Acquittement d’Éric Salvail: le ministère public a décidé de ne pas aller en appel

MONTRÉAL — L’ex-animateur Éric Salvail avait été acquitté en décembre dernier et ce verdict ne changera pas: le ministère public a décidé de ne pas le porter en appel.

L’homme avait été accusé d’agression sexuelle, de séquestration et de harcèlement criminel sur le plaignant Donald Duguay. Les gestes reprochés se seraient déroulés en 1993, soit il y a environ 27 ans.

L’acquittement sur les trois chefs avait été prononcé le 18 décembre par le juge Alexandre Dalmau de la Cour du Québec

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait 30 jours pour porter ce jugement en appel.

Vendredi, il a annoncé qu’il ne le ferait pas. 

«Le DPCP a procédé à une analyse exhaustive de la décision rendue dans le dossier d’Éric Salvail. Ce verdict est basé sur l’appréciation de la crédibilité des témoins et, puisque nous ne relevons aucune erreur de droit, nous annonçons notre décision de ne pas le porter en appel», a écrit sur son compte Twitter l’une des porte-parole du DPCP, Me Audrey Roy-Cloutier.

En rendant sa décision, le juge Dalmau avait effectivement procédé à une analyse de la crédibilité de MM. Duguay et Salvail, qui avait choisi de témoigner pour sa défense.

Si le magistrat a dit ne pas avoir cru Éric Salvail, il a aussi exprimé de très sérieuses réserves sur le témoignage du plaignant Donald Duguay, sur lequel reposait en grande partie la preuve du ministère public. 

Selon lui, M. Duguay «prend de sérieuses libertés avec la vérité» et «fabrique peut-être même des portions de son témoignage», ce qui rendait difficile, voire impossible, de départager le vrai du faux, a-t-il jugé.

Laisser un commentaire