Accords entre l’Ontario et des Premières Nations sur les ressources naturelles

TORONTO — L’Ontario et des Premières Nations du nord de la province ont signé des accords de partage des recettes provenant de l’exploitation des ressources minières et forestières.

En vertu de ces accords, qualifiés d’historiques par le gouvernement, la province partagera avec les Premières Nations 45 pour cent des recettes provenant des droits de coupe dans les régions régies par ces accords, 40 pour cent de l’impôt minier annuel et des redevances annuelles de mines actives au moment de la signature des accords, et 45 pour cent des recettes des mines futures.

Ces accords ont été conclus avec les Premières Nations représentées par le Grand Conseil du Traité no 3, le Conseil tribal Wabun et le Conseil Mushkegowuk. Une quarantaine de communautés de ces Premières Nations pourraient bénéficier de ce partage des recettes. Le gouvernement soutient que les Premières Nations pourront affecter ces fonds à des initiatives de leurs choix dans la communauté.

Deux jours plus tôt, le chef des progressistes-conservateurs de l’Ontario, Doug Ford, en pleine campagne électorale, promettait mardi un tel partage des recettes provenant de l’exploitation des ressources naturelles, sans en préciser les modalités.

La chef libérale, Kathleen Wynne, a précisé jeudi que son gouvernement négociait déjà ces accords depuis un certain temps.

Les élections générales en Ontario ont lieu dans cinq semaines, le 7 juin.

«Ces accords représentent un moment historique pour la province de l’Ontario», a estimé la ministre des Richesses naturelles et des Forêts, Nathalie Des Rosiers. «Le partage des recettes provenant de l’exploitation des ressources représente l’engagement de l’Ontario à l’égard de la réconciliation et appuiera les possibilités de développement économique pour bâtir des collectivités saines et prospères à l’échelle du nord de l’Ontario.»

Les chefs des trois conseils concernés ont rappelé que le partage des recettes provenant de l’exploitation des ressources naturelles sur leurs territoires fait partie des revendications autochtones depuis des décennies. 

Les plus populaires