SociétéAffaires et économie

Étudier en français dans le ROC

Les universités francophones et bilingues du Rest of Canada sont le cadre idéal pour apprendre à s’exprimer facilement dans les deux langues officielles.

Photo: Université de Hearst
Photo: Université de Hearst

Une bourse d’entrée de 10 000 dollars pour vivre et étudier dans un immense parc verdoyant, en plein Toronto: Sophie Chamberland a décroché le gros lot en 2013, après avoir obtenu un DEC en sciences de la nature au cégep d’Amqui. «J’ai le meilleur des deux mondes: habiter une grande ville et me sentir à la campagne.» Originaire du Bas-Saint-Laurent, elle est passée directement du cégep à la deuxième année de bac en traduction à Glendon, le campus bilingue de l’Université York (le système collégial n’existant pas dans le ROC, son DEC a été reconnu comme l’équivalent d’une année universitaire). «Les classes sont petites et tout le monde se connaît, comme dans un village.» Aujourd’hui à la maîtrise, nouvelle bourse en poche, l’étudiante de 22 ans s’établira dans la Ville reine une fois diplômée.

Bourses généreuses, faible rapport prof-étudiants, programmes collés au marché du travail, campus à échelle humaine, ambiance internationale, pédagogie originale, proximité de la nature… Les universités francophones et bilingues du Canada recèlent des atouts souvent méconnus des Québécois. Du Campus Saint-Jean (Alberta) à l’Université d’Ottawa (Ontario), de la Cité universitaire francophone (Saskatchewan) à l’Université de Saint-Boniface (Manitoba), elles invitent à se frotter à l’anglais tout en baignant dans un cocon français. Un cadre idéal pour apprendre à parler couramment dans les deux langues officielles.

Moment de détente sur le campus de l’Université d’Ottawa. (Photo: Université d’Ottawa)
Moment de détente sur le campus de l’Université d’Ottawa. (Photo: Université d’Ottawa)

Un peu comme les cégeps des régions éloignées, les universités de la francophonie canadienne doivent contrer l’exode des jeunes et la baisse démographique. Séduire et retenir des étudiants du Québec, mais aussi d’Afrique, du Maghreb, de France et d’ailleurs est une question de survie pour beaucoup. En Ontario, l’Université d’Ottawa a ainsi réduit depuis 2013 les droits de scolarité des étudiants internationaux inscrits à temps plein à un programme en français — ceux-ci payant désormais la même somme que les citoyens canadiens et les résidents permanents. L’Université de Hearst et l’Université Saint-Paul lui ont ensuite emboîté le pas. Quant à l’Université de Moncton, elle s’est démarquée en 2015 avec sa pub de recrutement sur le marché canadien. Axée sur l’importance de la langue française, celle-ci montre notamment deux étudiants s’embrassant à pleine bouche à la bibliothèque… Vue plus de 250 000 fois sur YouTube, la vidéo a fait saliver: les nouvelles inscriptions ont grimpé de 19 % en 2015-2016.


Combien ça coûte ?

6 191 dollars: c’est la somme moyenne déboursée par les étudiants inscrits au 1er cycle dans une université canadienne en 2015-2016, selon Statistique Canada. Les droits de scolarité varient toutefois d’une province à l’autre: les plus bas étant ceux de Terre-Neuve-et-Labrador (2 660 dollars) et du Québec (2 799 dollars), et les plus élevés, ceux de la Nouvelle-Écosse (6 817 dollars), de la Saskatchewan (6 885 dollars) et de l’Ontario (7 868 dollars). Les Québécois peuvent tout de même étudier dans le Rest of Canada sans se ruiner. Pour ce faire, il suffit de s’inscrire à un échange d’une session, tout en continuant de payer les droits de scolarité dans son établissement d’attache (avec la possibilité de bénéficier du programme de prêts et bourses du Québec pour les courts séjours d’études universitaires en dehors de la province). Une autre option est d’obtenir l’une des multiples bourses d’entrée et de mérite offertes par les universités canadiennes francophones. Bon à savoir: faute de demandes, il arrive que celles-ci ne soient pas toutes accordées.


Pour attirer des Québécois, ces établissements mettent aussi l’accent sur l’équivalence accordée pour leurs études collégiales: une année universitaire complète peut être créditée. Autre argument: la possibilité d’entrer à l’université tout de suite après le secondaire, sans passer par la case cégep, sous réserve de présenter un dossier satisfaisant (note moyenne de 75 % à 80 %, selon les universités et les programmes).

Éviter le cégep, c’est l’une des raisons qui ont amené Kylie-Marie Gosselin à l’Université de Hearst, en Ontario. Originaire du Bas-Saint-Laurent, cette étudiante en traduc­tion de 21 ans apprécie aussi les cours en «blocs» — une formule originale adoptée par Hearst en 2014 (l’une des trois universités canadiennes, et la seule francophone, à offrir cette option). «On suit un cours à la fois, puis on passe au prochain: c’est intense, mais terminé en trois semaines, dit-elle. Il n’y a pas de conflits entre les travaux à remettre pour différents cours et c’est beaucoup moins de stress.»


À lire aussi:

Les nouveaux diplômes payants


LAT15_UNIVERSITE_ROC_exergueÉtant de plus du double de ceux du Québec, les droits de scolarité exigés dans le Rest of Canada peuvent bien sûr constituer un obstacle. Mais les ententes d’échanges entre universités, de même que les bourses d’entrée ou de mérite, permettent d’alléger la facture. Selon l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), qui regroupe les 21 établissements postsecondaires francophones ou bilingues hors Québec, ce n’est toutefois pas suffisant. «Le gouvernement fédéral a mis sur pied un programme de bourses pour les études à l’international, mais rien pour celles dans les autres provinces», déplore Lynn Brouillette, directrice générale par intérim de l’Association, en croisade pour faire changer les choses. En attendant, afin d’encourager la mobilité interprovinciale, l’ACUFC offre chaque année une dizaine de bourses de 5 000 dollars, qui sont financées par… le Québec, par l’entremise du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes (dans le cadre du Plan d’action du Québec en matière de francophonie canadienne).

Bourse ou pas, des études dans le ROC peuvent s’avérer un bon investissement, débouchant sur un emploi inté­ressant dès l’obtention du diplôme. Par exemple en éducation primaire et secondaire dans l’Ouest et dans les Prairies, où le manque d’enseignants francophones est criant. «L’an dernier, nous avions quelque 70 diplômés en éducation, alors que plus de 130 postes étaient offerts», dit Étienne Alary, porte-parole du Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Même son de cloche à la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina (Saskatchewan), à l’Université de Saint-Boniface (Mani­toba) et à l’Université Simon Fraser (SFU) de Vancouver (Colombie-Britannique).

Remise de diplômes à Simon Fraser. (Photo: Greg Ehlers / Université Simon Fraser)
Remise de diplômes à Simon Fraser. (Photo: Greg Ehlers / Université Simon Fraser)

Inscrite au programme francophone intensif de formation professionnelle en éducation de la SFU, la Québécoise Marie-Pier Gilbert n’a aucune crainte pour son avenir. «Ici, les possibilités d’emploi sont immédiates dans les écoles primaires et secondaires, j’aurai ma permanence en sortant», dit-elle. Bachelière en sexologie de l’UQAM, elle n’a pas eu à refaire un bac pour accéder à ce programme. Le coût des études (près de 10 000 dollars, livres compris) ne l’a pas freinée. «C’est beaucoup plus cher qu’au Québec, mais la formation ne dure qu’un an, en incluant des stages pratiques, et donne l’équivalent d’un double bac reconnu partout.»