Nulle part ailleurs
SociétéChronique de Marie-France Bazzo

Nulle part ailleurs

Montréal est un joyeux bordel linguistique, culturel, humain qui n’existe nulle part ailleurs. Mais cet ovni s’écarte de plus en plus de la trajectoire de la planète Québec.

Je suis montréalaise pur jus. Famille maternelle francophone ahuntsicoise, père immigrant italien ayant choisi Montréal. J’aime passionnément ma ville, nulle part au monde je ne me sens aussi bien. Elle est unique, vive et poquée. À la fois profondément nord-américaine, mais encore européenne. J’ai toujours apprécié son côté extraterrestre, son métissage ethnique, sa joie, sa créativité. Ici, c’est nulle part ailleurs.

Le 375e est maintenant terminé, mais quelque chose me travaille, dont je n’ai pas entendu parler lors des célébrations : quelle est la place de Montréal au Québec ?

Si je pose la question, c’est que, comme beaucoup de Montréalais, je constate que cette ville en perpétuel mouvement change en ce moment de manière accélérée. Ce n’est pas une remarque d’assiégée, mais une préoccupation d’ouverture.

Ce n’est pas la première fois que Montréal change de face… Souvenons-nous des luttes pour en faire reconnaître le visage français dans les années 1960 et 1970, Montréal se rapprochant du tissu social du Québec. Ces années-ci, la transformation et ses causes sont pas mal plus complexes. Mais la tendance est celle-ci : la ville semble être en voie de se détacher du reste de la province. Certes, c’est le lot de bien des métropoles, en porte-à-faux par rapport au reste de leur société, mais ici, on joue sur un terrain identitaire plus flou qu’ailleurs.

Il y a 15 ans, les animateurs crinqués des radios-poubelles de Québec faisaient leur beurre de l’opposition Montréal–reste du Québec. Pour eux, la métropole était un gigantesque Plateau composteur et gogauche, et le reste du Québec, du vrai monde bon comme du bon pain ; la normalité. La réalité montréalaise récente semble leur donner raison sur un point : l’ovni Montréal s’écarte de plus en plus de la trajectoire de la planète Québec.

Le tissu social, démographique, linguistique de Montréal est de moins en moins semblable à celui du Québec.

L’ex-maire Coderre, avec le statut de métropole, avait des velléités de faire de Montréal une de ces villes quasi-États, une étoile de la constellation scintillante des villes de créativité et de commerce. Il avait une volonté de l’extraire de sa québécitude et de l’amener dans le sérail des capitales internationales.

Dans les faits, le tissu social, démographique, linguistique de la ville est de moins en moins semblable à celui du Québec. Montréal s’enrichit d’une nécessaire immigration, sans toujours l’intégrer, certes, mais au moins, elle la reçoit, ce qui lui donne une diversité, une jeunesse, un allant uniques au Québec.

La question de la langue s’y pose aussi différemment. L’épisode du bonjour-hi était à peine tari que les données du recensement de 2016 révélaient que Montréal est maintenant de loin la ville la plus trilingue au Canada ! Quelque 21 % des Montréalais peuvent parler trois langues, contre 11 % à Toronto et 10 % à Vancouver. Acquis formidable dans un monde éclaté, mais qu’est-ce à dire pour le caractère français de la ville ?

Sur le plan culturel, la vitalité extraordinaire de Montréal draine talents et budgets, faisant d’elle une enclave pétulante. On y vote aussi différemment du reste du Québec. Bref, on y vit dans un joyeux bordel linguistique, culturel, humain, parfois déstabilisant, souvent jouissif, qui n’existe nulle part ailleurs dans la province.

Cet état de chose va, je le répète, s’accélérant et pose des questions que j’ai rarement entendu débattre par les politiciens, locaux ou nationaux.

Ainsi, veut-on que Montréal demeure la plus importante ville francophone d’Amérique ? Si oui, comment va-t-on s’y prendre, concrètement ? Aussi, pouvons-nous collectivement nous permettre de la voir se détacher socialement du reste du Québec ? Quelles en seront les conséquences, quelles blessures apparaîtront dans le tissu social ? Comment repriser cette déchirure qui ira s’accentuant ?

Il faut limiter ce clash pour que la ville continue à s’insérer dans la trame nourrissante du Québec, mais surtout pour que les régions soient elles aussi des pôles attirants et stimulants. On parle ici d’avenir, d’identité, de survie de l’ensemble.

Où s’en va Montréal ? Ira-t-elle avec ou contre le reste de sa société ?

J’aime ma ville, elle est unique au monde. Ici, c’est nulle part ailleurs. De plus en plus nulle part ailleurs…