Le rire franc
SociétéChamp libre

Le rire franc

Selon notre chroniqueur, le malaise engendré par la satire n’est plus ressenti par la personne visée et qui devrait rire jaune, mais plutôt par les gens qui constatent l’enthousiasme d’une partie de l’auditoire « qui ne saisit pas le sarcasme et s’y trouve confortée dans ses préjugés ».

J’aime la satire. J’adore qu’elle procède sournoisement et permette aux idées de pénétrer nos esprits en empruntant le chemin facile de la recherche du plaisir par le rire. Mais il faut bien constater qu’elle est désormais prise en otage par quelques esprits retors.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici