Quelque chose dans l'eau
SociétéChamp libre

Quelque chose dans l’eau

«Québec est une des cités les moins violentes d’Amérique du Nord, qui jouit du plein emploi, où le tourisme vient de connaître une année record, et son unique grave problème est d’être contaminée quotidiennement par ses radios d’opinion.» 

Au lendemain de la plus récente élection municipale, Manon Massé célébrait la défaite de Québec 21 dans la capitale.

« Il s’est fait remettre à sa place », claironnait la co-porte-parole de Québec solidaire à propos de Jean-François Gosselin, chef de ce parti qui s’est rendu populaire en se prononçant en faveur d’un nouveau lien routier entre Québec et Lévis.

Sauf qu’avec presque 27,6 % des voix, ce parti sans l’ombre d’une plateforme électorale valable et dont l’existence tenait à l’adoubement d’une poignée d’animateurs de radio a obtenu un score que la formation de Manon Massé ne peut pas s’autoriser à imaginer dans la capitale. Même dans ses plus torrides fantasmes électoraux.

Comprenez bien ce que je vous dis : il n’y a pas de quoi fêter. On est ici dans le même délire qu’au moment de l’élection des Nordiques… pardon, de Régis Labeaume, lorsqu’il a promis de construire un nouvel amphithéâtre pour y ramener une équipe de la Ligue nationale de hockey. Un projet porté par les radios d’opinion, qui en avaient fait un redoutable outil de marketing, et que presque tous les politiciens locaux ont appuyé sans réserve, de peur de se les mettre à dos.

Presque un demi-milliard de fonds publics plus tard, on attend toujours l’équipe, et les opérations du Centre Vidéotron sont déficitaires.

Autres temps, hystérie hertzienne analogue : les radios ont pris pour cible les ambitions du maire quant au transport en commun, insistant sur le fait qu’un troisième lien entre les deux rives est, lui, essentiel. Malgré le rappel constant d’études venant anéantir la viabilité du projet, le quart des électeurs de Québec ont voté pour cela. Ou enfin, pour ce que ce projet représente et qui dépasse largement la simple question du transport : le rejet de tout ce qui remet en cause leur mode de vie.

Difficile, après, de ne pas avoir le sentiment de vivre dans une ville malade. Oui, vous avez bien lu : malade.

Québec est une des cités les moins violentes d’Amérique du Nord, qui jouit du plein emploi, où le tourisme vient de connaître une année record, et son unique grave problème est d’être contaminée quotidiennement par ses radios d’opinion. Si bien qu’à voir comment la ville vote, on est parfois tenté de se demander s’il n’y a pas quelque chose dans l’eau…

Car oui, ma ville a attrapé un virus qui se transmet par le déni de vérité déguisé en opinion, par le mensonge travesti pour prendre l’apparence d’une information dite « alternative », et dont la marginalité réside en cela qu’elle n’a à subir aucune vérification.

Ainsi, pendant qu’on s’interroge sur l’importance qu’a pu avoir l’influence russe sur l’élection américaine, je me demande jusqu’à quel point les radios de ma ville sont en train de mettre à mal la démocratie.

Leurs animateurs diront que je ne comprends pas la colère des gens ordinaires qu’ils incarnent. Mais je sens bien le malaise dans la civilisation : cette panique devant l’échec du bonheur à crédit et des injonctions à la transcendance dans la file au Costco. Endettée jusqu’aux yeux pour toucher à la grâce, la classe moyenne ne semble plus voir par-delà ses télés de 60 pouces, ses voitures neuves qui remplacent d’autres voitures neuves, et ses voyages dans le Sud pour noyer sa détresse dans l’enchantement de l’ivresse permanente.

Le monde souffre. Ici aussi. Même dans l’abondance. Nous avons faim d’autre chose. De sens, par exemple. De communier autrement qu’à un spectacle de Metallica.

Mais les profiteurs de la radio savent que la colère est un alléchant succédané à la quête sociale ou spirituelle. Du fast-food pour l’âme.

À quoi bon se remettre en cause quand on peut trouver des boucs émissaires pour expliquer son malheur ? Comme les environnementalistes qui font « la guerre à l’automobile » ou les artistes qui incarnent notre mauvaise conscience en soulignant, dans leurs œuvres, le versant obscur de nos habitudes.

Les agitateurs des ondes en font des épouvantails et confortent leurs auditeurs dans leurs préjugés, célèbrent l’ignorance, se plaçant en faux devant tout ce qui ne confirme pas que nous menons la bonne vie.

L’évangile est simple. Le consumérisme comme religion. Le sport professionnel comme unique ciment social. La voiture comme symbole de réussite. Québec comme bastion de résistance devant l’inquisition gauchiste qui force la remise en question des dogmes occidentaux.

J’ai longtemps hésité avant d’adopter le vocable « radio-poubelle » pour désigner ce que font ces animateurs. Je ne m’en prive plus. D’autant qu’ils prospèrent dans leur dépotoir d’idées où l’insulte et l’attaque ad hominem font figure d’arguments. Encore et encore. Jusqu’à ce que leur poison atteigne la nappe phréatique.

Quand je vous dis qu’il semble parfois y avoir quelque chose dans l’eau…