La fin des valises intelligentes
Techno

La fin des valises intelligentes

Si vous voyez une valise intelligente en solde, ne l’achetez pas, explique Maxime Johnson. 

Après une mise au ban des bagages dotés de batteries intégrées par plusieurs compagnies aériennes plus tôt cette année, le premier fabricant de valises intelligentes, Bluesmart, ferme aujourd’hui ses portes et signe par la même occasion l’arrêt de mort pour cette catégorie de gadgets qui n’a jamais eu la chance de décoller.

Différentes marques de bagages intelligents ont vu le jour au cours des dernières années. Ces valises modernes permettent notamment de recharger ses appareils électroniques en attendant son avion et peuvent être retrouvées à l’aide d’un téléphone intelligent grâce à une puce GPS.

Bluesmart avait récolté plus de deux millions de dollars américains sur la plateforme de financement participatif Indiegogo, en 2014. Après le succès de la jeune pousse américaine, d’autres entreprises ont lancé des produits similaires, comme Away, Raden et Arlo Skye.

Dans ma critique de la Raden A22 publiée l’année dernière, j’expliquais que même si la valise était d’une bonne qualité, il valait mieux attendre avant d’acheter un bagage du genre. Non seulement les fonctionnalités intelligentes n’étaient pas encore au point, mais la présence d’une grosse batterie dans la valise compliquait les passages aux contrôles de sécurité dans les aéroports. Souvent, celle-ci devait être retirée pour inspection (après que les vêtements eurent été enlevés du bagage pour qu’on puisse l’atteindre).

Un an plus tard, la situation est encore pire.

Depuis le 15 janvier, des compagnies aériennes telles Delta, American Airlines et Alaska Airlines ont interdit l’utilisation de valises avec batteries non amovibles, comme celles de Bluesmart. Les batteries lithium-ion que l’on trouve dans les appareils électroniques modernes représentent après tout un risque de sécurité réel dans les avions. 

Dans un billet de blogue publié mardi, l’entreprise a annoncé qu’elle ne fabriquerait ni ne vendrait plus aucun produit. L’interdiction des appareils de Bluesmart a mis cette dernière «dans une position financière et une situation d’affaires difficiles et irréversibles».

Avec leurs batteries non amovibles, les valises Bluesmart ont été particulièrement touchées par le changement de réglementation, mais il y a fort à parier que tous les fabricants vivent les mêmes problèmes. La batterie d’une valise comme la Raden A22 peut être enlevée, mais il faut néanmoins en faire la preuve lors de chaque passage à l’aéroport. Les inconvénients sont beaucoup plus grands que les avantages offerts par ce type de bagage, surtout que les employés des compagnies aériennes ne savent pas toujours distinguer les modèles acceptés des modèles bannis.

Tous les fabricants ne fermeront pas du jour au lendemain comme Bluesmart. Les autres risquent de mourir à petit feu, en écoulant leur stock au rabais.

La tentation d’acheter une valise intelligente pour une fraction du prix pourrait être grande. Mieux vaut toutefois passer son tour si on ne veut pas courir le risque de rater son avion.