Combien paieriez-vous pour un Facebook sans publicité ?
Techno

Combien paieriez-vous pour un Facebook sans publicité ?

La possibilité que Facebook lance une version payante et sans publicité de son site gagne en popularité dans les médias. Mais le concept a peu de chances de voir le jour, explique Maxime Johnson. 

En audition devant le Congrès américain la semaine dernière, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est fait demander deux fois s’il allait un jour faire payer ses utilisateurs pour le réseau social. Depuis, la machine à rumeurs s’emballe.

Mark Zuckerberg croit à son modèle d’affaires actuel. Même si le PDG n’a pas directement fermé la porte à l’idée d’une version payante de Facebook, celui-ci a mentionné au Congrès que les publicités étaient le meilleur moyen d’atteindre le plus grand nombre de gens possible, et qu’il existerait toujours une mouture gratuite de son site.

Beaucoup de médias dans le monde se sont depuis demandé combien coûterait une version payante de Facebook. Des analyses donnent à penser qu’un tel service devrait rapporter à l’entreprise au moins 11 dollars américains (14 dollars canadiens) par utilisateur par mois en Amérique du Nord pour éviter qu’elle ne perde de l’argent, par rapport à ses revenus actuels.

Le réseau social a en effet gagné en moyenne 84 dollars américains par utilisateur au Canada et aux États-Unis en 2017, soit 7 dollars américains par mois. Une croissance est toutefois attendue pour 2018, et les abonnés qui souhaiteraient payer pour Facebook seraient plus fortunés et vaudraient donc plus cher pour le réseau social.

Payer 11 dollars par mois pour retirer les publicités de Facebook risque cependant d’être une offre peu populaire. Dans un sondage non scientifique réalisé par le site Buzzfeed, seuls 7 % des répondants ont d’ailleurs affirmé qu’ils accepteraient d’allonger cette somme.

Selon un sondage similaire du Washington Post, 11 % des répondants seraient prêts à payer 1 dollar par mois, 15 % débourseraient 5 dollars par mois et 16 % verseraient 7 dollars à Facebook mensuellement pour ne plus voir de publicités. D’autres, dans une proportion de 41 %, estiment quant à eux que c’est plutôt Facebook qui devrait les payer.

À quoi ressemblerait un Facebook sans publicité ?

Alors que la distinction entre un contenu payant et un contenu gratuit avec publicité est simple à faire pour les médias ou les services en ligne comme Spotify ou Netflix, celle-ci est plus complexe pour Facebook.

Il existe des publicités classiques sur Facebook, faciles à reconnaître, mais l’entreprise tire aussi une bonne partie de ses revenus de la promotion de contenu par les entreprises, souvent auprès des abonnés qui aiment déjà leur page.

Le contenu qui s’affiche sur le fil Facebook est en effet décidé par un algorithme. Le logiciel sélectionne les publications avec lesquelles les utilisateurs sont le plus susceptibles d’interagir, mais les entreprises qui en ont les moyens peuvent s’imposer sur les fils de leurs abonnés en déliant les cordons de leur bourse.

Une version payante de Facebook ne présenterait pas de publicités traditionnelles, mais risquerait du même coup de laisser ces abonnés entrepreneuriaux sans voix. L’algorithme pourrait être revu, mais rien n’indique que Facebook serait prêt à revenir à un fil qui s’affiche par ordre chronologique.

Si l’option payante s’avérait plus populaire que prévu, la difficulté qu’auraient les entreprises — y compris les médias — à atteindre un public élargi pourrait aussi diminuer grandement l’intérêt de la plateforme à leurs yeux et les encourager à investir leurs efforts et leurs dollars publicitaires ailleurs.

La question n’est donc pas tant de savoir combien les utilisateurs sont prêts à payer pour un réseau social sans publicité, mais plutôt si Facebook veut de cet argent. Et la réponse est probablement non.