La police qui pardonne
Société

La police qui pardonne

L’été dernier, à Montréal et à Longueuil, environ 600 cyclistes sur les 1 390 qui ont reçu une contravention ont été « pardonnés » dans le cadre du programme « Troque ton ticket ».

Le principe est simple : le contrevenant peut se voir retirer son amende — et les points d’inaptitude qui l’accompagnent — s’il participe à une séance d’information qui rappelle certains principes de base de la circulation à vélo en ville. Au menu, respect des arrêts et des feux rouges, interdiction de rouler sur les trottoirs, obligation d’avoir des phares d’éclairage sur son vélo une fois la nuit tombée, etc.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici