SociétéTechno

Adieu chauffeurs… et chauffards

Les voitures sans conducteur sont à nos portes. En quoi pourraient-elles changer notre quotidien?

Les voitures sans conducteur de Google, Uber et nuTonomy. (Photos: Getty Images et La Presse canadienne)

Selon le magazine Business Insider, une vingtaine d’entreprises travaillent à mettre au point des véhicules autonomes d’ici 2020. Parmi elles, des constructeurs automobiles, bien sûr, mais aussi des géants de la techno, tels Google et Uber. Quelles pourraient être les répercussions de ces véhicules sur la vie des Québécois? Quelques chiffres pour comprendre.

90 %

Les voitures autonomes pourraient réduire de 90 % le nombre de morts causées par des véhicules à moteur, selon le cabinet de consultants McKinsey.

59 minutes

C’est le temps moyen que les Montréalais consacrent chaque jour à leur transport
lié au travail, selon le recensement de 2011. Et 70 % d’entre eux utilisaient leur véhicule pour se déplacer. 
Les véhicules autonomes pourraient en réduire la durée, car ils circuleront à vitesse constante, prévisible, et sans doute plus rapidement.

2,32 millions

C’est le nombre de personnes qui seront âgées de 65 ans et plus au Québec en 2031, selon l’Institut de la statistique du Québec. Les véhicules autonomes augmenteront leur mobilité.

2,5 %

C’est le pourcentage d’emplois qui pourraient disparaître en raison de cette nouvelle technologie. De 2011 à 2013, il y avait en moyenne 69 300 chauffeurs de camion, 8 000 de taxi et de limousine, et 21 000 d’autobus au Québec. Bon nombre de ces 98 300 travailleurs devront un jour ou l’autre se trouver une nouvelle activité…