Société

Un écrivain qui ne peut pas mourir

Quel choc que la mort du romancier François Blais, à seulement 49 ans, et quelle tristesse que ce soit « sa propre décision », comme l’a sobrement présenté Geneviève Pigeon, son éditrice à L’instant même.

L’école a le dos large !

Ceux qui croient que « les jeunes d’aujourd’hui ne savent pas écrire » ont tendance à incriminer les enseignants et le système scolaire en faisant des parallèles insensés entre l’apprentissage du français et celui de la musique ou des mathématiques.

Non négociable

Régulièrement, des exemples nous rappellent que l’importance de préserver le fait français n’est jamais acquise au Canada. C’est encore plus flagrant depuis quelques mois.

Histoires d’horreur

Il est normal que des gens souhaitent « annuler » des œuvres jugées racistes, mais qui est l’arbitre moral pour décider que bannir un Tintin est plus acceptable que de bannir Maus ?

Raconter les lieux par leur nom

Le géographe Henri Dorion a consacré sa vie à l’étude de la toponymie, au Québec et ailleurs dans le monde. Pour lui, comprendre pourquoi une ville ou une rivière porte son nom, c’est plonger au cœur de la mémoire collective de l’endroit.