Sports

La fin des maillots

La FINA pourrait forcer les nageurs de la Traversée du lac Saint-Jean à porter une combinaison quand l’eau est froide.

(Photo: Vicky Boutin / Traversée du lac Saint-Jean)

Les nageurs qui participent à la Traversée internationale du lac Saint-Jean pourraient être forcés de troquer leur maillot de bain contre une combinaison isothermique, semblable à celle que portent les adeptes de plongée sous-marine.

Une hérésie, selon les organisateurs et certains athlètes, qui estiment que cela dénature l’une des épreuves sportives les plus difficiles au monde. « La combinaison en néoprène améliore la flottabilité et aide à préserver la chaleur, ce qui enlève le côté mythique du sport », déplore le nageur Xavier Desharnais, spécialiste des épreuves en eaux libres… et froides, qui a remporté la Traversée en 2014 et 2015.

Depuis le 1er janvier, la Fédération internationale de natation (FINA) rend obligatoire la combinaison isothermique couvrant l’athlète des poignets aux chevilles  lorsque la température de l’eau est de moins de 18 °C, facultative de 18 °C à 20 °C et interdite au-delà de 20 °C. Lors de la tenue de la Traversée de 32 km en juillet, la température du lac Saint-Jean varie ordinairement entre 17 °C et 23 °C. Ce règlement touche aussi la Traversée internationale du lac Mégantic.

Sous contrat avec la FINA jusqu’à l’issue de l’épreuve de 2017, le comité organisateur de la Traversée internationale du lac Saint-Jean n’a d’autre choix que de se conformer à ce règlement adopté pour des raisons de sécurité, même s’il n’y a jamais eu de décès ni d’incidents majeurs lors de ces épreuves. « J’accepte et je comprends sa décision, même si l’ancien nageur en moi est frustré », dit Jérémie Bonneau, directeur général de l’épreuve, qui n’écarte pas la possibilité de se désaffilier de la FINA à la fin de cette année.