Sports

LNH : Vegas a une bonne main

Grâce à des règles d’expansion favorables, les Golden Knights pourraient être compétitifs dès leur première année dans la ligue… si leur DG joue bien ses cartes.

Le directeur général des Golden Knights de Las Vegas, George McPhee. (AP Photo/John Locher)

La cérémonie de remise des prix de la LNH est habituellement une affaire de famille. On a bien tenté, au fil des années, d’en faire un spectacle à grand déploiement, mais la remise du trophée Bill Masterton soulève rarement les passions. La cérémonie de mercredi risque par contre d’être plus intéressante : c’est à ce moment qu’on présentera les résultats du repêchage d’expansion.

La ligue ajoute une nouvelle équipe l’an prochain, les Golden Knights de Las Vegas — je dois encore me pincer chaque fois que j’écris leur nom. Il faut reconnaître que les gens de Vegas s’assument.

Les Golden Knights partent de zéro. À quelques heures de route du marché californien, qui comporte déjà trois franchises en pleine ébullition (Los Angeles, Anaheim et San José), l’équipe est attendue. On souhaite lui donner la chance d’être rapidement compétitive.

On a donc concocté des règles de repêchage d’expansion qui promettent un spectacle intéressant. Le directeur général George McPhee devra quand même faire quelques bons coups. Voici comment se présente le tableau.

Les listes de protection

En gros, chaque équipe doit protéger un gardien et un groupe de patineurs :

  • sept attaquants et trois défenseurs ;
  • ou huit patineurs seulement, si on souhaite protéger plus de trois défenseurs.

La mécanique ainsi implantée fait en sorte que les Golden Knights n’auront pas accès à beaucoup de bons attaquants, n’en déplaise aux admirateurs de Jonathan Marchessault (je suis des vôtres !). Mais le bassin de défenseur disponible est, lui, franchement impressionnant.

Vegas n’aura pas de défenseur d’élite comme Erik Karlsson ou P.K. Subban, mais l’équipe pourra sans difficulté aligner dès l’an prochain le groupe défensif le plus complet de la ligue. Dans un autre article publié ailleurs, j’avais nommé 10 défenseurs capables de jouer un rôle de premier plan dès la prochaine saison.

Les manigances

Les équipes ont, d’ici mercredi matin, le droit de conclure des ententes avec les Golden Knights en vue du repêchage d’expansion. Marc Bergevin pourrait ainsi décider de donner un choix de deuxième ronde de 2017 et un autre en 2018 pour que les Golden Knights jettent leur dévolu sur Tomas Plekanec. Montréal se débarrasserait ainsi d’un contrat superflu, Vegas aurait deux choix supplémentaires en banque et, en prime, Plekanec, qui entame la dernière année de son contrat, pourrait être échangé d’ici la date limite des transactions en mars 2018.

Ces échanges entre équipe d’expansion et équipes établies sont la plus belle trouvaille de la LNH. Les équipes capables d’envoyer au front quatre défenseurs de qualité, soir après soir, ont un avantage marqué. Ayant la possibilité de mettre la main sur six, voire huit de ces joueurs, George McPhee est aussi à même de faire monter les enchères.

Attendez-vous donc à des transactions en ce sens. L’équipe repêchée par McPhee ne sera pas nécessairement la même quelques jours plus tard.

Les gardiens

C’est la plus grande surprise de la liste des joueurs non protégés. Les Golden Knights vont pouvoir repêcher trois gardiens de qualité : Marc-André Fleury, Petr Mrazek et Philipp Grubauer. Les deux derniers, âgés de 25 ans, auront une forte valeur sur le marché des échanges, mais ils peuvent aussi donner d’emblée à cette nouvelle franchise un tandem de gardiens de premier plan, et ce, pour les cinq prochaines saisons.

On risque beaucoup de parler de la nécessité des Golden Knights de bâtir « de la bonne façon », c’est-à-dire par le repêchage amateur. Les milieux conservateurs du hockey adorent leurs clichés et celui-là est un de leurs favoris. Mais demandez aux Oilers, aux Coyotes, aux Devils, à l’Avalanche : une fois arrivée au fond, une équipe peut rester prise dans la vase pendant un bon moment. Pas la meilleure manière de se lancer dans un marché.

Autre facteur : le repêchage amateur dans la LNH est très, très loin d’être une science exacte. En gros, une fois passés les 10 premiers choix, tout ce beau monde pige un peu n’importe comment. En grande partie parce que les joueurs sont repêchés à un âge où l’idée reste vague de leur valeur dans les rangs professionnels. Ça implique donc qu’une équipe n’a pas besoin de repêcher au premier rang pour obtenir de bons joueurs.

Sachant cela, les Golden Knights seraient bien avisés de ne pas chercher à trop prendre leur temps. La LNH leur offre sur un plateau d’argent une dizaine de défenseurs des plus intéressants, dont huit sont capables de jouer dans une des deux premières paires de n’importe quelle équipe. C’est une gigantesque poussée initiale, sans compter ce qui peut être ensuite acquis sur le marché des agents libres (T.J. Oshie ? Alex Radulov ?).

Attendez-vous à de nombreux échanges d’ici le 1er juillet et, après cette date, à une jeune équipe déjà en mesure de tenir son bout dans la LNH. Ce qui est une bonne nouvelle pour tout le circuit.