Les femmes bioniques
SociétéDes gars, des filles

Les femmes bioniques

Certaines femmes possèdent une résistance à l’effort proprement bionique dans les épreuves de longue durée.

On la surnomme « Maggatron ». Le 10 décembre dernier, l’Américaine Maggie Guterl a couru 160 km presque sans interruption sur un sentier de terre battue, au Texas. Au bout de 13 heures, 47 minutes et 2 secondes, elle a franchi le fil d’arrivée la première, devant des dizaines d’autres athlètes d’élite, hommes et femmes. Son plus proche concurrent a terminé presque 11 minutes derrière elle.

Maggie Guterl n’est pas la première à faire mordre la poussière à des hommes dans une compétition d’endurance extrême. La même semaine, aux États-Unis, quatre autres ultramarathons ont été remportés par des femmes, y compris une épreuve impitoyable consistant à couvrir la plus grande distance possible en 24 heures. La gagnante, Courtney Dauwalter, a parcouru 147,5 km dans le temps alloué, près de 3 km de plus que son plus proche rival.

On a toujours tenu pour acquis que les hommes, avec leur masse musculaire supérieure et leur cœur plus volumineux, jouissaient d’un avantage insurmontable sur l’autre sexe dans toute épreuve physique. Mais dans les disciplines marginales qui repoussent les limites de l’endurance au-delà de ce qui semble humainement possible, cet avantage n’est plus si net. D’autres qualités que la puissance brute prennent de l’importance. Et on découvre que certaines femmes possèdent une résistance à l’effort proprement bionique.

Les victoires féminines dans les ultramarathons mixtes demeurent exceptionnelles, mais il n’est pas rare de trouver des femmes parmi les 10 meilleurs. En septembre, l’Américaine Sarah Keyes a terminé sixième au classement général de l’Ultra-Trail Harricana, un parcours de 125 km tout en montées et en descentes, dans Charlevoix, parmi 160 coureurs des deux sexes. Pour prendre la mesure de l’exploit, songez que dans un marathon de 42 km classique, la femme la plus rapide n’atteint jamais la 20e place.

Et ce n’est pas tout. En natation de longue distance, les femmes surpassent les hommes dans certaines des épreuves les plus exténuantes de la planète. Elles sont généralement plus rapides pour faire le tour de l’île de Manhattan à la nage, un trajet de 46 km. Et elles réussissent de meilleurs temps à la traversée de Catalina, en Californie, un périple de 32 km, de nuit, dans les eaux froides et mouvementées du Pacifique.

Des scientifiques commencent à avoir une idée de ce qui peut expliquer l’extraordinaire résilience des femmes. D’abord, elles sont plus résistantes à la fatigue musculaire que les hommes. On l’a vérifié lors de tests en laboratoire, comme ceux menés par Sandra Hunter, professeure de sciences de l’activité physique à l’Université Marquette, au Wisconsin. Dans une de ses études, publiée en 2004 dans le Journal of Applied Physiology, des volontaires ont contracté les muscles de leur bras à répétition, six secondes à la fois, jusqu’à épuisement. Les sujets étaient de force et de condition physique semblables, et ont fourni un effort équivalent pendant l’exercice. Pourtant, les femmes ont tenu presque trois fois plus longtemps que les hommes, 23,5 minutes au lieu de 8,5 minutes, avant de craquer.

D’autres travaux ont permis de conclure que les femmes conservent plus de vigueur dans leurs muscles après avoir pédalé ou couru durant une longue période. Quand des chercheurs français ont mesuré avec précision la fatigue musculaire chez des athlètes qui venaient de terminer une course de 110 km, ils ont constaté que les hommes avaient perdu plus de force dans leurs cuisses (38 % de leur capacité maximale) que les femmes (29 %). Ces résultats ont été dévoilés en 2015 dans la revue Medicine and Science in Sports and Exercise.

La ténacité des femmes tient peut-être aussi aux particularités de leur métabolisme. On sait que pendant un effort physique, elles puisent davantage d’énergie dans les matières grasses et moins dans les glucides, comparativement aux hommes. Les glucides (les sucres) sont parfaits pour fournir un surplus d’énergie immédiat, mais on vient plus vite à bout de cette ressource, car c’est un carburant qui brûle rapidement et qui n’est pas stocké en grandes quantités dans le corps. Les réserves de gras, en revanche, sont plus abondantes et libèrent leur énergie plus lentement ; elles sont donc idéales pour soutenir un acharnement prolongé.

Les femmes possèdent un autre atout, celui-là plutôt situé entre les deux oreilles : elles seraient plus douées pour gérer leur cadence lors d’une course. Tandis que les hommes sont portés à partir comme une flèche et à « casser » ensuite, les femmes parviennent davantage à maintenir une allure constante, une faculté cruciale pour les épreuves de longue durée. Par exemple, dans une étude qu’elle a cosignée en 2015 dans la revue Medicine and Science in Sports and Exercise, Sandra Hunter a analysé plus de 90 000 chronos enregistrés lors de 14 marathons aux États-Unis. Elle a calculé qu’en moyenne les hommes ralentissent de 16 % dans la seconde moitié de la course par rapport à la première, et les femmes de 12 %.

On n’a pas encore tout vu de ce que les athlètes féminines peuvent accomplir. À mesure que la pratique sportive gagne du terrain chez les femmes, on voit fondre l’écart entre les sexes dans une panoplie de disciplines. Et on se rend bien compte qu’on avait grossièrement sous-estimé leurs capacités, simplement parce qu’elles n’avaient pas eu l’occasion, autant que les hommes, de les développer.