Aéroport de Montréal: le syndicat craint 93 mises à pied pour la sous-traitance

MONTRÉAL — L’Alliance de la fonction publique du Canada craint de voir une centaine de ses membres, employés d’Aéroport de Montréal, être licenciés pour confier leurs emplois à la sous-traitance.

Ses 93 membres ont été convoqués par la direction d’ADM, mercredi à 15h, dans un hôtel et le syndicat craint que l’annonce officielle des licenciements soit faite à cette occasion.

«Après avoir reçu la contreproposition finale du syndicat, le 12 février dernier, ADM doit maintenant rendre sa décision finale. Vous êtes convoqués à une rencontre obligatoire lors de laquelle ADM vous communiquera cette décision», affirme la direction dans la lettre de convocation des employés visés.

Depuis quelques mois, ADM cherche à réduire ses coûts de main-d’oeuvre, ce qui se traduirait par des réductions de salaire de l’ordre de 27 à 33 pour cent pour ces employés, soutient l’Alliance qui, au Québec, est affiliée à la FTQ. Si les travailleurs n’acceptent pas de telles concessions, ADM aurait recours à la sous-traitance.

Au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, mardi, Yvon Barrière, vice-président exécutif pour le Québec à l’Alliance de la fonction publique du Canada, a expliqué qu’ADM cherchait au départ à économiser 1,5 million $ par le recours au secteur privé. La somme aurait été abaissée à 1,1 million $ en tenant compte des frais de gestion.

En contrepartie, le syndicat a fait une contreproposition permettant à ADM d’économiser 450 000 $, a noté M. Barrière. C’est à cette contreproposition qu’ADM fait référence dans sa lettre de convocation aux employés.

«Pas un bon feeling»

«On n’a pas un bon feeling; ça ne sent pas bon. Ça sent les lettres qui vont être déposées en disant: nous allons faire affaire à partir de maintenant avec Garda. En fait, il y a deux possibilités: soit maintenant ou dans 16 semaines; la convention prévoit les deux», a affirmé M. Barrière.

Il précise que les 93 employés en question sont affectés au service à la clientèle, à l’information, à l’accueil et que 11 d’entre eux sont affectés à la sécurité.

Ils gagnent entre 17 $ et 27 $ l’heure en moyenne. Selon lui, les futurs employés en sous-traitance toucheraient 15 $ l’heure.

Invitée à commenter, ADM a confirmé qu’elle avait «amorcé une démarche en novembre dernier en lien avec les postes de préposés à l’accueil et d’agents de bureau des permis visant à diminuer ses coûts d’exploitation».

«Le processus a suivi son cours selon les étapes prévues à la convention collective» et des négociations ont eu cours, a confirmé ADM.

«Une rencontre entre les parties est prévue cette semaine», se limite-t-elle à indiquer par courriel.