Techno

Le $ang vert

Bientôt, votre main remplacera votre carte de crédit.

« Vous allez payer par carte ?
– Non, ma main suffira ! »

Dans la série « Incroyable mais vrai », Fujitsu s’est associée à l’entreprise américaine PulseWallet pour créer un nouveau moyen de paiement par numérisation des veines de la paume, sans contact direct entre la main et le lecteur.

PulseWallet est un terminal de carte de crédit avec un lecteur biométrique intégré. À l’intérieur, un appareil photographie le réseau veineux de la main d’une personne et l’associe avec la carte de crédit insérée. Une fois l’opération réalisée, cette même personne peut se servir de sa main sur n’importe quel terminal PulseWallet pour effectuer un paiement.

Photo © PulseWallet
Photo © PulseWallet

Ce produit s’appuie sur la technologie PalmSecure de Fujitsu, qui, après avoir numérisé une main, garde un modèle dans sa base de données. Ainsi, dès qu’un utilisateur cherche à faire un achat, l’appareil recherche en moins d’une seconde le modèle correspondant. Cette technologie fonctionne 99,99992 % du temps, selon Fujitsu. Pour combler ce léger manque, PulseWallet demande à ses usagers d’entrer leur numéro de téléphone et ainsi compléter l’authentification.

L’idée derrière cette innovation est venue d’une question que s’est posée Matt Saricicek, le directeur de la technologie de PulseWallet, en voyant Google lancer Wallet, sa solution de paiement mobile. « Pourquoi devriez-vous présenter, pour effectuer un paiement ou prouver votre identité, autre chose que vous-même ? »

Et ce n’est qu’un début ! Le moyen de paiement n’est pour Saricicek qu’une façon de populariser la reconnaissance de l’empreinte palmaire aux États-Unis, où le balayage de l’iris et l’empreinte digitale sont plus populaires. L’entreprise rêve de permettre d’ouvrir des portes de chambres d’hôtel avec les mains plutôt qu’avec des cartes.

« La biométrique est le futur, dit-il. Aujourd’hui, nous pouvons déverrouiller nos téléphones avec une empreinte digitale. Nous devenons plus paresseux et nous demandons de la commodité », a-t-il expliqué à The Verge.

Mais la commodité n’est pas la partie plus difficile. Le vrai défi, dans ce modèle d’affaires, est de convaincre les détaillants en se bâtissant une réputation de plateforme d’authentification hautement sécuritaire. Et de parvenir à concurrencer les nouveaux moyens de paiement tels que Coin ou Square, conçus par des start-up de la Silicon Valley.