Prenez le contrôle de votre ville !
Société

Prenez le contrôle de votre ville !

Pour impliquer davantage les citoyens dans la vie municipale, de plus en plus de villes au Québec remettent carrément une partie de leur budget entre leurs mains.

PRÉSENTÉ PAR

Les reportages et les grands dossiers de L’actualité seront bientôt réservés à nos abonnés. Cliquez ici pour en savoir plus!

Devant l’écran de cinéma amovible déployé dans le gymnase d’une école primaire de Saint-Basile-le-Grand en ce vendredi soir pluvieux de juin, les familles s’installent sur leurs chaises pliantes dans un joyeux désordre. Quelques personnes se pressent encore devant le kiosque à maïs soufflé installé pour l’occasion, alors que commence la projection de Lego Batman, le film.

Quand il fait beau, c’est en plein air que ces soirées de cinéma se déroulent, m’explique Stéphane Desranleau, résidant de Saint-Basile et amoureux du septième art, qui a eu l’idée de cette initiative avec une amie, Manon Desrosiers. Des films en tous genres sont présentés au fil des six représentations estivales.

Ce cinéma mobile est le résultat tangible du budget participatif de Saint-Basile-le-Grand, une des premières villes au Québec à avoir mené une telle opération en 2014. Depuis trois ans, la Ville de Saint-Basile confie en effet chaque année à sa population le pouvoir de décider ce qu’elle veut faire avec 200 000 dollars de son budget.

De quoi revitaliser la vie démocratique municipale, trop souvent délaissée par les résidants. « Nous voulons donner l’occasion aux gens de réfléchir à ce qu’ils veulent pour leur municipalité. Les élus ne peuvent pas tout voir et tout savoir », dit Bernard Gagnon, maire de la ville de 17 000 personnes. Les idées émanent toutes de la population, qui est ensuite appelée à voter pour couronner les projets gagnants.

Remettre un peu de pouvoir entre les mains des résidants s’inscrit dans une vague amorcée par la ville brésilienne de Porto Alegre, en 1989. Plus de 1 500 municipalités dans le monde auraient tenté l’expérience depuis, dont San Francisco, New York et Paris.

Difficile de tenir le compte de ce genre d’initiatives à l’échelle du Québec tant elles se multiplient. Après les arrondissements montréalais du Plateau-Mont-Royal (dès 2006) et du Sud-Ouest, les municipalités de Baie-Saint-Paul, Joliette et Matane ont toutes tenu des budgets participatifs. Nicolet lance le sien cette année.

Des expériences saluées par Julie Caron-Malenfant, directrice de l’Institut du Nouveau Monde (INM), un organisme dont la mission est justement d’accroître la participation des gens à la vie démocratique.

« Le taux de participation moyen aux élections municipales n’atteint même pas 50 %, souligne-t-elle. Et plus de la moitié de ces maires et conseillers (55 %) sont élus sans opposition, car il n’y a pas suffisamment de candidats. Les gens voudraient voter, mais n’ont même pas l’occasion de le faire ! On ne peut pas dire que nos élus municipaux ont un mandat clair de la population. »

Remettre un peu de pouvoir entre les mains des résidants s’inscrit dans une vague amorcée par la ville brésilienne de Porto Alegre, en 1989. Plus de 1 500 municipalités dans le monde auraient tenté l’expérience depuis, dont San Francisco, New York et Paris.

À Saint-Basile, même si les gens n’ont leur mot à dire que sur une fraction du budget d’immobilisation de la Ville (qui s’élève à sept millions de dollars), cette mesure leur permet de tisser un lien plus fort avec leurs élus. « Au conseil municipal, c’est difficile d’avoir leur oreille. Pas parce qu’ils ne veulent pas, mais en raison de la structure elle-même », dit Stéphane Desranleau, l’instigateur du cinéma mobile. La population ne peut s’exprimer que durant la période des questions.

« Le budget participatif est vraiment l’occasion d’avoir une voix citoyenne », ajoute-t-il. L’homme de 44 ans, père de deux enfants, participe désormais au comité culturel de la Ville et s’intéresse de beaucoup plus près aux affaires municipales.

Un budget participatif a, de plus, d’indéniables vertus pédagogiques. « Les résidants voient les contraintes avec lesquelles nous devons composer », souligne le maire de Saint-Basile. Le tout premier projet à avoir gagné la faveur du public, en 2014, n’a pu être réalisé, malgré toute la bonne volonté des élus. Il consistait à configurer de manière plus sécuritaire les passages pour piétons à l’intersection de deux boulevards, mais le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports a refusé les plans soumis par la municipalité et le projet n’a pas vu le jour.

Méconnue, la démocratie participative n’attire pas encore les foules au Québec — le taux de participation aux budgets participatifs n’atteint en général pas 5 %. Cela ne surprend guère Julie Caron-Malenfant : « Les gens se mobilisent plus facilement pour s’opposer à un projet qui occasionnera de grandes nuisances, comme un dépotoir », souligne-t-elle. Quand vient le temps de réfléchir aux façons d’améliorer leur qualité de vie quotidienne ou de débattre d’une « vision stratégique » pour l’avenir de leur milieu, ils se font plus timides. Si la démarche exige en plus de passer des heures dans des assemblées publiques après le boulot et de faire venir une gardienne pour s’occuper des enfants, bien des gens passent leur tour.

Une entreprise montréalaise, NordOuvert, offre un logiciel de simulation budgétaire qui permet au quidam de se mettre dans la peau de ses élus. Plus de 80 villes nord-américaines ont déjà fait appel à ses services, dont Ottawa, Edmonton et Victoria.

L’Institut mise sur la technologie pour aller les chercher. Il a lancé en juin le Lab numérique de la participation citoyenne, en collaboration avec la jeune pousse montréalaise B-CITI, afin de concevoir une application numérique que les villes pourront utiliser pour leurs consultations publiques. « B-CITI doit relever le défi de créer une appli pour téléphone intelligent qui donnera au simple citoyen le sentiment d’entrer dans sa collectivité et de pouvoir débattre d’idées avec la même qualité d’échange que lors d’une consultation en personne », souligne Julie Caron-Malenfant.

L’INM a recruté cinq municipalités — Saint-Constant, Shawinigan, Saint-Lambert, Brossard et Blainville — qui testeront concrètement l’appli lors d’un premier test « sur le terrain » avec la population au cours des prochains mois.

Une autre entreprise montréalaise, NordOuvert, offre déjà un logiciel de simulation budgétaire qui permet au quidam de se mettre dans la peau de ses élus. Plus de 80 villes nord-américaines ont déjà fait appel à ses services, dont Ottawa, Edmonton et Victoria. Pas de délibérations entre citadins ici, mais plutôt le difficile exercice du pouvoir, qui exige d’équilibrer les revenus et les dépenses.

Sur l’écran de son ordinateur, le directeur général de NordOuvert, Jean-Noé Landry, me présente la plateforme conçue pour Regina. Une série de questions, telles que « Désirez-vous augmenter, maintenir ou réduire le financement du service d’incendie ? », apparaissent à l’écran, agrémentées de photos et d’explications sur les conséquences de nos choix. Jean-Noé Landry pousse vers la droite le curseur qui apparaît à l’écran, pour augmenter de quelques millions de dollars le budget de ce service, qui coûte déjà 44 millions. Un bandeau rouge apparaît immédiatement, l’avertissant que la Ville est en déficit et qu’il doit comprimer ailleurs pour équilibrer ses finances !

« C’est un jeu sérieux, car on utilise les vraies données de la ville », dit Jean-Noé Landry. Une fois l’expérience terminée, l’internaute peut en diffuser les résultats sur les réseaux sociaux et inviter ses amis à y participer.

De l’avis même de Jean-Noé Landry, une consultation en ligne ne remplace pas une consultation en personne ; elle vient plutôt la compléter. « L’idéal est d’organiser quelques activités publiques pour prendre le pouls de la population. Les questions posées en ligne se trouvent ainsi déjà dans les champs d’intérêt des gens. Et on ne risque pas de retrouver des idées super-intéressantes dans la boîte de commentaires ! »

C’est exactement ce qu’a fait la Ville de Joliette. Après des consultations publiques, en 2016, pour cerner les aspirations de ses habitants au sujet des grandes orientations à donner au développement de leur ville, le conseil municipal a utilisé la plateforme de NordOuvert pour sonder leurs désirs à propos de projets précis, tels que la construction d’un centre des congrès ou d’une patinoire, l’aménagement de sentiers de randonnée ou d’un jardin communautaire. En cliquant « oui » pour donner son appui à l’une ou l’autre de ces initiatives, l’internaute voyait immédiatement la conséquence qu’aurait sa réalisation sur son avis d’imposition : construire un centre des congrès — 28,92 $ de plus par année ; des sentiers de randonnée et de ski de fond — 6,67 $ de plus par année.

« Il y a une facture liée à chaque projet, c’est donc important de connaître la volonté des gens », dit le maire de Joliette, Alain Beaudry. Les élus joliettains ne considèrent pas ces consultations comme un référendum, mais s’en servent néanmoins pour guider leurs décisions. « Si nous nous apercevons que les orientations du conseil municipal sont mal reçues par la population, nous devons mieux expliquer nos choix ou nous questionner sur leur pertinence », dit le maire, qui a bien l’intention de récidiver avec d’autres consultations de ce genre.

À Saint-Basile-le-Grand aussi on refera ce type de démarche, après une petite pause en 2017. Le vote aura désormais lieu tous les deux ans, avec une somme deux fois plus importante (400 000 dollars). « Nous voulons aussi trouver des moyens d’augmenter la participation », dit Richard Pelletier, résidant et bénévole au comité chargé de cette réflexion. La jolie place publique devant l’église où nous discutons, fruit du budget participatif, c’était son idée !

Là où ne passait auparavant qu’un petit chemin en asphalte se dresse maintenant une fontaine entourée de bancs publics où les gens s’arrêtent, à l’ombre des chênes. « Cet aménagement fait revivre le noyau du village. On rêve de plein de choses pour notre ville, c’est une chance qu’on a de pouvoir les réaliser », dit Richard Pelletier. Son petit-fils Alexis, qui l’accompagne en cet après-midi d’été, a de qui tenir. Le jeune ado a lui aussi présenté un projet — une piste de course pour voitures téléguidées — qui a remporté la faveur du public dans le cadre du volet jeunesse du budget participatif. Le grand-père jure qu’il n’a aidé d’aucune manière son petit-fils dans l’élaboration de son projet. « Sauf peut-être en donnant l’exemple », dit-il avec un sourire.

L’UMQ contribue à favoriser la participation publique dans les municipalités

Avec le nouveau projet de loi 122, les municipalités doivent revoir leurs processus de consultation citoyenne et de participation publique. L’Union des municipalités du Québec (UMQ) est déjà à leurs côtés dans cette démarche.

Ainsi, l’UMQ dévoilera bientôt un cadre de référence à l’intention des municipalités en matière de consultation publique. Cet outil vise à :
  • moderniser les outils de consultation publique;
  • favoriser une véritable participation en amont des projets;
  • sensibiliser élus et gestionnaires municipaux aux principes de base et aux pratiques exemplaires en matière de participation publique;
  • aider chaque citoyen à s’engager de façon plus avisée au sein de sa municipalité.

Avec les élections municipales du 5 novembre prochain, cette initiative renforcera la confiance entre citoyens et élus, en plus d’accroître l’apport des gens dans le développement de leur communauté.