Agressions sexuelles : le « modèle de Philadelphie » expliqué par son initiatrice
Société

Agressions sexuelles : le « modèle de Philadelphie » expliqué par son initiatrice

La Sûreté du Québec et la police de Gatineau ont annoncé qu’elles feront réviser la manière dont elles traitent les plaintes d’agression sexuelle par des groupes de défense des victimes. Elles s’inspirent ainsi du « modèle de Philadelphie », instauré par l’avocate Carol Tracy.

Son premier acte politique, Carol Tracy s’amuse à dire qu’elle l’a fait à la petite école. L’avocate et directrice générale de l’organisme américain Women’s Law Project, aujourd’hui âgée de 70 ans, avait été renvoyée de sa classe pour avoir argumenté avec son enseignante — une religieuse —, qui avait daigné critiquer Elvis Presley. Un préambule à son parcours d’activiste.

C’est toutefois la défense des droits des femmes qui anime cette Pennsylvanienne depuis plus de 40 ans. Dans un entretien téléphonique depuis Philadelphie, elle se rappelle avoir manifesté en 1973 à l’Université de Pennsylvanie, après une affaire de viol collectif commis sur le campus. « Nous avons demandé des bâtiments plus sécuritaires, des policiers plus sensibles et mieux entraînés, des cours d’autodéfense, un centre pour femmes et un programme d’études féministes », se souvient-elle. Plusieurs années après, elle devenait la lanceuse d’alerte d’un autre viol collectif, perpétré cette fois dans une fraternité étudiante. Elle était alors directrice du Penn Women Center, à l’Université de Pennsylvanie, tout en y étudiant le droit à temps partiel.

Aujourd’hui, l’avocate est surtout connue pour avoir instauré le « modèle de Philadelphie ». Depuis 1999, des groupes de défense des droits des femmes et des enfants, dont le Women’s Law Project, révisent chaque année des centaines de plaintes d’agression sexuelle déposées à la police et évaluent la qualité des enquêtes.

Une façon de procéder qui a inspiré bon nombre de villes canadiennes depuis l’enquête du Globe and Mail qui révélait que, en moyenne au pays, une plainte pour agression sexuelle sur cinq était classée non fondée par la police. Au Québec, la Sûreté du Québec et la police de Gatineau ont déjà annoncé qu’elles feront réviser la manière dont elles traitent les plaintes d’agression sexuelle par des groupes de défense des victimes.

Initiatrice de ce modèle, Carol Tracy explique ses rouages et fait part de ses conseils.

Comment est née cette collaboration entre le groupe d’aide aux femmes que vous dirigez, Women’s Law Project, et la police de Philadelphie ?

Un quotidien a révélé en 1999 qu’environ le tiers des plaintes pour crimes sexuels ne faisaient pas l’objet d’une enquête. Le chef de police de l’époque a mis des structures en place pour que ça ne se répète plus, mais il m’a aussi demandé d’examiner ces dossiers. Chaque année, depuis, nous sommes environ 10 avocats et travailleurs sociaux de plusieurs groupes de défense des droits des femmes et des enfants à réviser intensivement de 400 à 500 cas en trois ou quatre jours.

Que vérifiez-vous ?

Nous regardons si tous les témoins ont été interviewés, si les policiers ont fait subir un « interrogatoire » aux victimes plutôt que de les passer en « entrevue », si leurs questions contenaient des préjugés sexistes, si toutes les preuves ont été recueillies, si la victime a été soumise à l’examen médicolégal et si les prélèvements ont été envoyés en laboratoire. Quand on relève un problème, on en informe le superviseur, le lieutenant et le capitaine de police, et on leur fait des recommandations. Parfois, ils ont une réponse éclairante. D’autres fois, de la documentation existe, mais manque au dossier. Il arrive aussi qu’on argumente. Ça fonctionne parce qu’on cherche à améliorer le système, et non à prendre en défaut les policiers.

L’effet semble clair : le taux de plaintes pour viol jugées non fondées par la police est passé de 18 % en 1998 à 6 % en 2016.

L’expérience des victimes s’est aussi améliorée. En 18 ans, on a remarqué une grande différence dans la manière dont les policiers mènent leurs entrevues. Que portait la plaignante ? Pourquoi était-elle seule ? C’est le genre de questions qu’on voyait auparavant. Ce n’est pas pertinent ! De nos jours, les enquêtes sont menées avec plus de sensibilité. Mais ça ne veut pas dire qu’aucune erreur n’est commise.

Le « modèle de Philadelphie » est aujourd’hui cité en exemple partout dans le monde. Comment recevez-vous cette reconnaissance ?

C’est très satisfaisant, je dois dire. Ce n’est pas difficile à mettre en place. Ça ne coûte pas cher. Nous ne sommes pas payés pour effectuer ce travail, nous le faisons en tant que citoyens. Et ça se reproduit très facilement ailleurs. C’est justement ce qu’on souhaite faire dans les prochaines années : exporter le modèle dans d’autres villes américaines.

Quelles conditions doivent être réunies pour le reproduire ?

Il faut d’abord un chef de police assez courageux pour faire confiance aux gens. C’est aussi un plus d’avoir une combinaison d’avocats et de travailleurs sociaux qui ont l’habitude de travailler avec des victimes. La plupart des collectivités ont des centres de prévention en matière d’agressions sexuelles, des avocats et des défenseurs des droits des enfants. Ce n’est pas difficile de recruter.

Qu’est-ce qui peut être fait pour améliorer le traitement des plaintes d’agression sexuelle en plus de la révision des enquêtes ?

Les policiers ne sont pas les seuls à entretenir des préjugés sexistes et à croire que les victimes de viol sont plus susceptibles de mentir. La réalité, c’est que les victimes de viol ont historiquement dû prouver qu’elles ne mentaient pas. Les plus jeunes parlent aujourd’hui de « culture du viol ». Ça ne touche pas seulement les corps policiers, mais la société plus largement : les procureurs, les juges et les jurés. Les procureurs doivent être plus agressifs dans leur manière de s’adresser aux jurys. Ils devraient leur exposer différentes notions, même celle des préjugés sexistes.

Les policiers sont les premiers répondants, mais ils ne peuvent pas faire ce travail seuls. Imaginons que les policiers enquêtent sur un cas et qu’ils recommandent à la Couronne d’aller de l’avant avec la poursuite, mais que la Couronne refuse parce qu’elle ne pense pas pouvoir convaincre le jury. Si une situation semblable se reproduit, le service policier risque de ne pas faire la même recommandation.

Vous combattez les violences sexuelles faites aux femmes depuis plus de 40 ans. Que pensez-vous du mouvement #moiaussi qui déferle sur les réseaux sociaux depuis l’affaire Weinstein ?

Ce sont les étudiantes sur les campus universitaires qui ont vraiment déclenché ce mouvement de dénonciation des agressions sexuelles, il y a six ou sept ans. Ce sont elles qui ont encouragé et aidé les femmes à dénoncer les Bill Cosby, Bill O’Reilly et Harvey Weinstein. Nous avons réussi à éduquer une génération de jeunes femmes qui ne se reprochent pas d’avoir été violées et qui ont le courage de montrer leur visage et de dévoiler leur nom. Je vieillis et mon parcours me permet de voir que la réaction du public est très différente de celle des années 1970, 1980 et même 1990. C’est très excitant.