Actualités

Retour des Expos: Québec ouvert au projet de stade de baseball au bassin Peel

MONTRÉAL — Le gouvernement de la Coalition avenir Québec est ouvert à une participation à la construction d’un éventuel stade de baseball au bassin Peel à Montréal.

C’est ce qu’ont déclaré mercredi les ministres Chantal Rouleau et Pierre Fitzgibbon.

«On est très ouverts», a déclaré Mme Rouleau, députée de Pointe-aux-Trembles et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal.

M. Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation, a abondé dans le même sens que sa collègue, laissant même entendre qu’une participation financière de Québec n’est pas exclue.

«Si on est pour mettre 50 sous dans un projet économique, il faut que les recettes fiscales soient au moins de 50 sous, a-t-il souligné. S’il y a moins que 50 sous, on n’embarquera pas. C’est très simpliste mon commentaire, mais dans toutes les interventions au ministère de l’Économie, on regarde maintenant les retours sur investissements.

«Par contre dans une prise de risques accrus, ce que nous voulons faire, nous ne serons pas toujours gagnants, a-t-il pris soin de préciser. Je pense que sur 10 projets, il y en a deux où nous allons sortir la balle du stade, pour utiliser une analogie de baseball, deux qui vont mourir et six qui vont être corrects. J’aimerais pouvoir prétendre qu’on ne va faire que des bons coups, mais c’est impossible.»

«Un stade peut être intéressant pour le développement économique et social du secteur, a ajouté Mme Rouleau. Si c’est une plus-value, c’est un bon projet.»

M. Fitzgibbon rappelle toutefois que jusqu’ici le projet ne lui a pas été présenté.

«Pour l’instant, il n’y a eu aucune demande de la part des promoteurs. On sait tous que c’est un dossier qui est cher au coeur de M. Bronfman. (…) Mais à ce stade-ci, il y a sûrement eu des discussions à un très haut niveau.»

Mardi, il a été rapporté que Stephen Bronfman, qui mène le Groupe de Montréal désirant ramener le Baseball majeur dans la métropole québécoise, et son bras droit chez la firme d’investissements Claridge, Pierre Boivin, s’étaient tous deux inscrits au Registre national des lobbyistes.

L’objectif de cette inscription est «l’élaboration, la présentation, la modification ou le rejet d’une proposition législative ou réglementaire, d’une résolution, d’une orientation, d’un programme ou d’un plan d’action» lié au terrain situé à Pointe-Saint-Charles, au sud du bassin Peel.

Plus tôt, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dit ne pas être surprise du choix du Groupe de Montréal de privilégier le bassin Peel pour la construction éventuelle d’un stade de baseball.

Sur les ondes de RDI mercredi, la mairesse a dit «voir d’un très bon oeil» le choix du bassin Peel pour l’implantation éventuelle du stade, tout en rappelant que son administration attend «depuis un bout de temps» un plan d’affaires de la part du groupe.

«Dans les discussions avec M. Bronfman, on savait que c’était l’un des lieux envisagés, alors non, ce n’est pas une surprise, a affirmé Valérie Plante. C’est une bonne nouvelle. Bien sûr, on demande depuis un bout de temps d’avoir un plan d’affaires, de voir à quoi ça pourrait ressembler.

«Que ce soit là ou ailleurs, je tiens à le préciser, nous c’est important comme administration de s’assurer que ce stade-là atterrisse, mais atterrisse bien. C’est-à-dire en tenant compte des milieux de vie autour, ou les projets à long terme. De s’assurer que ça s’intègre bien dans la trame urbaine. On a hâte de voir le plan d’affaires, de voir comment ça va avancer, mais on voit ça d’un très bon oeil.»

Le terrain visé par le Groupe de Montréal appartient à la société fédérale Canada Land Company. Mme Rouleau n’est toutefois pas prête à dire que son gouvernement fera des pressions sur Ottawa pour faciliter l’acquisition de ce terrain par M. Bronfman et compagnie.

«Faire des pressions, ça dépend de quoi on parle. Le gouvernement fédéral sait ce qu’il a à faire. Il doit prendre des décisions sur certains terrains.»

Avec la participation de Patrice Bergeron, correspondant parlementaire à Québec.