SociétéPolitique

Campagnes électorales : place au marketing technologique

Publicité ultraciblée à la télé et la radio Internet, caméras vidéos montées sur des drones… Les nouvelles technologies pourraient bouleverser le marketing politique aux États-Unis.

Publicité ultraciblée à la télé et la radio Internet, caméras vidéos montées sur des drones… Les nouvelles technologies pourraient bouleverser le marketing politique aux États-Unis, où les dépenses électorales atteignent des sommets inégalés dans le monde. À elle seule, la campagne de la démocrate Hillary Clinton coûtera près de 2,5 milliards de dollars !

À la fin avril, plus de 300 stratèges politiques, spécialistes de la technologie et présidents d’entreprise ont discuté des nouvelles pratiques de marketing politique dans le cadre de la Campaign Tech East, à Washington.

L’actualité s’y est rendu pour observer les nouvelles tendances qui apparaîtront bientôt au Canada et au Québec.

.     .     .

marketing1

Les images venues d’en haut

Les drones s’apprêtent à faire une entrée fracassante dans le monde du marketing politique. Ils sont petits, légers, peu coûteux — de 1 200 à 4 000 dollars — et permettent de tourner des images aériennes en haute résolution. En ce moment, près de 90 entreprises aux États-Unis possèdent un permis d’utilisation commerciale, alors que 1 000 autres attendent leur autorisation.

Les drones servent à filmer les foules lors des rassemblements politiques, ou encore certains lieux mythiques d’une ville ou d’un quartier. Ces images peuvent ensuite être utilisées dans les publicités d’un candidat ou alimenter les réseaux sociaux et les sites Internet des partis. « Cela permet d’obtenir rapidement des images locales de qualité et d’augmenter l’impact du candidat », dit Colin Hoffman, de la maison Sandlot Strategic, qui a déjà aidé des candidats républicains.

;;;;;;;

marketing2

La télé qui cible

Le nombre de téléspectateurs qui regardent la télévision par câble chute rapidement aux États-Unis, au profit des Netflix, Apple TV, Xbox et autres technologies qui permettent de regarder la télé directement sur Internet. Les plus enclins à abandonner le câble ? Les 18-35 ans, un groupe plus difficile à atteindre pour les partis politiques. Des messages publicitaires conçus spécialement pour cette clientèle et diffusés sur la télé Internet permettront de s’adresser à cette frange de l’électorat, estime Tim Lim, président de Precision Network, boîte spécialisée en stratégie Web. « L’avenir est là. Tout cela va probablement se concrétiser pendant le cycle électoral présidentiel de 2016 », dit-il.

………

marketing3

La radio indiscrète

L’organisateur républicain Andrew Abdel-Malik a beaucoup utilisé la radio Internet Pandora pour diffuser de la publicité lors des dernières élections en Floride. « Je peux cibler les Hispaniques ou les républicains plus facilement qu’avec la radio traditionnelle », dit-il. Comment ? À l’aide d’un outil publicitaire créé par Pandora, qui permet de segmenter avec précision ses 73 millions d’auditeurs et de choisir les publicités que chacun d’eux entendra en fonction de leur lieu de résidence — déterminé par leur adresse IP — et de la musique qu’ils écoutent. Une personne qui écoute du Bob Marley a plus de chances de voter démocrate, tandis que l’amateur de musique country penche vers les républicains. Les partis peuvent ainsi acheter un message ciblé vers ces auditeurs. Pandora estime son algorithme fiable à 80 %.