Adèle Sorella a débuté son témoignage à son procès pour le meurtre de ses filles

LAVAL, Qc — Adèle Sorella a commencé à témoigner mardi matin à son procès pour meurtre de ses deux filles, Amanda et Sabrina.

Son procès devant jury a débuté le 12 novembre dernier, devant la juge Sophie Bourque de la Cour supérieure, au palais de justice de Laval.

Les accusés ne sont jamais obligés de témoigner à leur propre procès, mais Mme Sorella a décidé de le faire.

La Couronne tente de démontrer la culpabilité de la femme de 52 ans depuis quelques semaines.

Sa théorie de la cause est qu’elle est la seule qui ait eu l’occasion d’enlever la vie de ses deux petites filles ce jour-là.

Les fillettes, Amanda, âgée de neuf ans, et Sabrina, âgée de huit ans, ont été retrouvées sans vie par leur oncle dans la salle de jeu de leur maison de Laval, le 31 mars 2009, en après-midi. Une chambre hyperbare se trouvait dans la maison, pour traiter l’arthrite juvénile de Sabrina.

La cause de leur mort n’a pas été déterminée. Toutefois, «la mort simultanée et inattendue des deux soeurs qui étaient en bonne santé écarte de toute évidence une mort de cause naturelle», avait fait valoir comme argument dans son exposé introductif au jury le procureur de la Couronne, Nektarios Tzortzinas.

Le jour où les petites filles ont été retrouvées mortes, la mère de Mme Sorella avait un rendez-vous et a quitté la maison en matinée. L’accusée n’est pas allée chercher sa mère par la suite, comme prévu. La grand-mère n’a pas revu ses petites-filles vivantes. Les deux enfants ne se sont pas rendues à l’école ce jour-là, mais elles ont été retrouvées vêtues de leur uniforme scolaire.