Accord Canada-Allemagne sur l’hydrogène: un objectif de trois ans irréaliste?

OTTAWA — La présidente d’un groupe prônant la décarbonation des systèmes de transport en commun affirme que le nouvel accord Canada-Allemagne sur l’hydrogène envoie un signal positif sur l’avenir de l’industrie.

Cependant, la présidente et directrice générale du Consortium de recherche et d’innovation en transport urbain au Canada (CRITUC), Josipa Petrunic, affirme qu’il pourrait être plus difficile que les deux gouvernements ne le pensent d’atteindre leur objectif de trois ans pour le démarrage des livraisons.

Elle souligne qu’en cinq ans, son organisation et le système de transport en commun de Mississauga n’ont pas été en mesure de lancer un projet pilote visant à mettre en circulation 10 autobus utilisant de l’hydrogène vert produit à proximité de Markham, en Ontario.

Mme Petrunic se demande comment les responsables feront pour expédier l’hydrogène à travers l’océan Atlantique dans trois ans, si les acteurs ici n’ont pas été en mesure de faire expédier de l’hydrogène vert sur 100 kilomètres sur l’autoroute 401 de l’Ontario en cinq ans.

Elle dit que le plus grand obstacle est que l’hydrogène vert coûte quatre fois plus cher que le diesel et qu’il n’y a pas assez de financement pour combler cet écart.

Elle estime qu’il doit y avoir une approche plus coordonnée de tous les ordres de gouvernement pour compenser financièrement cet écart de prix jusqu’à ce que l’hydrogène soit produit en masse et que son coût diminue.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.