Actualités

Le PLQ promet de maintenir l’équilibre des finances publiques dans un 2e mandat

MONTRÉAL — Le Parti libéral du Québec (PLQ), qui chiffre ses engagements électoraux à environ 2,4 milliards $, promet de maintenir l’équilibre budgétaire au cours d’un éventuel deuxième mandat sans piger davantage dans sa réserve de stabilisation.

En dévoilant son cadre financier, mercredi à Montréal, la formation politique a expliqué qu’elle compte notamment financer ses promesses en utilisant la marge de manoeuvre annuelle de 950 millions $ identifiée dans son rapport préélectoral et qui avait reçu l’approbation de la vérificatrice générale.

Le PLQ mise également sur des revenus autonomes — qui ne proviennent pas des sociétés d’État et des transferts fédéraux — plus élevés en relevant ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB), qui demeurent toutefois légèrement inférieures aux prévisions du secteur privé.

Pour 2018, les libéraux chiffre la croissance économique à 2,3 pour cent, soit deux dixièmes de points de pourcentage de plus par rapport à la prévision du rapport préélectoral. Cela devrait permettre d’empocher un peu plus de 200 millions $.

Jusqu’en 2022, la moyenne devrait être de 1,7 pour cent, soit un dixième de point de plus que la cible précédente. La croissance du PIB devrait toutefois ralentir à 1,4 pour cent en 2021 et 2022, ce qui est bien en deçà de la prévision de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui anticipait 1,8 pour cent dans son cadre financier.

En ce qui a trait à la croissance des revenus autonomes, elle est révisée fortement à la hausse, de six dixièmes de points de pourcentage, à 1,9 pour cent.

Comme il était prévu dans le budget déposé au printemps dernier, le PLQ souligne qu’il pigerait respectivement 1,6 milliard $, 936 millions $ et 479 millions $ pour équilibrer les finances publiques.

En ce qui a trait aux dépenses de mission, celles du portefeuille de l’Éducation devraient être au minimum de quatre pour cent au cours d’un prochain mandat, alors que du côté de la Santé, le plancher serait de 4,2 pour cent.

Par ailleurs, les libéraux chiffrent à 250 millions $ des économies «éventuelles» qui seraient réalisées en révisant les dépenses au sein de l’appareil étatique.