Une génération de transition
SociétéChronique de Marie-France Bazzo

Une génération de transition

Abandonnés dans le vestibule de l’histoire du Québec moderne, les X ne seront politiquement qu’une courroie de transmission entre les baby-boomers et la génération du millénaire.

Je suis une X. Ma génération, née grosso modo entre 1960 et 1980, souvent qualifiée de génération sacrifiée, fut dans l’ombre des tonitruants et nombreux boomers qui nous ont précédés. Comme beaucoup de X, j’ai étiré mes études parce que le marché du travail était bouché. No future. J’ai créé ma job. Toujours pigiste, je suis devenue entrepreneure. Nos égoïstes aînés avaient blindé leurs conditions de travail avec des « clauses orphelin ».

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici