Décrochage scolaire : le Québec reste le cancre
Société

Décrochage scolaire : le Québec reste le cancre

Le Québec est encore la pire province en matière de décrochage scolaire au Canada, rappelle l’Institut du Québec. La compétition entre privé et public pourrait-elle être en cause ?

Dans quelle province les élèves sont-ils les plus nombreux à obtenir leur diplôme d’études secondaires dans les temps requis ? Non, ce n’est pas au Québec… Il se classe dernier au Canada, rappelle une étude publiée aujourd’hui par l’Institut du Québec, un groupe de recherche créé par le Conference Board du Canada et HEC Montréal.

Certes, les chiffres diffusés régulièrement par le ministère de l’Éducation du Québec montrent que le nombre de décrocheurs diminue d’année en année. Près de 80 % des élèves québécois réussissent à obtenir un diplôme ou une qualification (comme une attestation de compétence) sept ans après leur entrée au secondaire.

« Mais nous sommes les seuls au Canada à faire le calcul de cette manière », souligne l’économiste Mia Homsy, coauteure du rapport. Les autres provinces regardent plutôt combien d’élèves terminent leurs études secondaires dans les temps prévus.

Au Québec, évidemment, c’est cinq ans. D’après ce barème, le taux de diplomation du réseau public québécois tombe à 64 %, la dernière place du classement canadien, selon les chiffres obtenus auprès du Conseil des ministres de l’Éducation du Canada. En tête de palmarès, l’Ontario, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick arrivent tous les trois à décerner un diplôme à 84 % de leurs élèves dans les temps requis. Un écart de 20 points de pourcentage.

Alors que l’Ontario a grandement amélioré sa performance depuis 10 ans, celle du Québec a stagné. Comment expliquer un tel écart ?

L’Ontario a mis en place de nombreuses mesures au cours de la dernière décennie, notamment l’obligation d’aller à l’école jusqu’à 18 ans, des équipes spécialisées dans la lutte contre le décrochage dans chaque établissement, la formation continue des enseignants et, surtout, des décisions basées sur des données probantes.

L’Institut du Québec mentionne une autre différence fondamentale du système éducatif québécois : 20 % des élèves y fréquentent une école privée, alors que cette proportion est d’environ 5 % dans les autres provinces.

Le palmarès canadien ne prend pas en considération ce qui se passe dans les écoles privées, souligne le rapport. Comme les élèves y réussissent mieux en général, le taux de diplomation global du Québec grimperait à 69 % si on en tenait compte… ce qui relèguerait tout de même la province au dernier rang.

L’Institut ne s’attarde pas plus à l’incidence du privé en éducation, mais cela vaudrait peut-être la peine de la documenter davantage, reconnaît Mia Homsy en entrevue. Pour faire concurrence au privé, beaucoup d’écoles publiques à vocation particulière sélectionnent elles aussi les élèves sur la base des résultats scolaires ou de la motivation ; environ 20 % des élèves québécois fréquentent ces établissements.

Résultat : les élèves en difficulté se retrouvent aujourd’hui concentrés dans ce qu’il est convenu d’appeler les écoles publiques « régulières ». « La proportion d’élèves en difficulté dans les écoles secondaires publiques est maintenant de 30 %, c’est préoccupant », souligne la chercheuse.

De nombreux experts du monde de l’éducation, dont Égide Royer, professeur à l’Université Laval, montrent du doigt depuis longtemps cet écrémage des meilleurs élèves pour expliquer la piètre performance des écoles publiques québécoises. Si le tiers des élèves d’une classe ont des difficultés d’apprentissage ou de comportement, il est bien possible que cela tire les résultats vers le bas plutôt que vers le haut, dit-il.

Le Conseil supérieur de l’éducation s’inquiète aussi de l’effet de ces systèmes parallèles sur la performance des élèves. La concurrence entre écoles a fini par dangereusement fragiliser le système public québécois et le rendre inéquitable, conclut-il.

Pour retrouver une bénéfique mixité entre élèves forts et faibles, faudrait-il abolir le financement des écoles privées, comme le réclame le mouvement citoyen L’école ensemble ?

Ou, au contraire, faut-il encourager les écoles privées à accepter davantage d’élèves en difficulté en leur offrant une partie du financement actuellement dévolu à cette fin aux commissions scolaires, comme le suggère Égide Royer ?

Cela pourrait éventuellement faire l’objet d’une prochaine étude de l’Institut du Québec. « Il faut en tout cas comprendre pourquoi on a maintenant deux systèmes à l’intérieur du public, et pourquoi il y a une répartition si inégale des élèves en difficulté, dit Mia Homsy. Il y a lieu d’amener tout le système à soutenir ces élèves-là. »

Mais avant d’investir davantage en éducation, l’Institut réclame une étude approfondie des résultats des programmes déjà mis en œuvre, comme la réduction de la taille des classes ou l’instauration de la maternelle à quatre ans. Car pour l’instant, le ministère de l’Éducation semble naviguer à vue. Les données sont diffusées au compte-goutte et il n’existe que très peu d’études longitudinales permettant d’évaluer l’effet réel des mesures mises en place sur la réussite des élèves.

Le Vérificateur général du Québec notait dans son rapport de novembre 2017 que les indicateurs de gestion qui aideraient les commissions scolaires sont souvent produits avec deux ans de retard.

« Le budget du l’éducation représente près de 20 milliards de dollars par année, souligne Mia Homsy. Ça vaut la peine de dépenser quelques millions pour l’évaluer et savoir si on met cet argent au bon endroit. »