Mourir seul
Société

Mourir seul

Un nombre alarmant de Québécois meurent dans la solitude la plus complète. Personne pour remarquer qu’ils ne sont plus de ce monde ; personne pour s’occuper de leurs funérailles et leur rendre un dernier hommage. Ils finissent dans des fosses communes, dans l’indifférence presque totale. Comment en est-on arrivés là ? 

Pour comprendre, notre journaliste a remonté l’histoire de quelques-uns de ces défunts oubliés.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici