Techno

Vos données bien au frais

Le Québec deviendra-t-il une pouponnière de serveurs informatiques grâce à son climat et ses bas tarifs d’électricité?

Le centre de données d'Urbacon. (Photo: Fonds de solidarité FTQ)
Le centre de données d’Urbacon. (Photo: Fonds de solidarité FTQ)

Montréal abritera bientôt l’un des plus importants centres de données en milieu urbain au Canada. Construit par Urbacon, une société de Toronto, en partenariat avec le Fonds de solidarité FTQ, ce centre informatique de 70 millions de dollars est actuellement en construction dans le quartier Griffintown, au sud-ouest du centre-ville de Montréal. Pour se démarquer de leurs concurrents et attirer la clientèle, les promoteurs font valoir les avantages énergétiques du Québec.

«Les tarifs d’électricité au Québec sont parmi les plus bas en Amérique du Nord, et de plus, cette énergie est produite à partir d’une ressource renouvelable, l’hydroélectricité. C’est un atout de taille dans l’univers des technos», explique Ron Carinci, directeur de l’exploitation d’Urbacon.

Ce centre de données de 10 étages, dont la construction se terminera en novembre, bénéficiera aussi du climat frais de Montréal, qui permet de refroidir les serveurs à moindre coût. Autre atout: sa proximité avec la clientèle du centre-ville, qui profite ainsi d’un accès rapide aux serveurs, facilitant leur entretien.

Impossible pour l’instant de connaître sa capacité totale de stockage. L’entreprise indique que ce sont les locataires qui y seront hébergés qui détermineront la quantité de données stockées, et non Urbacon.