SociétéAffaires et économie

Le salaire minimum à 15 $?

Il faut établir le salaire minimum au plus haut niveau possible. Seuls les sans-cœur pen­sent autrement. La question est de savoir où s’arrêter.

Photo: Scott Olson / Getty Images
Photo: Scott Olson / Getty Images

Depuis mai dernier, le salaire minimum du Québec est de 10,75 dollars l’heure, ce qui équivaut à 47 % du salaire moyen des employés payés à l’heure. Une personne seule qui aura travaillé à temps plein (37 heures et demie par semaine) toute l’année au salaire minimum va toucher en 2016 un revenu net de 19 000 dollars après impôts, cotisations et crédits.

Ce revenu annuel est maigre — un minimum est un minimum —, mais il est supérieur au seuil de pauvreté moyen pour une personne seule au Québec. Selon les données officielles de Statistique Canada sur les seuils et mesures de faible revenu et le coût de la vie, ce seuil est de 17 300 dollars. Pour une famille avec enfants, les allocations fédérale et provinciale pour enfants s’ajoutent au revenu. Cela lui donne accès à un revenu total qui est très supérieur au seuil de pauvreté calculé à partir des données officielles.


À lire aussi:

Comment une petite ville du Manitoba a éliminé la pauvreté


Mais même si le seuil de pauvreté est dépassé, est-ce qu’on ne pourrait pas améliorer encore plus la situation des travailleurs au bas de l’échelle en leur accordant un salaire minimum supérieur à 10,75 dollars, par exemple de 15 dollars, comme beaucoup le préconisent?

Une réponse éclairée à cette question doit tenir compte des conséquences pour le chômage et le décrochage. D’une part, un salaire minimum élevé alourdit le coût d’embauche et incite les PME à offrir moins d’emplois et moins d’heures de travail. D’autre part, l’argent que procure un travail à temps partiel aux élèves du secondaire est une cause avérée de décrochage scolaire. En les payant encore plus, on accroît le risque qu’ils abandonnent l’école.

Sources: ministère du Travail du Québec; Statistique Canada
Sources: ministère du Travail du Québec; Statistique Canada

L’expérience vécue par le Québec dans les années 1970 est instructive à cet égard. Le tableau ci-dessus montre que, de 1967 à 1976, le salaire minimum a considérablement augmenté au Québec, passant de 48 % à 55 % du salaire moyen. Entre ces deux dates, tandis que le taux de chômage repère des hommes de 25 ans ou plus augmentait légèrement, les taux de chômage des femmes du même âge et des jeunes ont subi des hausses stratosphériques. À l’époque, des études ont conclu que le salaire minimum élevé était à l’origine d’une bonne partie de l’explosion du chômage parmi les jeunes et les femmes. Atterré, René Lévesque s’était vu obligé de geler le salaire minimum pendant cinq ans.

Si le salaire minimum du Québec était aujourd’hui fixé à 15 dollars, il équivaudrait à 63 % du salaire moyen des employés payés à l’heure, soit encore plus que les 55 % qui ont tellement nui à l’emploi dans les années 1970. Il n’y a guère de doute que nous serions témoins d’une hécatombe de chômeurs et de décrocheurs. Plusieurs dizaines de milliers d’emplois seraient détruits. L’exemple de la France, où le salaire minimum équivaut à 61 % du salaire médian, est également révélateur. En 2015, le taux de chômage des jeunes Français était de 25 %, soit le double de celui des jeunes Québécois.

VIDÉO | Salaire minimum à 15 $ l’heure: un piège?

Aux États-Unis, certaines villes vont bientôt porter leur salaire minimum à 15 dollars: San Francisco en 2018, New York en 2019, Washington en 2020, Seattle en 2021. L’Alberta va suivre fin 2018, la Californie en 2023. Mais les salaires moyens de ces villes et États sont si élevés que dans aucun d’eux, à la date prévue, le rapport entre le minimum et le moyen ne dépassera le niveau que le Québec observe depuis 20 ans afin d’éviter une répétition du dérapage des années 1970. Le Québec ne dispose pas encore de la base de richesse qui lui permettrait de porter son salaire minimum à 15 dollars sans conséquence grave pour l’emploi et la persévérance scolaire.

Un rapport stable autour de 47 % entre le salaire minimum et le salaire moyen des employés payés à l’heure avec indexation annuelle du premier au second est un bon compromis entre un salaire minimum «pas assez élevé» et un salaire minimum «trop élevé». Il ne faut pas s’en éloigner. Pour améliorer le revenu des travailleurs au salaire minimum, il faut recourir à d’autres moyens, comme l’instruction et moins d’impôts nets à payer.