Techno

Attention avant d’acheter un drone !

Les règles proposées relativement à l’utilisation de drones au Canada diminuent l’intérêt de leur usage récréatif, tout particulièrement dans le cas des plus gros appareils. 

L’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau est interdit d’accès aux drones. (Photo: Maxime Johnson)

Conditions de vol draconiennes à respecter, instauration d’un test de connaissances de base, obligation d’avoir une assurance responsabilité : le ministère des Transports du Canada n’y va pas de main morte dans sa tentative de protéger l’espace aérien des aéronefs sans pilote. Un serrage de vis nécessaire, qui devrait néanmoins nuire à cette jeune industrie. 

Un mal nécessaire

Après la mise en place de plusieurs règles temporaires au cours des dernières années pour faire face à l’arrivée soudaine des drones sur le marché, Transports Canada a dévoilé cet été sa réglementation finale pour encadrer cette technologie.

Cette réglementation musclée n’était pas un luxe. Certains pilotes insouciants nuisent à la sécurité publique, que ce soit en volant près des avions ou dans de mauvaises conditions météorologiques, et les drones eux-mêmes posent un danger, avec de plus en plus de cas recensés d’appareils qui tombent du ciel sans raison apparente.

Tant que l’industrie sera jeune et que la technologie évoluera au rythme actuel, les risques seront trop grands pour permettre aux drones de se déplacer librement.

La mort des plus gros drones récréatifs

Les drones de plus de 1 kilo, comme le Phantom Pro 4, du fabricant DJI, sont les plus durement touchés par la nouvelle réglementation.

Les nouvelles exigences, qui entreront en vigueur en janvier 2018, simplifient dans l’ensemble l’utilisation commerciale de drones, mais complexifient leur utilisation récréative, puisque les règles sont désormais les mêmes dans les deux cas. Ce n’est plus l’usage qui dicte la réglementation, mais le poids de l’appareil et l’endroit où il est utilisé.

Minidrones (de 0 à 250 g)
Les minidrones, ceux de moins de 250 g, ne sont presque pas encadrés par Transports Canada. Ce sont surtout des jouets, et ils ont de toute façon une portée généralement restreinte, ce qui limite le danger.

Très petits drones (de 250 g à 1 kilo)
Les propriétaires d’un drone de 250 g à 1 kilo, comme les Parrot Bebop, Parrot AR Drone et DJI Mavic Pro, ne devraient quant à eux pas trop être touchés par la réglementation, même si elle impose quelques restrictions supplémentaires.

Les pilotes devront désormais être âgés d’au moins 14 ans, inscrire leur nom et leurs coordonnées sur leur appareil, réussir un test de connaissances de base — similaire au test exigé pour conduire une embarcation nautique — et se doter d’une assurance responsabilité d’au moins 100 000 dollars, qui devrait coûter environ 15 dollars par année, selon Transports Canada. Ceux-ci devront aussi tenir leur appareil à au moins 5,5 km d’un aéroport, à 1,85 km d’un héliport et à 30 m de toute personne.

Petits drones (de 1 à 25 kilos)
La réglementation s’alourdit considérablement pour les propriétaires de drones de plus de 1 kilo, comme les DJI Phantom 4 et GoPro Karma.

En zone rurale, les pilotes de 16 ans et plus devront garder leur aéronef à plus de 75 m de toute personne, véhicule et bateau, et à 1 km d’immeubles et de maisons. Il sera aussi interdit de s’approcher à moins de 150 m d’un rassemblement en plein air. Les règles sont plus strictes en zone urbaine, où les pilotes devront posséder un permis spécial, immatriculer leur appareil et ne pas s’approcher à moins de 30 m de toute personne, véhicule ou bateau.

À moins d’un changement avant l’entrée en vigueur de la réglementation, le nouveau fardeau administratif pour les usagers récréatifs, les coûts qu’ils devront débourser pour utiliser leur drone de 1 kilo et plus (de 50 à 195 dollars la première année, puis 15 dollars par année, selon Transports Canada), et surtout le territoire limité où ils pourront utiliser leur appareil diminuent considérablement leur intérêt.

Ceux qui souhaitaient se doter d’un drone de ce genre pour s’amuser la fin de semaine devront vraisemblablement reconsidérer leur achat.