ActualitésPolitiqueSociété

Lise Thériault, le féminisme et le dictionnaire

Lise Thériault, ministre de la Condition féminine, ne se dit pas féministe. Oui, vous avez bien lu.

Lise Thériault (Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne)
Lise Thériault (Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne)

Lise Thériault, ministre de la Condition féminine, ne se dit pas féministe.

Vous avez bien lu.

On a déjà vu un ministre de la Science ne pas croire à l’évolution. C’était à Ottawa, et il avait été nommé par un chef de gouvernement qui ne croyait pas à l’utilité du gouvernement. Au Québec, on a aussi déjà vu, et on voit encore, des ministres de l’Éducation confier leurs enfants au système privé et des ministres de l’Environnement qui n’éteignent pas les lumières en sortant d’une pièce.

Mais une ministre responsable de la Condition féminine qui ne se dit pas féministe, ça, c’est du nouveau. Pourrait-on vérifier la position de Gaétan Barrette sur l’homéopathie, juste au cas? Je commence à être inquiet.

Telle l’acériculteur diabétique ou le camionneur qui ne voit pas l’importance de passer son permis de conduire, Lise Thériault déclare à qui n’en revient pas de l’entendre qu’elle est «beaucoup plus égalitaire que féministe».

«Beaucoup plus égalitaire que féministe.» Ici, le cordonnier proverbial n’est pas seulement mal chaussé: il ne semble carrément pas saisir le concept de «chaussure». Si on ne le surveille pas, il risque de sortir avec des abat-jour aux pieds.

Qu’est-ce que le féminisme? Pour le savoir, ouvrons un dictionnaire. Et pour être certain de ne pas avoir un point de vue trop partisan, allons-y avec un dictionnaire au nom masculin, le Robert:

« FÉMINISME [feminism] n.m. — 1837 ; du latin femina — Attitude de ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes. »

Quelle partie de cette définition met mal à l’aise Lise Thériault? Le fait que Féminisme soit un nom masculin? C’est plus ironique qu’autre chose.

Pour une ministre responsable de la Condition féminine, la question «Êtes-vous féministe?», c’est la case «FREE» au milieu de la carte de bingo. Tu n’as pas besoin de penser, tu réponds «oui, évidemment», et tu mets ta pinouche sur la carte. Se planter avec cette question, c’est comme réussir à se faire une entorse lombaire en jouant à la pichenotte: il faut pratiquement faire un effort.

Pour une politicienne qui a été récemment victime d’un double standard après avoir pleuré en public et qui est régulièrement la seule femme assise à une table où se prend des décisions importantes, pour une femme d’affaires qui a dû affronter pendant des années le regard et les commentaires de centaines de croûtons en vestons, son refus de l’étiquette de féministe a des allures de syndrome de Stockholm.

Si c’est le patriarcat qui vous empêche de parler, Madame Thériault, clignez des yeux trois fois rapidement, on va vous envoyer de l’aide.

Autre réponse surréaliste à une question simple: y a-t-il une des grandes figures du mouvement féministe qui a été pour elle un modèle à suivre? Après un moment de réflexion, la ministre y est allée de cette perle: «S’il y en a une qui m’inspire plus que les autres? À première vue, je vous dirais non».

Misère… Même «Lisa Simpson» aurait été un meilleur choix de réponse que cette variante de «J’aimerais bien vous dire, mais je n’en connais aucune. Mettons… la première députée? Jehanne… Benoit… c’est ça?»

***

Lise Thériault semble être de celles et ceux qui considèrent le féminisme comme une lutte du passé. Et mettons que c’était vrai (ce ne l’est pas!), qu’est-ce que ça changerait?

L’esclavage, c’est pas mal terminé en Amérique du Nord. Je n’hésiterais quand même pas à me qualifier d’antiesclavagiste si on me posait la question. Je ne niaiserais pas autour du pot en me prétendant «beaucoup plus pro-liberté qu’anti-esclavage».

Peut-être n’aime-t-elle pas l’attitude de certaines personnes rattachées au mouvement féministe. Mais encore une fois: et alors?

Il y a dans le mouvement fédéraliste des gens idiots, des crinqués qui dépassent les bornes, des Sam Hamad, et, elle le montre bien, des ministres qui ne savent pas de quoi elles parlent. Leur existence ne change rien au fédéralisme en tant que concept.

La partie difficile, ce n’est pas censé être de décider si on est d’accord ou pas avec l’idée même du féminisme. C’est d’agir en conséquence.

Or, on comprend bien en sous-texte de l’article de la journaliste Jocelyne Richer que Lise Thériault considère que si les femmes ne sont pas dans les postes de pouvoir, c’est parce qu’elles ne se grouillent pas assez le derrière. Et la ministre n’a pas l’intention de faire grand-chose, à part dire «Vas-y ma belle, t’es capable!» aux femmes qui pensent se présenter aux élections. C’est la politique de la bine d’encouragement sur l’épaule.

Surtout pas de quotas, pas de lois, ni de contraintes. «Elle croit à l’“individu” qui décide de “prendre sa place”.»

Lise Thériault est ministre du Statu quo, du Faudrait-pas-trop-brusquer-les-choses et du Ça-changera-quand-ça-changera. C’est ce qu’on attend d’elle, dans ce gouvernement qui préfère les ministres bons soldats, même s’ils ne connaissent rien, à ceux qui risquent de demander mieux pour ceux dont ils ont la charge.

Je suis féministe. Ce n’est pas un mauvais mot. Il n’y a pas de quoi avoir un petit régurgi surette en le disant. Je suis féministe, parce que c’est, citons encore une fois le Robert, l’attitude «de ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes.»

Vous devriez essayer ça, un jour, Madame Thériault. Ça ne fait presque pas mal.