autre de l’avenue University, cinq grands hôpitaux universitaires se serrent les uns contre les autres. L’immense Hôpital général de Toronto, l’Hôpital Princess Margaret, l’Hôpital Mount Sinai, l’Hôpital pour enfants malades, l’Institut de réadaptation de Toronto et leurs centres de recherche respectifs communiquent par des souterrains ou des passerelles, échangent spécialistes et savoir-faire, tout en se livrant concurrence pour les subventions. Cinq autres centres hospitaliers couplant soins et recherche sont installés dans les rues adjacentes: l’Hôpital St. Michael, le Centre Sunnybrook des sciences de la santé, l’Hôpital Toronto Western, l’Hôpital Women’s College et le Centre de toxicomanie et de santé mentale, dont le vaste centre de recherche est associé à l’Organisation mondiale de la santé. Un million de patients ont franchi l’an dernier les portes des trois hôpitaux du Réseau universitaire de santé (Hôpital général, Princess Margaret et Toronto Western). Environ 7 000 bébés sont nés à Mount Sinai, 20 enfants ont reçu un nouveau cœur à l’Hôpital pour enfants… La Faculté de médecine de l’Université de Toronto, à laquelle sont affiliés la plupart des hôpitaux, compte 4 000 employés et 2 000 étudiants diplômés. C’est de loin la plus grande au Canada et l’une des premières en Amérique du Nord. Dans le secteur médical, surtout dans les laboratoires de recherche, l’argent coule à flots. L’an dernier, 1 048 médecins et scientifiques ont reçu 508 millions de dollars de subventions pour leurs recherches (un montant en hausse de 80% depuis 2000), le cinquième des fonds offerts par les Instituts de recherche en santé du Canada (principal organisme subventionnaire fédéral dans ce domaine) et le cinquième des chaires de recherche du Canada en santé. Et plus de 800 jeunes effectuent un stage de recherche postdoctoral dans ces hôpitaux. L’argent de l’État attire celui des mécènes. En juin 2006, l’Institut de recherche Samuel Lunenfeld, de l’Hôpital Mount Sinai, a reçu 25 millions de dollars de Lawrence Tanenbaum, propriétaire entre autres des Maple Leafs de la LNH. Cet homme d’affaires entend ainsi remercier le premier ministre Dalton McGuinty pour un programme de bourses d’excellence en recherche biomédicale de 25 millions de dollars. Chaque bénéficiaire de ces 10 bourses obtiendra ses 2,5 millions pour cinq ans à condition que l’établissement qui l’engage lui remette la même somme. De quoi attirer la matière grise. En octobre, ce sont les frères Joseph et Wolf Lebovic qui ont offert 50 millions de dollars à Mount Sinai — le plus gros don jamais reçu par un hôpital au Canada. Et en février 2007, Sonia et Arthur Labatt (l’un des fondateurs de la société de gestion de placements AIM Trimark) ont donné 30 millions à l’Hôpital pour enfants afin qu’il puisse construire un laboratoire de recherche et de traitement des maladies cardiaques infantiles, qui sera parmi les plus importants au monde. Même les campagnes auprès des simples malades battent des records historiques. En quatre ans, la Fondation du Réseau universitaire de santé a récolté près de 600 millions de dollars, ce qui lui a entre autres permis de se doter de 70 000 m2 de nouveaux laboratoires. En deux ans, son budget de recherche est passé de 150 à 189 millions de dollars, et plusieurs spécialistes de renommée mondiale, comme le Dr Benjamin Neel, ont été recrutés. De l’autre côté de la rue College, au nord-ouest de l’intersection, c’est le domaine de l’Université de Toronto, son principal campus — il y en a deux autres, à Scarborough et à Mississauga —, fréquenté par quelque 51 000 étudiants. Un budget annuel de 1,2 milliard de dollars, dont la moitié pour la recherche. Donnant directement sur les pelouses de Queen’s Park, le dernier-né des bâtiments de cet établissement d’enseignement vieux de 179 ans est sorti de terre en 2006. Le Leslie L. Dan Pharmacy Building, d’une grande audace architecturale avec ses deux atriums en forme de bulle semblant flotter au-dessus du hall d’entrée, a permis de doubler le nombre d’étudiants de premier cycle en pharmacie — ils sont maintenant plus de 1 000, et 300 dans les cycles supérieurs. Le Torontois d’origine hongroise Leslie L. Dan, diplômé de la Faculté de pharmacie de cette université et fondateur de Novopharm (géant des médicaments génériques), a donné 13 des 75 millions de dollars nécessaires à la construction du bâtiment de 12 étages. L’université n’a pas lésiné et a confié le travail au célèbre architecte londonien Norman Foster — à qui on doit entre autres la rénovation du Reichstag, à Berlin. De nuit, les deux bulles, éclairées l’une en bleu, l’autre en orange, et visibles de l’extérieur, ne passent pas inaperçues, même dans cette ville habituée aux extravagances architecturales. Juste à côté, dans la rue College, un autre édifice, construit en 2005 pour 105 millions de dollars, ravit les amateurs d’architecture moderne avec sa façade de verre abritant une forêt de bambous. C’est le Terrence Donnelly Centre for Cellular and Biomolecular Research, centre multidisciplinaire sur le métabolisme cellulaire qui réunit des spécialistes en génomique, en mécanique des fluides et en biologie des cellules souches. Six des 40 chercheurs principaux qui y ont installé leurs laboratoires ont été recrutés à l’étranger dans les deux dernières années. Sur le trottoir d’en face, le Health Sciences Building vient d’être entièrement rénové. Derrière sa façade tristounette, il cache notamment un laboratoire de simulation flambant neuf, copie d’une salle de soins intensifs et d’un bloc de confinement en cas d’épidémie — le SRAS a marqué les esprits! Les étudiants de la Faculté des sciences infirmières s’y entraînent à des prélèvements ou à des manœuvres délicates, comme la défibrillation, sur 18 mannequins d’un réalisme saisissant. À 50 000 dollars pièce, ces robots programmables parlent, gémissent, toussent… et meurent si on ne les traite pas correctement ! À quelques rues de là, à la jonction de ce Discovery District et du Financial District, l’Université Ryerson, le plus grand établissement de premier cycle au Canada, s’est elle aussi agrandie. Un nouveau bâtiment de 75 millions accueille depuis septembre les 6 000 étudiants de sa Faculté de commerce. Une armada de futures recrues pour le quartier. Entre les deux universités et juste à côté des hôpitaux se trouve le bâtiment le plus révolutionnaire et le plus coûteux de cet ensemble. Donnant sur la rue College, juste à l’angle de l’avenue University, une longue façade de briques beiges de style Renaissance masque en partie un édifice de verre aux allures futuristes. Voici le Centre MaRS, gigantesque centre d’innovation de 65 000 m2 destiné à favoriser les retombées économiques de la recherche, véritable machine à transformer les découvertes en dollars. «En regard de la qualité et de la concentration de la science qui se fait à Toronto, particulièrement dans ce quartier, la commercialisation est encore largement insuffisante», explique John Evans, l’un des principaux instigateurs de ce centre presque unique au monde, qui a coûté la bagatelle de 345 millions de dollars. «Dans tout le Canada, nos investissements en recherche ne font pas assez leur travail comme créateurs de richesse collective», dit-il. Le Centre MaRS — son nom vient de celui d’un fichier informatique qui signifiait «Medical and Related Sciences» — vise à combler cette lacune en établissant un lieu, en plein cœur du Discovery District, où encourager l’innovation. En 2000, John Evans et une poignée d’autres hommes d’affaires ont réuni 15 millions de dollars pour lancer le projet. En deux ans, ils ont convaincu les gouvernements provincial et fédéral ainsi que d’autres partenaires publics d’investir environ 100 millions de dollars dans le Centre MaRS. Ce projet collait parfaitement à la nouvelle stratégie du gouvernement provincial en matière de science et d’innovation. L’emplacement, lui, fut vite trouvé: l’Hôpital général de Toronto venait de décider de se départir d’un vieil édifice datant de 1911. Le lieu est chargé d’histoire: c’est là qu’en 1922 Frederick Banting et Charles Best injectèrent pour la première fois de l’insuline à un jeune diabétique, donnant naissance à une des inventions clés de l’histoire de la médecine et à une des premières entreprises issues d’une université canadienne: les Laboratoires Connaught. Inauguré en grande pompe par le premier ministre Dalton McGuinty en septembre 2005, le Centre MaRS héberge une panoplie de services destinés à aider les scientifiques à se lancer en affaires. Le vieil édifice rénové s’ouvre désormais à l’arrière sur un grand atrium qui le connecte à un bâtiment de huit étages flambant neuf, la Tour sud. Les deux abritent des entreprises et des organismes de services choisis par les promoteurs du Centre, en plus des bureaux du MaRS Venture Group, qui s’occupe de donner vie au concept et de tisser des liens avec le reste de la planète. «Nous avons cherché un mélange équilibré de locataires ayant une bonne diversité de spécialités et exigé d’eux qu’ils s’impliquent d’une manière ou d’une autre dans la vie sur MaRS, par exemple en donnant des conférences», explique John Evans. Une banque, deux cabinets d’avocats spécialisés dans les questions de propriété intellectuelle, le siège de l’Association canadienne du capital de risque et d’investissement, le Centre canadien de ressources pédagogiques en biotechnologie, le Bureau de valorisation de la recherche du Réseau universitaire de santé… En quelques mois, le Centre MaRS s’est rempli d’une cinquantaine de locataires, et il affiche désormais complet. Environ 1 000 personnes y travaillent. Le nouvel Institut ontarien de recherche sur le cancer y a installé ses bureaux et des laboratoires. Plusieurs grandes sociétés pharmaceutiques, comme Merck Frosst ou GSK, y ont installé une antenne — pratique pour repérer des cerveaux ou des petites entreprises à racheter. Des firmes étrangères de biotechnologie y ont établi leur siège social pour le Canada, notamment l’américaine NPS Pharma et la japonaise Oxygenics, qui a choisi le Centre comme tête de pont en Amérique du Nord, pour commercialiser ici ses globules rouges artificiels. À l’est, l’atrium débouche sur la Toronto Medical Discovery Tower et ses 15 étages de laboratoires, que partagent des chercheurs du Réseau universitaire de santé et de l’Hôpital pour enfants malades. «Deux hôpitaux qui collaborent aussi étroitement, c’était impensable il y a quelques années», remarque John Evans en souriant. Mais la crise du système de santé ontarien, dans les années 1990, a forcé les hôpitaux à partager des ressources; et l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003 a aussi permis d’apprendre à mieux gérer les risques. C’est dans cette tour qu’est installé le Centre McEwen pour la médecine régénérative, inauguré à l’automne par le rockeur irlandais et philanthrope Bob Geldorf, et dirigé par Gordon Keller, pionnier de la recherche sur les cellules souches. Avec ce laboratoire, Toronto est devenue une plaque tournante de la recherche dans ce domaine. Dans la Tour sud, deux étages complets ont été réservés à l’incubateur où MaRS espère faire éclore de nouveaux succès commerciaux. Au total, 44 bureaux et laboratoires attenants, dont les cloisons se déplacent selon les besoins, sont mis à la disposition d’entreprises en démarrage, auxquelles MaRS offre aussi des services gratuits — comme la supervision d’un mentor ou des formations. «C’est un excellent endroit pour se lancer, car on peut facilement échanger des idées ou des contacts avec d’autres entrepreneurs et des experts, même quand ils ne sont pas du tout dans notre domaine», dit Kamaluddin Abdur-Rashid, chimiste originaire de Jamaïque établi à Toronto depuis neuf ans. Brevets en poche, il a fondé Kanata Chemical Technologies en 2004, pour commercialiser des catalyseurs destinés à l’industrie chimique. Avec sept employés et un chiffre d’affaires proche d’un million de dollars, il espère recevoir bientôt son «diplôme» de MaRS et voler de ses propres ailes. Dans un bureau voisin, trois jeunes diplômés de l’université, Sonya Amin, Eddy Xuan et Jason Sharpe, ont ouvert un studio d’animation, AXS Biomedical Animation Studio, où ils conçoivent des films à vocation scientifique et médicale. Le Centre et ses environs regorgent de clients potentiels. Et ce n’est qu’un début. Au vu du succès du concept MaRS, John Evans et ses associés ont déjà décidé de lui donner une suite. Ils annonceront au cours de l’année la construction d’une nouvelle tour, à l’extrémité ouest des immeubles actuels, qui permettra de doubler la superficie du Centre. Le gouvernement provincial a déjà donné son aval — et 16 millions de dollars. Avant même la première pelletée de terre, plusieurs labos et entreprises ont réservé leurs locaux dans le bâtiment de 16 étages, relié directement au Centre existant et au métro. «Nous aimerions avoir des laboratoires et des entreprises spécialisées dans l’imagerie médicale, le diagnostic, les médicaments contre le cancer, les technologies de l’information… mais nous étudions toutes les candidatures!» dit John Evans. Ceux qui n’y trouveront pas de place pourront toujours se rabattre sur la communauté virtuelle qu’a bâtie MaRS autour de son site Web, grâce à un réseau à haute vitesse qui connecte tous les locataires ainsi que des organismes de l’extérieur. L’édifice a d’ailleurs reçu le Prix 2006 du bâtiment intelligent du Intelligent Community Forum, ungroupe de spécialistes new-yorkais. C’est également d’ici que partira le réseau Internet sans fil qui couvrira bientôt tout le Discovery District. Le centre de conférences, au sous-sol de l’atrium, est aussi accessible à distance. Mais c’est d’abord un lieu de rencontres informelles. En un an, 70 000 personnes y ont assisté à diverses manifestations. La série de conférences hebdomadaires gratuites Entrepreneurship 101, où des spécialistes expliquent les bases de la création d’entreprise, est destinée aux scientifiques qui ne connaissent rien aux affaires. Chaque conférence est ensuite commentée dans un blogue animé par des employés de MaRS. «On s’attendait à attirer une quarantaine de personnes pour ces conférences, on en a parfois plus de 400!» Mais le lieu le plus important du Centre MaRS, c’est la cafétéria! Un café Tim Horton où l’on fait la queue le matin, deux comptoirs de restauration rapide, des canapés disposés en îlots autour de tables basses, deux grands écrans de télévision branchés sur les chaînes de sport — 600 personnes y ont suivi la dernière finale de la Coupe du monde de soccer! —, tout est conçu pour favoriser les discussions autour d’un café, dont on sait qu’elles sont souvent les plus fructueuses. Si j’étais un espion en quête de secrets scientifiques ou industriels, c’est là que j’irais m’installer pour voir battre le nouveau cœur de Toronto…