Brèves internationales
Société

Brèves internationales

Des jeux vidéos conçus par les Nations unies, et des policiers qui tantôt aident les toxicomanes, tantôt épinglent les criminels grâce aux nouvelles technologies.

Dans la peau des exilés

Et si, le temps d’un jeu vidéo, vous étiez dans la peau d’un réfugié perdu au milieu de l’océan? Dans l’application mobile gratuite Survival, développée grâce à l’Alliance des civilisations des Nations unies, l’avatar doit notamment traverser la Méditerranée. Dans Finding Home, financée par le Bureau du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en Malaisie, le joueur incarne Kathijah, 16 ans, de la communauté des Rohingyas, qui doit fuir la Birmanie. De tels « jeux », la plupart créés à l’initiative d’agences de l’ONU, visent à susciter l’empathie envers les réfugiés en se mettant à leur place « pour de vrai ». « Jouer le rôle d’un personnage nous permet d’expérimenter ses difficultés et de trouver nous-même les solutions, donc de bien comprendre un enjeu social », explique Gabrielle Trépanier-Jobin, professeure de jeux vidéos et industries culturelles à l’UQAM. (A.M.)

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici