Achat de cannabis: Trudeau d’accord avec l’âge minimum de 18 ans

OTTAWA – Le premier ministre Justin Trudeau approuve l’établissement de 18 ans comme âge minimum national pour l’achat de cannabis.

«Ce que je trouve, c’est que la proposition d’avoir 18 ans, 19 ans possible dans certaines provinces (…) c’est un compromis raisonnable», a-t-il dit en marge d’une annonce, jeudi.

«On sait que les plus grands méfaits de l’utilisation de la marijuana se passent à un âge plus bas que 18, 19 ans, et je pense que c’est une approche responsable que nous avons trouvée en termes d’équilibre pratique et utile», a poursuivi M. Trudeau.

Le premier ministre a par ailleurs confirmé, comme l’avaient fait avant lui les trois ministres qui pilotent ce dossier, que le fédéral a toujours l’intention de déposer son projet de loi sur la légalisation au printemps 2017.

«Nous sommes encore confiants que nous allons pouvoir avancer (…) au printemps», a-t-il dit, remerciant au passage le groupe de travail sur la légalisation du cannabis, qui a déposé mardi un rapport contenant quelque 80 recommandations, dont celle sur l’âge minimum national.

Dans son rapport, le groupe qui était présidé par Anne McLellan, ancienne ministre libérale de la Justice, souligne avoir entendu à plusieurs reprises que la fixation d’un âge trop élevé pour l’achat de cannabis risquait d’inciter les jeunes à se tourner vers le marché illicite.

Des représentants en matière de santé publique, dont l’Association médicale canadienne (AMC), avaient préconisé l’établissement de l’âge minimum à 21 ans, mais il n’y a pas consensus «concernant l’âge sécuritaire pour la consommation du cannabis», a noté le groupe de travail.

Il a ainsi recommandé au gouvernement fédéral d’établir l’âge minimum national à 18 ans, tout en laissant aux provinces et territoires le droit «de l’harmoniser avec leur âge minimum pour l’achat d’alcool», qui est de 19 ans dans certaines provinces.

Les recommandations du rapport McLellan ne sont pas contraignantes; aussi l’AMC compte-t-elle continuer à plaider sa cause lors du processus d’élaboration du projet de loi, a indiqué son vice-président, le docteur Jeff Blackmer.

«Le cerveau humain se développe jusqu’à l’âge de 25 ans. On sait que si les jeunes consomment de la marijuana lorsque le cerveau se développe encore, il y a des effets néfastes», a-t-il expliqué en entrevue téléphonique.

«Dans un monde idéal, si on utilisait seulement (les données scientifiques), l’âge minimum pour l’achat de cannabis serait de 25 ans. Mais on sait qu’il y a d’autres considérations qui sont aussi importantes», a poursuivi le docteur Blackmer.

Et ultimement, «ce n’est pas seulement au premier ministre, mais à tous les membres du Parlement», de statuer sur cette question et sur la panoplie d’autres que soulève la légalisation du cannabis, a-t-il fait remarquer.