SociétéDes gars, des filles

Le niqab au tribunal: le verdict de la science

Devrait-on obliger les femmes musulmanes à retirer leur voile pour témoigner en cour? Une étude a récemment été menée sur le sujet, et les résultats sont surprenants.

Photo: iStockphoto
Photo: iStockphoto

L’été 2016 fut celui du burkini. La polémique sur les vêtements que les femmes musulmanes devraient ou non être autorisées à porter en public s’est transportée sur les plages, après avoir secoué l’an dernier les bureaux de vote et les cérémonies de citoyenneté.

Mais dans les palais de justice, le voile islamique crée des vagues depuis plusieurs années déjà — qu’il s’agisse du hidjab, qui couvre seulement la tête et le cou, ou du niqab, qui masque l’entièreté du visage, sauf les yeux. Et pour la première fois, l’argument qui a été au cœur de ces débats judiciaires vient d’être scruté à la loupe par la science.

Au Canada comme aux États-Unis et au Royaume-Uni, des juges ont ordonné à des femmes de retirer leur voile pour qu’elles puissent témoigner en cour, invoquant chaque fois le même argument: pour évaluer la crédibilité d’un témoin, et ainsi garantir à l’accusé un procès juste et équitable, il faut être en mesure de voir son visage tout entier.


À lire aussi:

Les femmes du djihad : de simples victimes ?


Ça semble aller de soi: comment déterminer si quelqu’un ment alors qu’on ne peut pas sonder tout l’éventail de ses expressions faciales? Comment accepter qu’une témoin puisse cacher ses moues de malaise, ses sourires crispés ou ses joues rouges de honte derrière un tel masque?

Pourtant, des professeurs de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario et de l’Université d’Amsterdam avaient un doute. Alors en bons chercheurs, ils ont conçu une expérience pour le vérifier, afin d’introduire des faits scientifiquement appuyés dans un débat plutôt dominé par l’émotion et les croyances. Leur étude, parue en juin dans la revue Law and Human Behavior, est la toute première jamais publiée sur l’effet d’un vêtement religieux sur la détection du mensonge.

Les chercheurs ont organisé la simulation d’un procès dans les locaux de l’université ontarienne, à Oshawa. Ils ont demandé à des étudiantes de témoigner en faveur d’une femme accusée de vol. La moitié des témoins avaient vu la femme, dans une vidéo, surveiller le sac d’un inconnu sans y voler quoi que ce soit — elles diraient donc la vérité à la cour. Les autres témoins avaient vu la femme subtiliser des objets dans le sac — elles devraient donc mentir pour la défendre. Avant de se présenter à la barre, les étudiantes-témoins ont enfilé soit un hidjab, soit un niqab, soit un simple châle ne couvrant que leur buste. Ainsi vêtues, elles ont été interrogées, puis contre-interrogées, par des assistants jouant le rôle de l’avocat de la défense et du procureur. La scène était filmée.

LAT_13_garsfilles_encadreLes expérimentateurs ont alors fait venir d’autres étudiants pour servir de jury dans ce faux procès. Un premier groupe de jurés devait juger les témoignages des femmes en hidjab, un autre groupe visionnait seulement ceux des femmes en niqab et un troisième devait évaluer la véracité des propos des femmes non voilées. On a ainsi pu jauger si les jurés avaient plus ou moins de mal à départager le vrai du faux selon que la témoin portait un voile ou pas.

Il y a de quoi tomber de sa chaise à la lecture des résultats. Non seulement le voile n’entrave pas la détection du mensonge, mais il la facilite! C’est plus facile de déceler si une personne dit vrai quand elle porte un hidjab ou un niqab que lorsque sa tête est totalement découverte.

Pour comprendre ces résultats renversants, il est pertinent de rappeler que la majorité des gens sont de médiocres détecteurs de mensonges. Dans des expériences contrôlées, même de supposés experts, comme des policiers, des psychiatres ou des juges, n’obtiennent pas mieux qu’un score de 50 % (l’équivalent de jouer à pile ou face) lorsqu’ils doivent déterminer sur la base de son témoignage si une personne ment ou dit la vérité.

Il faut aussi savoir que les expressions du visage, comme le sourire, sont des signes trompeurs de l’honnêteté d’une personne, malgré les mythes qui circulent à ce sujet. Le contenu verbal et, dans une moindre mesure, le regard constituent de meilleurs indices.

Dans le cas qui nous occupe, le voile (partiel ou intégral) semble avoir empêché les jurés de se laisser distraire par des détails sans conséquence et les avoir forcés à se concentrer sur des indicateurs plus fiables, comme la direction du regard, le ton de la voix ou la cohérence du discours.

Le même phénomène s’est produit lorsque l’expérience canadienne a été ­répétée au Royaume-Uni et aux Pays-Bas (en tout, plus de 500 volontaires ont pris part aux travaux dans les trois pays). Les chercheurs voulaient s’assurer que leurs résultats n’étaient pas attribuables à des sensibilités culturelles ou à un contexte politique particulier. Partout, ils ont observé la même chose: lorsqu’ils examinaient des femmes non voilées, les participants n’arri­vaient à distinguer la vérité du mensonge qu’une fois sur deux — pas mieux que s’ils avaient deviné au hasard. Mais lorsque la témoin était ­coiffée d’un hidjab ou d’un niqab, le flair des jurés s’améliorait sensible­ment, frisant parfois les 60 % d’exactitude.

Il y a toutes sortes de raisons de s’interroger sur la place qu’on devrait réserver au niqab dans un tribunal ou d’autres institutions publiques; sur ce qu’on perd — et ce qu’on gagne — comme société quand on permet à une femme ainsi cachée de prendre la parole devant la justice. Mais l’argument que les juges ont avancé jusqu’à maintenant pour l’exclure ne tient pas la route, concluent les auteurs: «Interdire le niqab parce qu’il entrave notre capacité à déterminer si [celle qui le ­porte] ment ou dit la vérité ne repose pas sur des preuves scientifiques.»