SociétéPolitique

Un coup de pouce à la parité

Au rythme où vont les choses, il faudra attendre près de 400 ans avant d’atteindre la parité hommes-femmes au sein du gouvernement canadien.

Photo: iStockphoto
Photo: iStockphoto

La sous-représentation des femmes en politique ne se corrigera pas d’elle-même. La situation progresse si lentement que, au rythme où vont les choses, il faudra attendre encore… 392 ans pour que les femmes occupent une place équitable dans les instances politiques du Canada, d’après les calculs du Centre canadien de politiques alternatives.

La parité doit devenir obligatoire en politique, du moins jusqu’à ce qu’elle s’ancre dans les mœurs, d’après certains experts. Des quotas selon les sexes, une mesure encore taboue en Amérique du Nord, sont déjà en vigueur, sous différentes formes, dans une centaine de pays. Une des façons de faire est d’imposer aux partis de présenter au moins 40 % de candidatures féminines aux élections, par exemple. «Tant que les obligations à la parité ne seront pas inscrites dans des règles claires, rien ne garantit que les femmes seront présentes, un jour, à égalité avec les hommes», écrit Pascale Navarro dans son récent essai, Femmes et pouvoir: Les changements nécessaires.

Des travaux menés dans des endroits où de telles cibles sont en vigueur montrent qu’une fois qu’ils y sont forcés, les partis politiques sont parfaitement capables de dénicher des candidates qualifiées, et que les électeurs n’ont aucune réticence à voter pour elles.