Actualités

Jour 20: les poids lourds des finances s’affrontent en débat

QUÉBEC — Dans un prélude au débat des chefs, prévu jeudi, les quatre principaux partis ont envoyé leurs poids lourds économiques pour participer au débat économique organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Carlos Leitão a dû défendre son bilan à titre de ministre des Finances. Nicolas Marceau est resté à l’intérieur des lignes du programme du PQ en insistant sur les besoins de main-d’oeuvre et la francisation des immigrants. Simon Tremblay-Pepin, de QS, a abordé l’économie sous un angle plus humain tout en accusant ses adversaires de ne s’intéresser à l’environnement. Finalement, Youri Chassin de la CAQ s’en est pris à M. Leitão et a promis de s’attaquer «au gaspillage et à la bureaucratie».

Les libéraux et le transport public

Les libéraux ont une fois de plus courtisé les électeurs âgés et les jeunes, mardi.

Le chef libéral Philippe Couillard a promis, s’il est réélu pour un deuxième mandat, d’offrir le transport public gratuit aux aînés de 65 ans et plus et aux étudiants à temps plein, une mesure évaluée à 200 millions $.

Au total, environ 80 000 aînés et quelque 200 000 étudiants à temps plein seraient visés par cette mesure.

De passage au cégep Montmorency, à Laval, M. Couillard a profité de l’occasion pour mettre l’accent sur le transport collectif. Il s’est engagé à interpeller la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour envisager un éventuel prolongement du Réseau express métropolitain (REM) présentement en construction, vers Mirabel, au nord de Montréal.

Mercredi, le chef libéral va rendre public son cadre financier.

PQ: contre les «salaires scandaleux»

De son côté, le chef péquiste, Jean-François Lisée, s’est insurgé mardi, à Montréal, contre les «salaires scandaleux» versés aux dirigeants d’entreprises.

Si le PQ est porté au pouvoir, il promet donc de créer une taxe «glouton» qui viserait les entreprises où on observe un écart important entre le revenu versé aux dirigeants et celui versé aux employés.

La taxe «glouton» de 10 pour cent la première année, en 2021, puis de 25 pour cent l’année suivante, s’appliquerait aux entreprises dont la moyenne salariale des cinq dirigeants les mieux payés serait de 30 fois supérieure à la moyenne salariale des employés.

Un gouvernement péquiste verrait aussi à encadrer et limiter les revenus des dirigeants de sociétés d’État, dont le revenu maximal ne pourrait pas dépasser 250 000 $ en salaire et autres avantages.

Le chef du Parti québécois mise sur le premier débat des chefs, jeudi soir, pour que les Québécois découvrent vraiment sa personnalité — qu’ils soient plus nombreux à vouloir prendre une bière avec lui — et mènent son parti à la victoire.

À quelques jours du premier des trois débats télévisés des chefs des partis, le leader des péquistes se réjouit de voir une légère remontée du PQ dans un récent sondage Léger dévoilé mardi, réalisé pour Le Devoir et The Gazette. Par rapport au coup de sonde précédent, le PQ a gagné deux points, et se situe à 21 pour cent des intentions de vote, derrière la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral.

CAQ: Fécondation in vitro gratuite

Pendant ce temps, la Coalition avenir Québec (CAQ) continue de tenter de séduire les couples en âge de procréer.

Un gouvernement caquiste verrait à rendre gratuit le premier cycle de traitement de fécondation in vitro pour les couples infertiles, une mesure évaluée à 16 millions $.

Et le chef caquiste, François Legault, a confirmé les informations publiées la veille par La Presse canadienne, à savoir que si la CAQ — le parti du «changement» — prend le pouvoir le 1er octobre elle n’entend pas bousculer les structures ni entreprendre de grandes réformes.

«Tout est une question d’équilibre. Souvent, les gouvernements, quand ils arrivent, ils mettent tout aux poubelles ce qui a été fait par les gouvernements précédents et ils recommencent à zéro», a déclaré M. Legault en conférence de presse à Laval.

«Moi, je ne veux pas recommencer à zéro.»

«On va se concentrer sur quatre, cinq grands enjeux, mais pour ce qui est du reste, là, moi je ne veux pas tout changer et perdre deux ans à jouer dans les structures», a-t-il expliqué.

La CAQ ne remet pas non plus en question le Secrétariat de la condition féminine et le Conseil du statut de la femme, contrairement à ce que sa candidate dans Bertrand, Nadine Girault, aurait laissé entendre récemment lors d’un débat organisé par le groupe Pour le droit des femmes (PDF-Québec).

Le chef libéral Philippe Couillard a accusé M. Legault de se «débarrasser» de ses opinions alors que l’élection arrive à grands pas.

«Alors, ils veulent devenir les plus ternes possible pour qu’on oublie leurs positions, a déclaré le premier ministre sortant. C’est un parti qui a déposé beaucoup de licornes devant les Québécois et qui est en train de les retirer une par une.»

Par ailleurs, le chef caquiste François Legault a interpellé mardi son adversaire libéral pour qu’il dévoile le nombre d’immigrants qu’il voudrait accueillir dans les prochaines années avant le premier débat des chefs, prévu jeudi.

QS: Question de l’urne

À Carleton, en Gaspésie, le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a dit considérer pour sa part que la «question de l’urne», le jour de l’élection, le 1er octobre, serait la lutte aux changements climatiques.