Actualités

L’Ontario rajuste sa réforme des programmes pour personnes autistes

TORONTO – Le gouvernement ontarien rétablit finalement le financement pour l’intervention comportementale intensive (ICI) destinée aux enfants de cinq ans et plus qui souffrent de troubles du spectre de l’autisme.

Le gouvernement libéral avait dévoilé au printemps le nouveau Programme ontarien des services en matière d’autisme, qui intégrera les deux approches éducatives actuellement offertes: l’intervention comportementale intensive (ICI) et l’analyse comportementale appliquée (ACA).

Or, dans le cadre de ce nouveau programme, l’intervention comportementale intensive ne devait plus être offerte qu’aux enfants de deux à quatre ans. Selon les experts consultés par le gouvernement, il vaut mieux appliquer l’ICI à ce stade précis du développement de l’enfant.

D’ici la mise en oeuvre complète du nouveau programme, prévue en 2018, les parents d’enfants de cinq ans et plus soudainement retirés de la liste d’attente pour l’approche ICI devaient toucher 8000 $ pour obtenir ces soins au privé. Or, des familles, qui attendaient une place depuis deux ou trois ans, soutenaient que cette somme ne servirait qu’à les défrayer pour quelques mois seulement au privé.

Sans vouloir admettre que son gouvernement avait commis une erreur, le nouveau ministre des Services à l’enfance et à la jeunesse, Michael Coteau, a annoncé mardi que ces familles seraient maintenant remboursées pour tous les traitements d’ICI obtenus au privé, en attendant la mise en oeuvre complète du nouveau programme.

Le gouvernement veut aussi accélérer la mise en oeuvre du nouveau Programme ontarien des services en matière d’autisme, avec un objectif maintenant fixé à juin 2017.

Les enfants de cinq ans et plus qui bénéficiaient déjà de l’ICI lorsque le nouveau programme a été annoncé au printemps dernier continueront leur traitement, a précisé le ministre Coteau. Ces enfants passeront toutefois à l’autre approche éducative, l’analyse comportementale appliquée (ACA), après six mois, a-t-on indiqué au ministère.