Un avion d'Ethiopian Airlines s'écrase: 18 Canadiens parmi les victimes
Actualités

Un avion d’Ethiopian Airlines s’écrase: 18 Canadiens parmi les victimes

Dix-huit Canadiens figurent parmi les 157 victimes de l’écrasement d’un avion d’Ethiopian Airlines survenu dimanche matin, peu après le décollage de l’appareil selon le PDG d’Ethiopian Airlines et le ministre des Transports du Kenya.

Parmi eux, un professeur de l’Université Carleton, Pius Adesanmi, une mère, Amina Ibrahim Odowaa, et sa fille, Sofia Faisal Abdulkadir, une jeune femme de 24, Danielle Moore, ainsi qu’un comptable et père de Calgary, Derick Lwugi.

Selon la compagnie aérienne, 149 passagers et huit membres d’équipage étaient à bord de l’avion lorsqu’il s’est écrasé, six minutes après son départ d’Addis-Abeba en direction de la capitale kenyane. L’accident est survenu à 8h44 (heure d’Addis-Abeba) autour de Bishoftu, ou Debre Zeit, à quelque 50 kilomètres au sud d’Addis-Abeba.

Lundi, l’agence de presse Fana a annoncé que la boîte noire de l’avion avait été trouvée, mais qu’elle était partiellement endommagée. 

Ethiopian Airlines a dit avoir averti toutes les familles des victimes. Des examens médicolégaux seront bientôt pratiqués afin d’identifier individuellement toutes les dépouilles.

Plusieurs politiciens canadiens ont offert ses condoléances aux familles.

Dans un communiqué publié dimanche après-midi, le premier ministre fédéral Justin Trudeau s’est dit «profondément attristé par le terrible écrasement d’avion». Après avoir offert ses condoléances, il a indiqué que «les amis et les membres de la famille de citoyens canadiens présumés être à bord du vol peuvent communiquer avec le Centre d’intervention d’urgence d’Affaires mondiales Canada, en composant le 613 996-8885 ou le 1-800-387-3124, ou en envoyant un courriel à [email protected]».

Dans un communiqué publié sur le site du gouvernement fédéral, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a offert elle aussi ses condoléances. Elle a également indiqué que des agents consulaires canadiens avaient été dépêchés à l’aéroport d’Addis-Abeba.

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer s’est dit «désolé d’apprendre le crash aérien d’Ethiopian Airlines» et a offert lui aussi ses condoléances aux proches des disparus, en particulier les familles des Canadiens tués.

Le chef du NPD Jagmeet Singh les a imités sur son compte Twitter. «Au nom des néo-démocrates, j’offre mes sincères condoléances aux familles des 18 personnes de citoyenneté canadienne qui ont péri dans l’écrasement d’un avion d’Ethiopian Airlines, et à toutes les familles touchées par cette tragédie», a-t-il écrit.

Causes inconnues

Les autorités ignorent la cause de la catastrophe. Le Boeing 737-8 MAX était neuf et avait été livré à la compagnie aérienne en novembre dernier.

En Chine, l’Administration de l’aviation civile a ordonné à toutes les compagnies aériennes du pays de suspendre les vols des Boeing 737-8 MAX pour une période de neuf heures. Les autorités chinoises disent prendre cette décision pour des raisons de sécurité, puisqu’en décembre un accident similaire s’était produit en Indonésie, tuant aussi toutes les personnes à bord de l’appareil.

Lundi, l’Indonésie a annoncé que tous les avions Boeing 737-8 MAX seraient maintenus au sol pour que des inspections soient faites.

Huit ressortissants chinois figurent parmi les victimes.

Ethiopian Airlines, une entreprise publique qui est souvent considérée comme la compagnie aérienne la mieux gérée en Afrique, a annoncé que les 157 personnes qui se trouvaient à bord étaient décédées, les victimes étant des ressortissants de 33 pays.

Dans une déclaration, le bureau du premier ministre éthiopien a présenté ses «plus profondes condoléances» aux familles.

De son côté, Boeing a déclaré être «profondément attristé» par l’écrasement et qu’une équipe technique était prête à fournir une assistance à la demande du National Transportation Safety Board des États-Unis.

Le site d’information sur les vols commerciaux, Flightradar 24, a indiqué que l’appareil avait «une vitesse verticale instable» après le décollage alors que la visibilité semblait être claire.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mehran Ebrahimi, professeur titulaire au département de Management et technologie de l’École des sciences de la gestion à l’UQAM, a indiqué que des pilotes ont déjà fait part de certains problèmes de stabilisation avec le Boeing 737-8 MAX, un nouvel appareil. «Depuis un certain temps, des pilotes nous parlent des problèmes du Boeing 737 Max, ça ne veut pas dire que l’avion a nécessairement un problème, mais les pilotes nous disent que l’avion a quelques problèmes de stabilisation dans certaines situations».

Au mois d’octobre, un autre Boeing 737-8 MAX a plongé dans la mer de Java quelques minutes à peine après son décollage de Jakarta, la capitale de l’Indonésie, tuant les 189 personnes à bord. L’enregistreur de données du poste de pilotage a montré que l’indicateur de vitesse de l’avion avait mal fonctionné lors de ses quatre derniers vols, bien que Lion Air avait initialement affirmé que les problèmes avec l’avion avaient été résolus.

Le dernier accident mortel d’un avion de transport de passagers d’Ethiopian Airlines remonte à 2010, quelques minutes après le décollage de l’appareil de Beyrouth, les 90 personnes à bord avaient été tuées.

Selon Mehran Ebrahimi, Ethiopian Airlines est un transporteur qui a une excellente réputation. «C’est une excellente compagnie. Au niveau de l’âge des avions, du traitement des pilotes,elle est très bonne, en plus c’est une des rares compagnies qui a son propre simulateur et sa propre école de cadet. Les voyageurs font très confiance en ce transporteur».

L’ONU en deuil

Selon le Département de la sécurité et de la sûreté des Nations Unies au Kenya, au moins 19 membres du personnel de l’ONU ont péri dans l’accident.

À lui seul, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a perdu sept employés. Deux employés du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et deux de l’Union internationale des télécommunications ont également trouvé la mort.

D’autres agences de l’ONU se retrouvent dans le deuil après la perte d’un membre du personnel: l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation internationale pour les migrations au Soudan du Sud, la Banque mondiale et la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie.

Les Nations Unis ont aussi indiqué que six membres du personnel de l’Office des Nations Unies à Nairobi ont également perdu la vie.

Elles ont rappelé que la catastrophe «s’est produite à la veille de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement, censée réunir des chefs d’État, des ministres de l’environnement et des milliers d’autres participants pendant cinq jours dans la capitale kenyane».

Le secrétaire général de l’organisation, António Guterres, a transmis ses «sincères condoléances et a exprimé sa solidarité aux familles et aux proches des victimes, y compris ceux des membres du personnel des Nations Unies, ainsi que ses sincères condoléances au gouvernement et au peuple éthiopiens».

Liste des morts par pays:

Kenya: 32

Canada: 18

Éthiopie: 9

Chine: 8

Italie: 8

États-Unis: 8

France: 7

Royaume-Uni: 7

Égypte: 6

Allemagne: 5

Inde: 4

Slovaquie: 4

Autriche: 3

Russie: 3

Suède: 3

Espagne: 2

Israël: 2

Maroc: 2

Pologne: 2

Belgique: 1

Djibouti: 1

Indonésie: 1

Irlande: 1

Mozambique: 1

Norvège: 1

Rwanda: 1

Arabie Saoudite: 1

Soudan: 1

Somalie: 1

Serbie: 1

Togo: 1

Ouganda: 1

Yémen: 1

Népal: 1

Nigeria: 1

Passeport de l’ONU: 1