Le CV : Paul-Matthieu Grondin
Société

Le CV : Paul-Matthieu Grondin

Le nouveau bâtonnier du Barreau du Québec veut améliorer l’accès à la justice et faire entrer sa profession dans le XXIe siècle.

1983

Naît à Québec.

2002

Termine ses études de sciences pures au campus St. Lawrence du cégep Champlain, à Québec.

2008

Illustration: Stéphanie Aubin

Admis au Barreau du Québec après un baccalauréat en droit de l’Université de Sherbrooke et un juris doctor en common law de l’Université Queen’s, en Ontario.

AOÛT 
Ouvre son cabinet à Montréal, où il exerce dans le domaine du droit du travail, du litige civil et commercial et du droit constitutionnel. Il s’associe à Roberto Savarese quelques mois plus tard. Le bureau compte aujourd’hui huit avocats.

« C’était le début de la pire crise économique depuis les années 1930. Nous avons appris à gérer les coûts ! »

2009

Recruté comme jeune avocat par la commission Oliphant, chargée d’enquêter sur les relations entre l’ancien premier ministre Brian Mulroney et le marchand d’armes Karlheinz Schreiber.

« Je faisais les entrevues préalables avec les témoins, la recherche de preuve ou la recherche documentaire. Le mandat a duré cinq mois, à Ottawa, alors que mon bureau venait d’ouvrir à Montréal ! »

2010

Agit comme avocat pour Michel Bastarache, président de la Commission d’enquête sur le processus de nomination des juges du Québec.

« Quand on participe à une commission d’enquête, d’autres commissions d’enquête viennent nous chercher en raison de l’expérience acquise. Mon rôle était sensiblement le même : défricher le terrain pour les témoignages qui étaient ensuite entendus publiquement. »

2014

Agit comme avocat pour Michel Bastarache, président de la Commission d’enquête sur le processus de nomination des juges du Québec.

Illustration: Stéphanie Aubin

JANVIER
Remporte le Concours international de plaidoiries surréalistes, organisé par la Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles, dont le thème était « Ceci n’est pas un discours ».

MAI
Devient président du Jeune Barreau de Montréal.

2017

Élu bâtonnier du Québec à 33 ans, pour un mandat de deux ans. Il annonce qu’il versera 25 % de son salaire de 314 000 dollars (soit environ 80 000 dollars) à des organismes favorisant l’accès à la justice, et milite pour une réforme complète du système de justice civile.

« Nos palais de justice sont des hangars à papier, une honte en 2017. Nous voulons faire du bruit pendant la prochaine campagne électorale provinciale, en 2018, pour que la justice soit adéquatement financée. Je serai un caillou — et même une grosse roche — dans le soulier du Conseil du Trésor. »