Gabrielle Bouchard : Les marginalisées d'abord
Société

Gabrielle Bouchard : Les marginalisées d’abord

La Fédération des femmes du Québec (FFQ) a récemment élu sa première présidente trans, Gabrielle Bouchard. Étant la cible de nombreuses critiques, voici ce qu’elle répond à ses détracteurs.

À la tête de la FFQ, comment entendez-vous défendre les intérêts des Québécoises ?

La Fédération a décidé de porter une attention particulière aux femmes dans la marge. Les femmes handicapées, autochtones ou issues de la diversité sexuelle font partie des groupes qui, historiquement, se heurtent à des barrières plus grandes. C’est une approche que je vais continuer de défendre, peu importe l’enjeu. Quand on part des positions marginalisées, tout le monde en bénéficie.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici