SociétéAffaires et économie

Les nouveaux diplômes payants

Les microprogrammes universitaires ont la cote au Québec. Moins d’un an d’études et des emplois assurés! Trop beau pour être vrai?

Le campus de l’Université McGill. (Photo: Roger LeMoyne)
Le campus de l’Université McGill. (Photo: Roger LeMoyne)

Vingt-cinq cours universitaires, quatre diplômes, deux augmentations de salaire et une promotion. Depuis son bac en enseignement, en 2004, Marie-Pierre Nolet en a fait, du chemin! Ses formations courtes en études autochtones et en gestion scolaire ont fait grimper son échelle salariale et son échelon dans la hiérarchie. Nommée directrice adjointe de la polyvalente Le Carrefour, à Val-d’Or, en 2015, cette ex-enseignante de 35 ans n’imaginait pas aller si loin. «Je ne voulais pas m’engager dans des cours à n’en plus finir tout en travaillant à temps plein, alors j’ai commencé par un microprogramme en 2010, dit-elle. Et je termine avec une maîtrise en 2016!»

À raison d’un seul par session, Marie-Pierre n’a eu aucun mal à réussir les cinq cours du microprogramme en études autochtones de l’Université du Québec en Abitibi-­Témiscamingue (UQAT). «Ça m’a encouragée à en suivre cinq autres pour décrocher un certificat.» En plus de faire augmenter son salaire, ce certificat lui a permis de bâtir un cours de culture autochtone pour les élèves de son école et d’entreprendre une formation en gestion scolaire, offerte en ligne par l’Université Laval et menant à un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS). Grâce aux crédits engrangés, il ne lui manquait plus que trois cours et un essai pour obtenir sa maîtrise dans ce domaine.


LE COURT, EN BREF

Certificat: environ 30 crédits, au 1er cycle. Dans certains cas, trois certificats peuvent mener à l’obtention d’un grade de bachelier par cumul de programmes.

Crédit: unité de valeur correspondant au travail nécessaire pour réussir un cours ; un crédit représente 45 heures de travail (15 heures de cours magistraux plus le travail personnel, les labos, etc.). Un cours compte en général pour trois crédits.

DESS: environ 30 crédits, au 2e et au 3e cycle. Diplôme d’études supérieures spécialisées. Un an (un ou deux trimestres) à temps complet. Peut mener à un programme de maîtrise.

Microprogramme: de 6 à 21 crédits, au 1er, 2e et plus rarement au 3e cycle. Conduit à une attestation. Peut être intégré (en tout ou en partie) dans un certificat, un baccalauréat, un DESS, une maîtrise.


Les programmes universitaires courts (de 6 à 30 crédits) ont la cote au Québec. Offerts aux 1er, 2e et 3e cycles, ils n’ont pas le rang des études «de grade», mais conduisent à une attestation, un certificat ou un diplôme. «Ils représentent un engagement plus réaliste, moins intimidant que des études de grade, soit le baccalauréat, la maîtrise et le doctorat», dit Gilles Mailloux, directeur du recrutement de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Cégépiens fraîchement diplômés, salariés en perfectionnement ou immigrants à la recherche d’un emploi… ces programmes attirent un effectif grandissant et varié qui contribue à renflouer les caisses dégarnies des universités.


À lire aussi:

Diplômé ès catastrophes


Si l’administration, l’éducation, la santé et les langues obtiennent la plus grande part du gâteau, des programmes courts sont proposés dans tous les domaines, de la cyber­enquête à la bio-informatique en passant par la diversité culturelle et les changements climatiques… L’idée est de coller à la demande du marché du travail, avec des horaires souples: soirs, fins de semaine, temps partiel, à distance…

Ces programmes représentent aujourd’hui le tiers des formations dans les universités québécoises, alors que la moyenne canadienne est de 10 %. Les francophones sont championnes en la matière, avec, en tête, l’UQAM, l’Université de Sherbrooke et l’Université Laval, qui en offrent chacune plus d’une centaine. Au Québec, en une décennie, les «autres diplômes» sont ainsi passés de 14 000 à plus de 24 000 par an (en hausse de 73 % de 2000 à 2011, contre 30 % pour les diplômes de grade).

Une «inflation» que dénoncent Lise Bissonnette et John R. Porter dans le Rapport du chantier sur une loi-cadre des universités, publié en 2013. Aussi recommandent-ils un bilan de la situation. Selon eux, l’absence d’évaluation obligatoire préalable de ces programmes expli­que en partie leur multiplication au Québec. Moins longs à mettre en place que les programmes de grade, ils peuvent être créés puis fermés selon les besoins. Si les auteurs du rapport reconnaissent que l’université se rend accessible en accueillant de plus en plus d’étudiants venant de milieux sociaux plus diversifiés, ils s’interrogent sur la valeur de ces «diplômes qui n’en sont pas vraiment». Et ils craignent que les universités québécoises, tout en répondant aux besoins ponctuels en main-d’œuvre rapidement formée, «n’aient détourné leurs énergies des besoins permanents de scolarisation élevée».

Les universités s’en défendent. «C’est un produit qui répond à un besoin différent, complémentaire et non pas concurrent des programmes de grade, rétorque Nicole Lacasse, vice-rectrice adjointe aux études et aux activités internationales à l’Université Laval. Le perfectionnement et la réorientation professionnelle font partie de notre mission de formation durant toute la vie.» Sylvie Beauchamp, présidente de l’Université du Québec (UQ), renchérit: «Le profil des étudiants universitaires s’est transformé. Le parcours linéaire traditionnel, où on passait du secondaire au cégep puis à l’université sans discontinuer, n’est plus celui de la majorité. Les universités se sont adaptées.» Une évolution que le Conseil supérieur de l’éducation constate dans son avis intitulé Parce que les façons de réaliser un projet d’études universitaires ont changé… (2013).

Un programme court peut d’ailleurs servir de tremplin vers des études de grade. Le quart des étudiants poursuivent au bac ou à la maîtrise, profitant — comme l’a fait Marie-Pierre Nolet — des cours qui leur ont été crédités. Mais attention, si certaines formations courtes s’imbriquent comme des poupées gigognes, d’autres ne sont pas reconnues. À l’Université Laval, par exemple, il faut vérifier programme par programme si telle «activité est contributoire» dans un baccalauréat ou un autre diplôme.

Obtenir un grade, ce n’est pas le but de Lisanne Léveillé Desjardins. Cette ambulancière paramédicale de 34 ans, titulaire d’une simple attestation d’études collégiales obtenue en 2002, n’avait jamais fréquenté l’université avant de démarrer un DESS en gestion des risques majeurs à l’UQAM en janvier. Ses années de métier lui ont valu d’être acceptée dans ce programme de 2e cycle, qui lui permettra de se réorienter en sécurité civile. «Je dois consacrer plus d’heures de travail personnel que ceux qui ont l’habitude de fréquenter l’université, dit l’étudiante, qui est toujours employée à temps plein. Mais je n’ai jamais été aussi motivée!»

Un tour des programmes courts

 

Photo: UQAT
Photo: UQAT

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

Nouveaux: microprogrammes en analyse et stratégie internationale; pratique et politique du pluralisme; médiation de la musique.

Exclusifs: microprogrammes en optométrie. DESS en finance mathéma­tique et computationnelle, où l’on forme des experts en conception, évaluation et développement de modèles de pointe en mathématiques finan­cières. DESS en santé et sécurité au travail.


UQO

Exclusif: programme court de 3e cycle en gestion de projets (permet à l’étudiant de s’initier au 3e cycle sans avoir à faire un doctorat).

Nouveaux: programme court de 1er cycle en gestion des technologies de l’information, et de 2e cycle en entrepreneuriat.


ETS

Populaires: programmes courts en planification et gestion de la maintenance industrielle; en ingénierie financière (mis sur pied avec la Caisse de dépôt et placement du Québec).

Nouveau: microprogramme en innovation en chirurgie, regroupant les disciplines de l’ingénierie, de la chirurgie et des affaires pour former des «entrepreneurs high-tech». (Partenariat entre McGill, Concordia et l’ETS.)


HEC MONTRÉAL

Exclusif: microprogramme en expérience utilisateur dans un contexte d’affaires. Donne accès au Tech3Lab, le plus important laboratoire UX d’Amérique du Nord. Cette formation recoupe le marketing, les TI et la statistique. Excellentes perspectives d’emploi.

Nouveau: certificat en analytique d’affaires (gestion de données massives ou mégadonnées).

Populaire: certificat en gestion d’entreprise (entièrement en ligne en 2017).


CONCORDIA

Nouveau: certificat en innovation, technologie et société (destiné aux ingénieurs et aux non-ingénieurs, notamment pour les amener à tester le potentiel commercial de leurs idées grâce aux cours pratiques donnés au District 3, l’incubateur d’entreprises de l’université).

Exclusif: DESS en journalisme visuel (photojournalisme, photographie documentaire, vidéographie…).

À découvrir: certificat en enseignement universitaire (15 crédits), destiné aux candidats au doctorat.

Photo: Roger LeMoyne
Photo: Roger LeMoyne

UQAM

À découvrir: DESS en bio-informatique. Vise notamment à perfectionner les bacheliers (en informatique, biologie, biochimie, mathématiques…) et à préparer les professionnels à travailler au sein d’équipes multidisciplinaires en médecine, pharmacologie, écologie, industrie agroalimentaire…

Exclusifs: DESS en droits humains, en musique de film, en droit du travail et de la protection sociale, en gestion des risques majeurs.

Nouveaux: au 1er cycle, certificat en dynamiques entrepreneuriales; au 3e cycle, programme court en pédagogie universitaire et environnement numérique d’apprentissage.


À lire aussi:

Les médiateurs débarquent!


UQAR

À découvrir: programme court de 2e cycle en énergie éolienne.

Exclusifs: programmes courts en génie électromécanique; mobilisation des compétences des groupes de travail; éthique de l’intervention en santé.


UNIVERSITÉ LAVAL

Exclusifs: microprogrammes de 2e cycle en géomatique et en prévention de la violence en milieu scolaire.

Nouveaux: microprogrammes de 2e cycle en optimisation de la performance sportive (offert par la Faculté de médecine, pour se perfectionner dans l’intervention auprès des athlètes et entraîneurs), sur les changements climatiques et sur la diversité culturelle. Certificat en santé sexuelle et DESS en agriculture, alimentation et société.

Photo: Université Laval
Photo: Université Laval

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE, CAMPUS DE SHERBROOKE OU DE LONGUEUIL

Populaires: microprogrammes en santé internationale et en soins palliatifs et de fin de vie.

Exclusif: DESS en prévention et règlement des différends.

Nouveau: microprogramme en études de l’environnement.

À découvrir: microprogramme de 2e cycle en soins spirituels, notamment pour les bacheliers en théologie ou en sciences humaines des religions; l’intervention en soins spirituels (auprès des malades ou des patients en fin de vie) est une profession encore jeune au Québec.


UQAC

Exclusifs: trois microprogrammes en gestion du transport aérien.

À découvrir: DESS en intervention par la nature et l’aventure. Destiné aux éducateurs physiques, psychologues et autres intervenants professionnels, comprend des séjours en milieu naturel et des expéditions en région éloignée.


UQAT

À découvrir: microprogramme en études autochtones.

Exclusif: microprogramme en art-thérapie (offert à Rouyn-Noranda et à Montréal).

Nouveaux: microprogrammes en prévention de la violence au primaire; en mines; en gestion environnementale.

Populaire: microprogramme de 2e cycle en approche clinique en santé mondiale. Il permet notamment de s’initier aux pathologies et problématiques courantes en zone tropicale ou nordique en vue de travailler dans le domaine de l’aide humanitaire dans les pays en développement.

Photo: iStockphoto
Photo: iStockPhoto

POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

À découvrir: certificats en cyberenquête, cyberfraude et cybersécurité des réseaux informatiques. Avant-gardistes et uniques en leur genre, ces trois certificats viennent d’être remaniés en partenariat avec le cabinet Deloitte dans le but d’aider les organisations à se prémunir contre les nouvelles cyberattaques et les contrer. Cinq postes affichés pour chaque finissant.

Nouveau: microprogramme en innovation technologique et commercialisation. Intégré au MBA de HEC Montréal, il per­met notamment d’acquérir les méthodes de gestion des risques dans un environnement technologique.


McGILL

À découvrir: DESS en gestion intégrée de l’aviation (économie, politique, droit, sécurité… à l’échelon national et international). Certificat en développement de logiciels. Certificat en commerce sur Internet (procure une base dans les affaires aux bacheliers en informati­que, génie logiciel…). Certificat en intégration scolaire (pour aider les enseignants à travailler de façon efficace auprès des élèves ayant des besoins particuliers).


UQTR

Exclusif: microprogramme en identification des besoins et soutien des élèves en difficulté en contexte d’inclusion.

Nouveau: cet automne, il vise à aider les enseignants du primaire à répondre aux besoins de tous leurs élèves admis dans les classes ordinaires, dont les élèves en difficulté et les nouveaux arrivants.

À découvrir: programmes courts de 2e cycle en interprétation culturelle et médiation culturelle; en valorisation de la biomasse; en efficacité énergétique.

Nouveau en 2017: DESS en thérapie du sport. Destiné aux bacheliers en kinésiologie, ce programme comprendra notamment des cours sur la physiologie de l’exercice, les soins d’urgence de base, les principes de réadaptation orthopédique et la biomécanique. Les thérapeutes du sport aident les patients à reprendre leurs activités habituelles, qu’il s’agisse d’un enfant atteint d’une commotion cérébrale ou d’un athlète professionnel blessé.

Populaire: programme court de 2e cycle en gestion de la performance dans le système de santé.


TÉLUQ

Exclusif: programme court en efficacité de l’enseignement et des écoles. Vise à rendre accessibles les dernières recherches et applications pratiques en la matière.

À découvrir: Programme court en gestion de projets créatifs: pour acquérir de nouvelles connaissances et compétences utiles dans une carrière de créateur ou de gestionnaire en milieu créatif.