2 semaines de grève dans des résidences pour aînés, mais des ententes conclues

MONTRÉAL – La grève dure depuis maintenant deux semaines dans 26 résidences privées pour personnes âgées au Québec, où les syndiqués se battent pour obtenir un salaire de 15 $ l’heure.

Les travailleurs de ces 26 résidences sont syndiqués à la section locale 298 du Syndicat québécois des employés de services, affilié à la FTQ.

Au début de la grève illimitée, le 21 juin, 32 résidences privées étaient ainsi touchées dans l’ensemble du Québec. Depuis, six ententes de principe ont été conclues en vue du renouvellement des conventions collectives, a-t-on précisé lundi au syndicat.

Ce syndicat réclame des augmentations de salaire pour atteindre 15 $ l’heure, mais les modalités peuvent varier d’un établissement à l’autre. Et c’est ce qui a été obtenu dans les ententes de principe qui ont été conclues à ce jour, a-t-on indiqué.

Les préposés aux bénéficiaires y gagnent en moyenne 12 $ l’heure.

Du côté de la CSN, une troisième résidence privée pour aînés vient de commencer son débrayage. Ce sont deux résidences dans la région de Québec, qui étaient déjà en grève, et une dans l’est de Montréal, qui s’est ajoutée le 30 juin.

La Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN, à laquelle est affilié le syndicat d’une quinzaine de membres, avait justement organisé une petite manifestation, lundi, devant cette résidence privée pour personnes âgées.

«L’employeur leur demande de fournir des laines d’acier et du savon et offre 90 cents d’augmentation pour sept ans. Ce sont des conditions qui sont inacceptables. Une personne qui a une vingtaine d’années d’ancienneté qui gagne 12 $ l’heure, 13 $ l’heure; c’est inconcevable», s’est exclamé au cours d’une entrevue Patrice Benoît, trésorier du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN, venu appuyer le syndicat.

Dans tous ces cas de grève, les services essentiels doivent être offerts, bien qu’il s’agisse de résidences privées. Comme 90 pour cent des services doivent être dispensés, le débrayage ne peut durer que 10 pour cent du temps, soit environ 40 à 50 minutes par quart de travail.

Parmi les services qui ne sont pas offerts, on note le nettoyage du plancher, s’il n’est pas souillé, ou le changement des draps, s’ils ne sont pas souillés.

Ces résidences privées pour personnes âgées appartiennent soit à une chaîne commerciale qui en exploite plusieurs soit à un seul entrepreneur.